Retour

Contre l’âgisme et pour une citoyenneté sociale active des personnes âgées

Plateforme collaborative COE-FRA-REINDH-EQUINET sur les droits sociaux et économiques
Strasbourg, France 27/09/2021
  • Diminuer la taille du texte
  • Augmenter la taille du texte
  • Imprimer la page
  • Imprimer en PDF
Contre l’âgisme et pour une citoyenneté sociale active des personnes âgées

Comment combattre l'âgisme et assurer une citoyenneté sociale active aux personnes âgées ? Comment pouvons-nous utiliser efficacement les instruments internationaux des droits de l'homme et en particulier la Charte sociale européenne pour lutter contre la discrimination à l’encontre des personnes âgées ? Comment pouvons-nous mieux coopérer pour garantir les droits des personnes âgées ?

Celles-ci et d'autres questions seront discutées lors d'un événement en ligne, organisé dans le cadre de la Plateforme collaborative COE-FRA-REINDH-EQUINET sur les droits sociaux et économiques, le 27 septembre 2021 de 14h00 à 16h00 CET.

La réunion sera libre d’accès, retransmise en direct via Web streaming et pourra être suivie en anglais, français ou en original via la plateforme KUDO.

L'objectif principal de la réunion est de présenter la nouvelle publication du Conseil de l'Europe « Contre l’âgisme et pour une citoyenneté sociale active des personnes âgées. Utilisation actuelle et potentiel futur de la Charte sociale européenne », écrite par Gerard Quinn, rapporteur spécial des Nations Unies sur les droits des personnes handicapées et Israel (Issi) Doron, chef du Centre de recherche et d'étude du vieillissement, Université de Haïfa, Israel. L'avant-propos est signé par Claudia Mahler, experte indépendante des Nations unies sur la jouissance de tous les droits de l'homme par les personnes âgées.

La réunion vise à rassembler les acteurs nationaux et internationaux des droits de l'homme afin de discuter, sur la base de l'étude publiée, des moyens à améliorer la situation des personnes âgées en Europe ; de voir comment les différentes normes internationales en matière de droits de l'homme peuvent être optimisées pour faire respecter les droits des personnes âgées et inspirer les politiques nationales garantissant le respect de la dignité, de l'égalité et de la non-discrimination.

L'étude analyse également le rôle des différentes parties prenantes - gouvernements, société civile, institutions nationales des droits de l'homme, organismes de promotion de l'égalité - et la question de savoir si et comment la Charte sociale européenne peut leur donner les moyens d'interagir efficacement pour éloigner l'Europe des lois et politiques âgistes du passé.

Plus important encore, l'étude présente une vision de la manière dont la Charte peut être optimisée à l'avenir, alors que l'Europe lutte pour éliminer les lois et politiques âgistes. Par conséquent, la réunion vise à examiner les recommandations suggérées et à explorer les moyens concrets de leur mise en œuvre au niveau national.


Twitter Twitter