La structure même du Conseil de l'Europe, composée du Comité des Ministres et d'autres organes intergouvernementaux, de l'Assemblée parlementaire, du Congrès des pouvoirs locaux et régionaux, du Commissaire aux droits de l'homme, de la Conférence des ONG internationales, ainsi que de la Cour européenne des droits de l'homme, facilite les partenariats avec et entre autorités nationales, régionales et locales et société civile des Etats membres et au-delà pour favoriser un développement durable.

contribution du Congrès contribution du Congrès

Le Congrès joue un rôle actif dans ce domaine en encourageant la coopération à tous les niveaux. Dans ce contexte, le Congrès travaille à la mise en œuvre de l'objectif 17, comme en témoigne sa volonté d'intercéder auprès des différentes ONG et des élus dans différents forums de discussion. Le Congrès coopère également étroitement avec les associations nationales de collectivités locales et régionales. Ce partenariat permet d'établir un dialogue véritablement inclusif. C'est pourquoi le Congrès redouble d'efforts pour renforcer ces associations et développer leur efficacité et leur autonomie.

Afin de mettre en œuvre avec succès les DSD, le Congrès coopère avec un large éventail d'acteurs :
-ses partenaires institutionnels au sein du Conseil de l'Europe, en particulier l'Assemblée parlementaire qui a adopté, en 2019, une résolution appelant à une plus grande synergie entre les deux institutions dans la mise en œuvre des GDS et le Bureau de la Direction générale des programmes.
-des organisations internationales représentant les autorités locales et régionales, telles que Cités et Gouvernements Locaux Unis (CGLU),
-les institutions européennes, comme le Comité des Régions, la CALRE et l'ARE.