Retour

« En temps de crise, la Charte fournit une base juridique aux États membres pour défendre les principes de la démocratie locale » a déclaré le Secrétaire Général du Congrès

Coopération Réunion à distance 21 décembre 2020
  • Diminuer la taille du texte
  • Augmenter la taille du texte
  • Imprimer la page
  • Imprimer en PDF
« En temps de crise, la Charte fournit une base juridique aux États membres pour défendre les principes de la démocratie locale » a déclaré le Secrétaire Général du Congrès

« Le Congrès se tient prêt à entamer un dialogue politique avec les autorités serbes afin de poursuivre la mise en œuvre des réformes de l'autonomie locale en cours. Les dispositions de la Charte européenne de l’autonomie locale , le dernier rapport de monitoring et la  Recommandation 403 (2017) du Congrès sur la démocratie locale et régionale en Serbie sont les textes de référence pour l’ouverture d’un dialogue politique. En collaboration avec le gouvernement et la Conférence permanente des villes et municipalités (SCTM), des activités thématiques concrètes portant sur l'éthique publique, la transparence, la lutte contre la corruption, l'égalité des genres ou la participation des jeunes à la vie publique pourraient être développé et mise en œuvre » a déclaré le Secrétaire Général du Congrès, Andreas Kiefer, à l’occasion de sa participation à la 48ème Assemblée générale de la Conférence permanente des villes et municipalités de Serbie, le 17 décembre 2020.

« En temps de crise, comme la pandémie covid-19, la Charte fournit également une base juridique aux États membres pour défendre les principes de la démocratie locale et sauvegarder le fonctionnement des institutions démocratiques » a ajouté le Secrétaire Général, soulignant que la pandémie a mis en lumière la nécessité d’une prise de décision concertée à tous les niveaux de la gouvernance afin de garantir l’efficience et la pertinence des mesures appliquées pour lutter contre le virus. « Le rôle des associations nationales dans la consultation et le dialogue avec les gouvernements nationaux est donc plus important que jamais » a souligné M. Kiefer en rappelant que la Charte stipule la nécessité de mettre en place des mécanismes de consultation solides et permanents entre les autorités nationales, régionales et locales, afin qu’ils puissent conjointement contribuer à la prise de décisions.

Saluant la participation active des membres de la délégation serbe auprès du Congrès et celle de la Conférence permanente des villes et des municipalités en tant que rapporteurs ou comme membres des missions d’observation des élections mais également dans les activités de coopération menées dans d’autres pays notamment en Ukraine et en Arménie, le Secrétaire Général a précisé que les activités de coopération du Congrès sont le prolongement de son travail statutaire. « Le travail de terrain du Congrès est rendu possible par la coopération active de ses membres, maires et conseiller municipaux, et de leurs associations nationales, a rappelé M. Kiefer, précisant que ces dernières sont des partenaires naturels et essentiels du Congrès.

Il a enfin mentionné la publication par le Congrès de guides pratiques à destination des élus, afin de les aider à remplir leur mission auprès des citoyens, tels que   les six volumes de la collection « Ethique publique »et le Manuel sur les droits de l’homme à l’échelle locale. « Le Congrès travaille également à promouvoir les échanges d’expériences et de pratiques entre élus locaux. Il a ainsi tout au long de cette pandémie, rassemblé sur son site web les initiatives et bonnes pratiques mises en place par les acteurs locaux et régionaux des Etats membres permettant aux élus locaux d’autres pays de s’en inspirer. » a conclut Mr Kiefer.

 


suivez-nous suivez-nous