Retour

Andreas Kiefer: "Les maires et les conseillers constituent les nœuds de la toile démocratique"

Coopération Tbilissi, Géorgie 6 décembre 2017
  • Diminuer la taille du texte
  • Augmenter la taille du texte
  • Imprimer la page
  • Imprimer en PDF
Andreas Kiefer:
A l’ouverture de la conférence "Ethique et transparence au niveau local: stratégies et outils", le 6 décembre 2017 à Tbilissi (Géorgie), le secrétaire général du Congrès, Andreas Kiefer, a souligné les éléments clés d'une autonomie locale réussie: un cadre législatif adéquat, des maires et des élus prêts à servir les citoyens et des associations nationales fortes de pouvoirs locaux et régionaux, engagés dans un dialogue structuré et une consultation régulière avec les autorités nationales.

«Il y a deux ans et demi, en 2015, nous nous sommes réunis à Tbilissi pour lancer le programme thématique« Renforcer les cadres institutionnels pour la gouvernance locale », a-t-il rappelé. "Au cours de ce programme, nous avons travaillé avec toutes les parties prenantes, en entreprenant à la fois des activités au niveau spécifique de certains pays, et des activités multilatérales dont cette conférence régionale est un exemple".

Le Secrétaire Général du Congrès a, en particulier, souligné deux actions mises en œuvre dans le cadre du projet : les Initiatives locales sur la transparence et la participation citoyenne, développées par douze municipalités d'Arménie, Géorgie, République de Moldova et Ukraine et la Communauté de pratique sur la démocratie locale , une plateforme d'échange et de mise en réseau entre représentants des associations nationales, experts et praticiens.

"La conférence d'aujourd'hui vise à mettre en exergue les résultats et les bonnes pratiques auquel ce programme a abouti", a expliqué Andreas Kiefer. Il a présenté deux publications pratiques qui ont été distribuées aux participants: d’une part, le Guide sur la gestion du changement qui présente six outils pour accompagner le changement, et, d'autre part, les Manuels sur la transparence et la participation citoyenne, un ensemble de ressources documentaires spécifiques par pays pour aborder d'un point de vue pratique des questions telles que la corruption et la nécessité de rendre compte aux citoyens.

Le Secrétaire Général du Congrès a souligné que les activités de coopération du Congrès étaient axées sur les rôles et les responsabilités des élus locaux qui représentent les «nœuds d’un réseau de démocratie et de proximité avec les citoyens». "Si un ou deux nœuds de la toile devaient rompre, il resterait encore assez de nœuds pour maintenir la toile et résister aux défis", a-t-il ajouté.

"Alors que la décentralisation des pouvoirs continue de progresser grâce aux réformes en cours dans la région, le succès ne sera possible que s'il est accompagné par un changement d'état d'esprit et par le renforcement des capacités des acteurs, y compris les autorités locales, leurs associations nationales et leurs citoyens", a déclaré Andreas Kiefer. . "Le Congrès s'efforce d'atteindre ces objectifs grâce à nos activités de coopération qui complètent notre travail statutaire - le suivi de la mise en œuvre de la Charte européenne de l'autonomie locale", a-t-il conclu.

La conférence régionale de Tbilissi a réuni une centaine de maires et d'élus locaux d'Arménie, Azerbaïdjan, Géorgie, République de Moldova, Ukraine et Belarus, y compris de nombreux maires géorgiens nouvellement élus, ainsi que des représentants d'associations nationales de pouvoirs locaux et de la société civile, et des experts. L'objectif était de permettre un échange entre pairs sur les bonnes pratiques visant à promouvoir et renforcer l'éthique, la transparence et la participation citoyenne au niveau local dans ces pays.

La conférence a été organisée dans le cadre du programme «Renforcement des cadres institutionnels pour la gouvernance locale», mis en œuvre conjointement par le Congrès des pouvoirs locaux et régionaux avec le Centre d'expertise du Conseil de l'Europe pour la réforme de l'administration locale, Direction générale de la démocratie. Ce programme est financé par l'Union européenne et le Conseil de l'Europe et mis en œuvre par le Conseil de l'Europe à travers le Partenariat pour la bonne gouvernance (PGG) 2015-2017 pour l'Arménie, l'Azerbaïdjan, la Géorgie, la République de Moldova, l'Ukraine et le Belarus.