Journée européenne pour la protection des enfants contre l’exploitation et les abus sexuels
 

L'exploitation sexuelle et les abus sexuels sur les enfants peuvent avoir lieu à la maison, à l'école, lors d'activités extrascolaires, dans la rue, par téléphone, via une webcam ou en ligne en général. Dans la plupart des cas (70 à 85%), elle est infligée par une personne que l’enfant connaît, dans son cercle de confiance, et cause des dommages à vie à la santé physique et mentale de l’enfant. Dans 90% des cas, les actes de violence sexuelle ne sont pas signalés à la police.

Afin de prévenir ces crimes, de poursuivre leurs auteurs et de protéger les victimes, la société dans son ensemble doit s'assurer qu'elle ne se dérobe pas à ce fléau, mais qu’elle en fasse part, discute des moyens et prend des mesures concrètes pour remédier à la situation. Dans ce contexte, le Comité des Ministres du Conseil de l'Europe a adopté une Convention pionnière, la Convention sur la protection des enfants contre l'exploitation et les abus sexuels (Convention de Lanzarote), et a lancé une campagne pour mettre fin aux violences sexuelles contre les enfants, la Campagne UN sur CINQ. En 2015, pour donner suite à l'important travail et à l'impact résultant de cette Campagne qui venait de s’achever, il a décidé d'aller plus loin en organisant la première Journée européenne pour la protection des enfants contre l'exploitation et les abus sexuels. Célébrée chaque année le ou autour du 18 novembre, ses objectifs sont de :

  • sensibiliser l’opinion publique à l’exploitation et aux abus sexuels des enfants, ainsi qu’à la nécessité de prévenir de tels actes ;
  • favoriser des discussions ouvertes sur la protection des enfants contre l’exploitation et les abus sexuels, et aider à prévenir et à éliminer la stigmatisation des victimes ;
  • promouvoir la ratification et la mise en œuvre de la Convention de Lanzarote, un instrument juridiquement contraignant sans équivalent, qui impose aux Parties d’incriminer toute forme d’abus sexuel commis sur enfants et explique comment lutter contre ce phénomène.

Les Etats membres du Conseil de l’Europe et la société civile s’approprient la façon de célébrer et organiser la journée européenne pour les enfants et tous ceux qui interagissent avec eux à titre personnel ou professionnel (parents, enseignants, personnel des organes chargés de l’application des lois, entraîneurs sportifs, organisations non gouvernementales, etc.). Ils peuvent mener des actions nationales et décider eux-mêmes des initiatives qu’ils souhaitent prendre, en particulier par l’utilisation des médias sociaux et de réseaux déjà existants. Toute action est possible, comme par exemple des conférences dans les écoles, des discussions, des projections de films sur le thème de la violence sexuelle contre les enfants, des déclarations publiques et des événements médiatiques.

Chaque année, le Conseil de l'Europe propose un thème à ses partenaires pour les actions à mener. Il promeut les différentes actions et initiatives nationales prises par eux sur son site Internet. Il fournit également du matériel de sensibilisation qui peut être utilisé librement.

Veuillez nous contacter pour que votre action et / ou initiative nationale soit promue sur notre site internet et via nos médias sociaux.

Faites nous savoir si vous organisez un événement
Ce champ est obligatoire.
Ce champ est obligatoire.
Ce champ est obligatoire.