Retour

Gudrun MOSLER-TÖRNSTRÖM : « Au Congrès, nous nous engageons pour l’Europe des solidarités»

Présidence Strasbourg, France 18 octobre 2017
  • Diminuer la taille du texte
  • Augmenter la taille du texte
  • Imprimer la page
  • Imprimer en PDF
Gudrun MOSLER-TÖRNSTRÖM : « Au Congrès, nous nous engageons pour l’Europe des solidarités»

S’exprimant à l’ouverture de la 33e Session du Congrès, à Strasbourg, France, le 18 octobre 2017, la Présidente du Congrès, Gudrun MOSLER-TÖRNSTRÖM, a rappelé que la construction européenne, a permis des avancées historiques au cours des soixante dernières années. « Nous ne voulons pas renoncer à ces avancées et chacun, dans son rôle, peut contribuer à préserver cet acquis, » a-t-elle affirmé en soulignant le rôle du Congrès à cet égard. Réaffirmant l’importance de régions fortes dotées de compétences élargies, la Présidente du Congrès a indiqué qu’elle ne croyait pas que « l’Europe que nous voulons de tout notre cœur pourra se construire sur des Etats nationaux faibles, une Europe émiettée, parcellisée, qui s’interdirait toute influence dans le monde ». « Il n’y a pas de place en Europe pour les égoïsmes quels qu’ils soient, nationaux ou régionaux et il n’y a pas de place pour le nationalisme, quel qu’il soit, national ou régional,' a-t-elle ajouté. Pour la Présidente le message du Congrès est clair: «Nous savons que la décentralisation est nécessaire, que l’autonomie des villes et des régions, clairement définie dans le cadre des frontières juridiques des Etats est indispensable. Mais nous ne désirons pas voir nos nations exploser », a-t-elle conclu.

Discours

Video

Dossier 33ème Session du Congrès