Retour

La Présidente du Congrès tient un échange de vues avec le Comité des Ministres : « Nous ne voulons pas d’une décentralisation exemplaire au prix d’une Europe fragmentée »

Comité des Ministres Strasbourg, France 25 octobre 2017
  • Diminuer la taille du texte
  • Augmenter la taille du texte
  • Imprimer la page
  • Imprimer en PDF
La Présidente du Congrès tient un échange de vues avec le Comité des Ministres : « Nous ne voulons pas d’une décentralisation exemplaire au prix d’une Europe fragmentée »

La Présidente du Congrès Gudrun MOSLER-TÖRNSTRÖM (Autriche, SOC) a tenu un échange de vues avec les délégués des Ministres à Strasbourg le 25 octobre 2017. Elle a mentionné  les activités du Congrès durant la  33e session du Congrès, du 18 au 20 octobre dernier, et plus particulièrement, le débat sur la situation en Catalogne dans lequel  les membres ont exprimé très clairement leur conviction que la seule voie possible était celle du dialogue. « Dans une démocratie moderne, un dialogue constructif entre le gouvernement central et les entités régionales, est essentiel » a-t-elle souligné. Au cours de ce débat, les membres ont également réaffirmé l’exigence pour tous de respecter les règles du jeu, et en particulier les Constitutions. « Une démocratie moderne s’inscrit naturellement dans un ordre légal  qui s’impose à toutes les parties » a-t-elle ajouté. Rappelant que le Comité des Ministres du Conseil de l’Europe avait, il y a plusieurs décennies déjà, eu la sagesse de se doter d’une Assemblée de représentants locaux et régionaux unique en Europe, elle a incité les gouvernements centraux à utiliser cet atout pour faire face aux nombreux défis et crises qui menacent l’Europe : « Les élus des territoires que représente le Congrès ont d’importantes cartes à jouer. Non seulement nos collectivités développent des politiques propres dans le cadre de leurs compétences mais c’est dans ces collectivités que sont mises en œuvre un grand nombre des politiques décidées au niveau national, c’est donc avec les représentants de ces territoires qu’il faut maintenir un dialogue continu et fort, pour trouver ensemble les réponses qui assurent la sécurité et la stabilité de nos sociétés». La Présidente a indiqué enfin que la mission du Congrès est de contribuer à renforcer la démocratie locale et régionale dans les Etats membres. « Remplir cet objectif suppose que des ressources suffisantes soient allouées à nos activités » a dit Mme MOSLER-TÖRNSTRÖM, précisant que certaines activités statutaires, telles que des missions d’observation des élections locales, nécessiteront un appel à des contributions volontaires des Etats membres.

Discours de Gudrun MOSLER-TÖRNSTRÖM