Retour

Robert GRUMAN : « La coopération transfrontalière et interrégionale permet de trouver des modes de coopération efficaces et créatifs »

Minsk, Belarus 12 septembre 2018
  • Diminuer la taille du texte
  • Augmenter la taille du texte
  • Imprimer la page
  • Imprimer en PDF
Robert GRUMAN : « La coopération transfrontalière et interrégionale permet de trouver des modes de coopération efficaces et créatifs »

« Plus d'un tiers des Européens vivent dans une zone frontalière et sont confrontés à tous les défis que cela implique, » a souligné le vice-Président du Congrès Robert GRUMAN (Roumanie, PPE) lors de la session consacrée à la coopération transfrontalière dans le cadre de la table ronde sur l’autonomie locale, à Minsk, Belarus, le 12 septembre 2018.

M. GRUMAN a présenté le cadre légal européen et, en particulier, la Convention-cadre européenne sur la coopération transfrontalière des collectivités ou autorités territoriales. « Entrée en vigueur en 1981, cette convention demeure le traité de référence en la matière. Actuellement, 38 des 47 Etats membres du Conseil de l'Europe l'ont signé et ratifié, » a-t-il indiqué. La convention de Madrid est complétée par trois Protocoles portant respectivement sur le droit des collectivités territoriales de conclure des accords de coopération transfrontalière, les accords de jumelage et les règles relatives aux Groupements euro régionaux de coopération et autres organismes transfrontaliers dans tous les Etats membres du Conseil de l'Europe.

« Au fil des ans, il est apparu clairement que les obstacles à la coopération transfrontalière ne peuvent pas tous être surmontés par des instruments juridiques, » a souligné M. GRUMAN. « La coopération transfrontalière, interrégionale et transnationale exige également une vision, des objectifs, des stratégies et des actions concrètes ».

C’est dans cet esprit que le Congrès a contribué à la création de l’Eurorégion Adriatique qui réunit les autorités nationales, régionales et locales des Etats membres et non membres de l'UE autour de l'Adriatique. Il a également adopté, en 2009, un rapport sur l'état de la coopération transfrontalière en Europe, et, en 2013, un rapport sur les perspectives pour une coopération transfrontalière efficace. Aujourd’hui, le Congrès poursuit ces travaux en vue de coordonner la recherche dans ce domaine - y compris la collecte de données et l'élaboration d'indicateurs - et de développer des programmes de renforcement des capacités et de formation.

M. GRUMAN a également souligné l’importance de la coopération interrégionale dans un environnement de plus en plus globalisé. « Cette coopération, caractérisée par l'adaptabilité, la flexibilité de ses dispositifs et la légèreté de ses structures, conduit les régions à découvrir de nouveaux modes de coopération efficaces et imaginatifs et devient un moteur important de l'intégration européenne et de la cohésion territoriale, » a-t-il conclu.

Discours