Retour

"Il n'y a aucune place pour la violence à l'égard des femmes dans les villes et les régions démocratiques", déclare la porte-parole du Congrès du Conseil de l'Europe pour l'égalité des genres

Strasbourg, France 24 novembre 2022
  • Diminuer la taille du texte
  • Augmenter la taille du texte
  • Imprimer la page
  • Imprimer en PDF

À la veille de la Journée internationale pour l'élimination de la violence à l'égard des femmes, qui a lieu chaque année le 25 novembre, la porte-parole pour l'égalité des genres du Congrès des pouvoirs locaux et régionaux du Conseil de l'Europe, Mme Eirini Dourou (SOC, Grèce), a fait la déclaration suivante :

« Les sociétés inclusives commencent par l'inclusivité aux niveaux décisionnels. Cependant, les femmes restent encore sous-représentées en politique. Trop souvent, les attitudes sexistes et la violence à l'égard des femmes les découragent de faire entendre leur voix et de participer à la vie politique. Le Congrès est convaincu qu'il est essentiel de mettre fin à la violence à l'égard des femmes pour réaliser les droits des femmes et promouvoir la participation des femmes à la vie publique locale et régionale.

Le Congrès a élaboré les instruments nécessaires pour aider les autorités locales et régionales - le niveau de gouvernance le plus proche des citoyens - à lutter contre la violence sexiste et à faciliter la participation des femmes à la vie publique. Nous avons également été le premier organe du Conseil de l'Europe à mettre en place des quotas pour une représentation équilibrée parmi nos membres.

Nous devons maintenant nous assurer que les autorités locales et régionales agissent, par exemple en mettant en place des procédures de plainte au sein de leurs administrations, en développant des mécanismes de conseil confidentiel et en introduisant des codes de conduite interdisant les discours sexistes ou le harcèlement dans les conseils locaux et régionaux.

Le niveau local est le premier niveau d'entrée de nombreuses femmes en politique et il est inacceptable que beaucoup d'entre elles décident de partir à cause du sexisme ou de la violence. Jour après jour, nous devons travailler à l'élimination systématique de la violence contre les femmes dans la gouvernance locale. La Journée internationale n'est qu'un rappel du chemin à parcourir et de l'urgence de le faire.

En tant que porte-parole du Congrès pour l'égalité des genres, je veux aujourd'hui rappeler à tous les maires, conseillers municipaux et représentants régionaux qu'il n'y a pas de société juste sans droits forts des femmes, car les droits des femmes sont des droits humains.

Alors aujourd'hui, tendons un miroir à toutes les autorités locales et régionales et demandons-nous : "Que puis-je faire de plus pour faire de ma ville ou de ma région un lieu où les femmes peuvent se présenter aux élections en toute sécurité ?” » .

Le Congrès s'est engagé depuis longtemps à prévenir et à combattre la violence sexiste à l'égard des femmes en politique aux niveaux local et régional et a travaillé sur la participation politique des femmes et sur l'égalité des genres en politique. Il a également développé des outils pratiques dans le cadre de ses activités de coopération, comme ses guides sur la prévention et la lutte contre le sexisme au niveau local en Géorgie et en Ukraine, conformément à la Stratégie pour l'égalité des genres 2018-2023 du Conseil de l'Europe.


suivez-nous suivez-nous