La Convention de Lanzarote exige de chaque Partie qu’elle « encourage la participation des enfants, selon leur stade de développement, à l’élaboration et à la mise en œuvre des politiques, des programmes publics ou autres portant sur la lutte contre l’exploitation et les abus sexuels concernant des enfants » (article 9, paragraphe 1, de la Convention de Lanzarote). La participation des enfants à la mise en œuvre de la Convention de Lanzarote découle aussi des priorités de la Stratégie pour les droits de l’enfant (2016-2021) et de la Recommandation CM/Rec(2012)2 du Comité des Ministres aux États membres sur la participation des enfants et des jeunes de moins de 18 ans.

Selon cette recommandation, la participation des enfants signifie que toutes les personnes de moins de 18 ans, individuellement ou en groupe, ont le droit, les moyens, la place et la possibilité d’exprimer librement leurs opinions, d’être entendues et de contribuer à la prise de décisions sur les affaires les concernant, qu’elles bénéficient si nécessaire d’un soutien à cette fin et que leurs opinions sont dûment prises en considération, eu égard à leur âge et à leur degré de maturité. Afin de pouvoir participer de manière fructueuse et authentique, les enfants et les jeunes devraient recevoir toutes les informations pertinentes et se voir proposer un soutien adéquat pour se défendre eux-mêmes, selon leur âge et les circonstances. Les enfants et les jeunes exerçant leur droit d'exprimer librement leur opinion doivent être protégés contre tout préjudice, y compris l'intimidation, les représailles, la victimisation et la violation de leur droit à la vie privée. Enfin, ils devraient toujours être pleinement informés de la portée de leur participation, notamment des limites à leur engagement, des résultats attendus et réels de leur participation et de la façon dont leurs opinions ont finalement été prises en compte.

La recommandation invite les États membres à protéger et promouvoir le droit des enfants à la participation et à créer des espaces de participation. Afin de maximiser les possibilités, pour les enfants et les jeunes, de participer à toutes les affaires les concernant, les États membres devraient « aider les enfants et les jeunes et leurs organisations à participer au suivi […] de la mise en œuvre des instruments pertinents du Conseil de l'Europe et d'autres normes internationales relatives aux droits des enfants ».

En conséquence, les enfants sont invités à participer aux travaux du Comité de Lanzarote. Leur participation dans le cadre du 2e cycle de suivi de la Convention de Lanzarote est facilitée par un kit de mise en œuvre disponible ici.