Jeunesse - Les jeunes construisent l'Europe


6e Conférence des Ministres européens responsables de la Jeunesse

Thessaloniki, Grèce, 7-9 novembre 2002

Résolution sur la situation des jeunes dans les régions de conflit

«La jeunesse construit l’Europe »

Au début du XXIème siècle, force est de constater que l’Europe est confrontée à de multiples situations d’instabilité associées à des conflits ouverts ou latents. Il existe aujourd’hui en Europe des anciens combattants qui n’ont pas trente ans, des jeunes qui ne peuvent quitter leur enclave, des enfants expulsés de leur pays.

Les jeunes qui, en Europe, sont confrontés à de telles situations aspirent naturellement à une vie « normale » et tentent de réaliser leurs rêves souvent dans un environnement hostile, dans des villes détruites, au sein de sociétés qui doivent apprendre à se réconcilier. Beaucoup d’entre eux, comme de nombreux citoyens, sont confrontés presque quotidiennement à la précarité, à la xénophobie et au racisme, à l’autoritarisme et à la corruption. En conséquence, beaucoup de jeunes cherchent à quitter leur pays, au risque de menacer le développement économique, social et culturel de ces régions.

Dans ce contexte d’instabilité, où la question de l’avenir est souvent de savoir s’il faut rester ou partir, il existe néanmoins des jeunes qui, à travers leurs actions et leur engagement volontaire, espèrent pouvoir changer les choses.

La volonté de nombreux jeunes de ces régions d’améliorer leur destin est un message d’espoir qui prend tout son sens au regard du thème de la 6ème Conférence des Ministres européens responsables de la Jeunesse : « La jeunesse construit l’Europe ». Ces jeunes doivent être encouragés autrement que par les mots seuls.

C’est pourquoi, nous, Ministres européens responsables de la Jeunesse, réunis à Thessaloniki, à l’occasion de la 6ème Conférence des Ministres européens responsables de la Jeunesse du Conseil de l’Europe,

  • Ÿ Ayant à l’esprit la situation conflictuelle, de guerre ou d’après guerre dont ont souffert récemment ou souffrent encore certaines sociétés européennes, et les conséquences économiques, sociales et culturelles pour tous ceux et celles qui y vivent, en particulier les jeunes ;
  • Ÿ S’appuyant sur la Convention des Nations Unies sur les Droits des Enfants ainsi que sur son protocole optionnel pour s’assurer que les enfants ne participent pas à des conflits armés ;
  • Ÿ Soulignant à cet égard les aspirations des jeunes à vivre en paix dans une société fondée sur les valeurs de respect, de tolérance et de cohésion sociale ;
  • Ÿ Se félicitant de l’action entreprise par le secteur jeunesse du Conseil de l’Europe au cours des dernières années en Europe du Sud-Est et dans le Caucase, visant à soutenir la démocratie pluraliste, le développement du dialogue interculturel et de la cohésion sociale, la promotion de la dignité humaine et des droits de l’homme ;

Convenons que le Conseil de l’Europe devrait à l’avenir :

  • Ÿ Encourager la mise en place de mesures spécifiques visant à briser l’isolation des jeunes vivant dans les régions de conflit, à leur permettre de participer à des programmes européens et à entreprendre des projets dans ces régions ;
  • Ÿ Poursuivre son soutien aux initiatives des jeunes et des organisations de jeunesse des régions concernées, visant à promouvoir le dialogue interculturel, par le biais notamment des programmes de formation des Centres européens de la Jeunesse, des projets pilotes du Fonds européen pour la Jeunesse et des programmes d’assistance du secteur jeunesse du Conseil de l’Europe ;
  • Ÿ Renforcer le programme du Conseil de l’Europe de formation de jeunes responsables démocratiques («democratic leadership programme ») afin de leur permettre d’œuvrer pour une gestion ouverte et transparente de l’engagement politique ;
  • Ÿ Poursuivre des programmes spécifiques d’assistance sur le terrain permettant en particulier l’échange d’expériences et de bonnes pratiques dans les domaines législatif et administratif, de l’information des jeunes et de la coopération entre le secteur gouvernemental et non gouvernemental ;
  • Ÿ Poursuivre la mise en œuvre des instruments existants du Conseil de l’Europe, notamment la Charte sur la participation des jeunes à la vie municipale et régionale, la Recommandation n° R (94) 4 du Comité des Ministres sur la promotion du service volontaire en Europe et la Recommandation n° R (95) 18 sur la mobilité des jeunes ;
  • Ÿ Encourager les gouvernements à poursuivre le Pacte de Stabilité pour l’Europe du Sud-Est et à soutenir l’action du secteur jeunesse au sein de cette structure, afin de coordonner les initiatives menées par les différents acteurs présents dans cette région en faveur de la jeunesse ;
  • Ÿ Encourager les initiatives et programmes visant à faciliter le retour et la réinstallation des personnes déplacées et des réfugiés, notamment les jeunes, dans leur pays ou lieu de résidence.

MJN-6 (2002) 6 rév. 1