Salle de presse


Retour

Rapport sur le maintien de l'ordre par la police en Grèce

Strasbourg 10 juillet 2019
  • Diminuer la taille du texte
  • Augmenter la taille du texte
  • Imprimer la page
  • Imprimer en PDF
©Shutterstock.com

©Shutterstock.com

Le Conseil de l’Europe vient de publier un rapport sur le maintien de l’ordre par la police en Grèce et sur les moyens de prévenir la torture ou toutes formes de mauvais traitements entre les mains des forces de l’ordre. Ce rapport est le fruit d’une discussion entre des procureurs, agents de police, garde-côtes, universitaires grecs et des experts européens des droits de l’homme et de la police qui s’est tenue lors d’une table-ronde à Athènes les 10 et 11 janvier 2019.

Au regard des arrêts de la Cour européenne des droits de l’homme et de rapports du CPT ayant fortement critiqué l’État grec en ce qui concerne les mauvais traitements par la police et l’absence d’enquêtes effectives à cet égard, la table-ronde d’Athènes fut une tribune pour traiter ces questions. La table-ronde a abordé à la fois les pratiques et la culture policières mais aussi la question de savoir si les dispositions du droit grec étaient compatibles avec les standards européens.  

De nombreuses interventions au cours de la table-ronde ont affirmé que l’impact de la torture et autres traitements cruels, inhumains ou dégradants aux mains des forces de l’ordre était lié à une culture dominante en Grèce selon laquelle de tels traitements sont considérés comme acceptables. En outre, les défaillances dans la loi et dans sa mise en œuvre entravent les enquêtes effectives sur les allégations de mauvais traitements par des membres des forces de l’ordre. Le rapport met également l’accent sur le fait que la torture et les mauvais traitements peuvent prospérer en raison de pouvoirs insuffisamment réglementés ou contrôlés, et il souligne l’importance de garantir l’existence et le financement de mécanismes de surveillance et de plainte indépendants.

Le rapport met également en exergue le fait que les abus par la police, et le consentement à de tels abus, sont souvent liés à une culture institutionnelle, ainsi qu’à l’environnement socio-politique au sens large, incluant une discrimination à l’égard des personnes considérées comme « autres » dans la Grèce d’aujourd’hui. Pour toutes ces raisons, les mesures nécessaires afin de prévenir la torture et d’autres mauvais traitements doivent également inclure des actions pour relever les défis structurels et systémiques qui pérennisent de tels abus.


  Lire le rapport sur le maintien de l'ordre par la police : version anglaise / version grecque

  Voir les documents relatifs à la table-ronde