Retour

Gudrun MOSLER-TÖRNSTRÖM : «Face aux défis actuels, nous devons préserver la voix des collectivités »

34e session Strasbourg 27 March 2018
  • Diminuer la taille du texte
  • Augmenter la taille du texte
  • Imprimer la page
  • Imprimer en PDF
Gudrun MOSLER-TÖRNSTRÖM : «Face aux défis actuels, nous devons préserver la voix des collectivités »

 « Nous entrons, tous ensemble, dans un moment grave de la vie de notre organisation et de notre Congrès » a déclaré la Présidente du Congrès, Gudrun MOSLER-TÖRNSTRÖM, qui s’exprimait en ouverture de la 34e Session du Congrès, à Strasbourg, France, le 27 mars 2018. Dans sa communication, la Présidente a fait le point sur la crise budgétaire qui affecte aujourd’hui le Conseil de l’Europe et ses répercussions sur le fonctionnement du Congrès. Elle a souligné que cette crise a débuté avec la décision des Etats membres d’appliquer la clause de la « croissance nominale zéro » pour le vote du budget du Conseil de l’Europe. Aujourd’hui, elle est amplifiée par la décision récente de la Turquie de réduire sa contribution et par le non-paiement de la Russie des deux tiers de sa contribution en 2017 et du premier tiers en 2018.

« La structure budgétaire du Congrès nous rend sans doute plus vulnérables à cette crise qu’aucune autre institution du Conseil de l’Europe » a poursuivi la Présidente. Contrairement à l’Assemblée parlementaire dont le budget est largement financé par les parlements nationaux, le Congrès ne peut exiger des autorités locales et régionales qu’elles prennent en charge les activités et déplacements de leurs délégations, qui sont par conséquent entièrement couverts par le budget du Congrès.

Gudrun MOSLER TÖRNSTROM a par ailleurs alerté les membres du Congrès sur l’impact alarmant des coupes budgétaires sur ses activités, et par conséquent, un affaiblissement de l’influence de la dimension locale et régionale sur les travaux du Conseil de l’Europe. « Il s’agit là d’une crise non seulement budgétaire mais aussi politique, qui risque d’affecter en réalité notre rôle institutionnel, notre raison d’être et notre capacité à agir » a-t-elle déclaré.

Afin de faire face à ces difficultés, la Présidente a annoncé la création d’un groupe de réflexion stratégique – composé des trois Présidents et des quatre Présidents des groupes politiques ainsi que du Secrétaire général et du Directeur – avec pour mission d’examiner les pistes en vue d’une large réforme du fonctionnement du Congrès.

Communication de la Présidente du Congrès

Vidéo de la présentation

** 34e session du Congrès **

Dossier 34e session - AgendaVidéos et photos - MediaboxApplication mobile du Congrès - Twitter #COECongress