Photo : Sandro WeltinLes villes jouent un rôle essentiel dans l’accueil des personnes réfugiées, en leur offrant à la fois des équipements pour répondre à leurs besoins immédiats et des perspectives d’intégration sociale et économique à long terme.

Bien que les villes ne soient pas souvent associées aux procédures officielles en matière d’asile, elles jouent un rôle important dans l’accueil des personnes réfugiées, puisque celles-ci s’installent la plupart du temps en milieu urbain dans l’espoir de trouver un esprit de communauté, un sentiment de sécurité et une indépendance économique. La recherche de solutions pragmatiques et la conception conjointe de politiques considérées comme un investissement dans l’intégration à long terme des personnes réfugiées sont des aspects essentiels pour que les autorités locales parviennent à favoriser la compréhension au sein de la population, à susciter son ouverture à la diversité, à gérer les conflits potentiels, à garantir l’égalité et à lutter contre la discrimination. En accueillant comme il se doit les personnes réfugiées, la ville peut leur donner la possibilité de réaliser leurs aspirations et d’apporter une contribution significative à la collectivité au niveau local.

Dans cette optique, les politiques d’accueil doivent être envisagées et conçues dans une perspective interculturelle : une personne ayant le statut de réfugié a dû quitter son pays d’origine en raison d’une crainte fondée d’être persécutée ; elle a entrepris un voyage vers un endroit où elle espère se sentir en sécurité et bienvenue. Pour que son intégration se concrétise, il faut que les autorités municipales adaptent leur gouvernance et leurs politiques de manière à garantir une réelle égalité ; elles doivent aider les citoyen-ne-s à considérer la diversité de manière positive ; et elles doivent créer des espaces sûrs pour que des interactions interculturelles fructueuses puissent avoir lieu dans l’espace public. De cette façon, les personnes réfugiées auront la possibilité de réaliser leurs aspirations et seront en mesure d’apporter une contribution significative à la collectivité au niveau local.

 

Bonnes pratiques Bonnes pratiques
6 mois (juillet – décembre 2017) + emploi 8 mois.

Projet Prosperimo

11 mois, de février à décembre 2017

Le dialogue, fondement de la vie de quartier

juin 2017

Bergaktion

faits et chiffres faits et chiffres
 

Accueil des nouveaux arrivants

Souvent, les personnes qui arrivent dans une nouvelle ville pour un séjour de longue durée, quels que soient leur statut et les circonstances (expatriés, travailleurs migrants, conjoint(e)s, réfugiés, mineurs non accompagnés, retraités…), se sentent perdues. Moins elles connaissent leur nouvel environnement, plus elles auront besoin d’aide pour se sentir suffisamment à l’aise et sûres d’elles pour commencer à se construire un nouveau réseau social et professionnel. La manière dont la ville coordonne les diverses mesures d’accompagnement et leur degré de mise en œuvre effective ont une influence considérable sur la capacité d’intégration des nouveaux arrivants, et peuvent donc, en cas de mauvaise gestion, renforcer leur tendance à s’enfermer dans un « ghetto » culturel.


Ce graphique repose sur des indicateurs sélectionnés de l’Index des Cités interculturelles. Pour plus d'information, consultez les graphiques interactifs sur les Faits et chiffres, l’Index des Cités interculturelles, ainsi que les rapports sur l’Index et les profils interculturels de chaque ville.

Webinaire "Créer des villes inclusives : Tout le monde peut faire la différence"
18 juin 2020 
Médias sociaux Médias sociaux