Back

Déclaration du Président du Congrès sur le retrait annoncé de la Turquie de la Convention d'Istanbul

Présidence Strasbourg, France 23 mars 2021
  • Diminuer la taille du texte
  • Augmenter la taille du texte
  • Imprimer la page
  • Imprimer en PDF
Déclaration du Président du Congrès sur le retrait annoncé de la Turquie de la Convention d'Istanbul

Leendert Verbeek (Pays-Bas, SOC/V/DP), Président nouvellement élu du Congrès des pouvoirs locaux et régionaux du Conseil de l'Europe, a joint sa voix à celle des autres dirigeants du Conseil de l'Europe, composé de 47 pays : la Secrétaire Générale Marija Pejčinović Burić, le Ministre allemand des Affaires étrangères et Président du Comité des Ministres Heiko Maas, et le Président de l'Assemblée parlementaire Rik Daems, pour exprimer son inquiétude quant au retrait annoncé de la Turquie de la Convention d'Istanbul.

« Nous sommes profondément préoccupés et attristés par cette nouvelle. La Convention d'Istanbul est un traité historique du Conseil de l'Europe. Elle a créé un cadre juridique international pour protéger les femmes contre la violence en prévenant, poursuivant et éliminant la violence à l'égard des femmes et la violence domestique. Elle a été ouverte à la signature à Istanbul pendant la présidence turque du Conseil de l'Europe il y a 10 ans et immédiatement signée par la Turquie qui l'a ratifiée un an plus tard après le vote unanime du parlement turc.

Les autorités locales et régionales sont les plus proches de la vie quotidienne des citoyens et doivent répondre quotidiennement au fléau de la violence contre les femmes et de la violence domestique. Ce problème s'est encore aggravé en raison de la Covid-19. Le Congrès, qui représente les 150.000 collectivités territoriales d'Europe, regrette profondément la décision du Président de la Turquie de retirer son pays de cette importante Convention. Cette décision donne un mauvais signal et prive la société turque d'un outil vital et indispensable pour lutter contre la violence.

J'appelle donc les autorités turques à reconsidérer leur décision et à rester dans le cadre de la convention d'Istanbul, dans l'intérêt de la protection des individus contre la violence », a déclaré le président Verbeek.


follow us follow us