Retour

Les autorités locales en Géorgie : La protection et la promotion des droits de l'homme sont une responsabilité partagée

Tbilissi, Géorgie 26 novembre 2019
  • Diminuer la taille du texte
  • Augmenter la taille du texte
  • Imprimer la page
  • Imprimer en PDF
Les autorités locales en Géorgie : La protection et la promotion des droits de l'homme sont une responsabilité partagée

« Nous, autorités locales, avons un rôle clé à jouer dans le respect, la protection et la réalisation des droits de l'homme en sensibilisant nos communautés, en partageant les bonnes pratiques entre pairs et en nous dotant des mécanismes nécessaires à leur réalisation », a souligné Harald Bergmann, porte-parole du Congrès pour les droits de l'homme aux niveaux local et régional. « Dans cet effort, il est essentiel de coopérer avec des institutions indépendantes de défense des droits de l'homme, comme le Défenseur public de Géorgie, et avec les organisations de la société civile », a-t-il ajouté à l'occasion de l'atelier « Renforcer les droits de l'homme au niveau local en Géorgie » tenu à Tbilissi, Géorgie, le 26 novembre 2019.

Organisé conjointement par le Congrès des pouvoirs locaux et régionaux du Conseil de l'Europe et l'Association nationale des pouvoirs locaux de Géorgie (NALAG), cet atelier a permis aux participants de discuter de la mise en œuvre des obligations et des normes en matière de droits de l'homme, au niveau local en Géorgie, avec un accent particulier sur l'égalité des genres, la non-discrimination et l'inclusion des minorités et groupes vulnérables.

« La Charte européenne de l'autonomie locale énonce le principe de subsidiarité - c'est-à-dire le transfert de compétences aux collectivités locales sur les questions qui les concernent – un principe qui nous confère des pouvoirs exclusifs et délégués ainsi que des responsabilités partagées avec les autorités nationales, notamment en matière de droits de l'homme », a déclaré Tamar Taliashvili (Géorgie, SOC/V/DP), vice-président de NALAG et du Congrès.

L'atelier a réuni 40 représentants des autorités locales, des organisations de la société civile, du Bureau du Défenseur public de Géorgie et de NALAG.

Les discussions et les échanges entre pairs lors de l'atelier contribueront à l'élaboration par le Secrétariat du Congrès d'un rapport d'évaluation visant à identifier les besoins et les défis auxquels sont confrontés les autorités locales géorgiennes dans la mise en œuvre des droits de l’homme.