Pouvez-vous répondre à ces questions ? Votre demande d’asile serait-elle recevable ?

Aperçu

Cette activité est une simulation des difficultés rencontrées par les réfugiés qui demandent l’asile. Elle aborde les questions suivantes :
• Les frustrations et facteurs émotionnels auxquels les réfugiés doivent faire face
• La barrière de la langue, qu’il faut surmonter
• La discrimination au cours de la procédure de demande d’asile

Droits corrélés

• Droit de demander et de bénéficier de l’asile
• Droit de ne pas faire l’objet de discrimination sur la base de l’origine ethnique ou du pays d’origine
• Droit à la présomption d’innocence

Objectifs

• Sensibiliser à la discrimination pratiquée par la police aux frontières et les services de l’immigration
• Développer les compétences de communication interculturelle
• Favoriser l’empathie avec les réfugiés et les demandeurs d’asile

Matériels

• Copies du document « demande d’asile », une par participant
• Stylos, un par personne

Préparation

Disposez la salle de manière à ce que vous puissiez vous asseoir derrière un bureau et jouer le rôle d’un bureaucrate.

Date clé
  • 21 févrierJournée internationale de la langue maternelle

Instructions

1. Laissez arriver les participants mais ne saluez personne. Faites mine de ne pas remarquer leur présence et ne dites rien de ce qui va se passer.
2. Attendez quelques minutes avant l’heure prévue pour le début de l’activité, puis distribuez les formulaires de demande d’asile et les stylos, un par participant.
3. Expliquez-leur qu’ils ont cinq minutes pour remplir le formulaire, mais n’ajoutez rien. Ignorez toutes les questions et protestations. Si vous devez communiquer, parlez une autre langue (ou une langue imaginaire) et utilisez des gestes. Maintenez toute communication au minimum. Rappelez-vous que les problèmes des réfugiés ne sont pas votre préoccupation ; votre travail est de distribuer les formulaires puis de les ramasser.
4. Accueillez sèchement les retardataires (par exemple, « vous êtes en retard. Prenez ce formulaire et remplissez-le. Il ne vous reste plus que quelques minutes pour le faire »).
5. Au bout de cinq minutes, ramassez les formulaires. Ne laissez échapper aucun sourire et n’établissez aucun contact personnel.
6. Choisissez l’un des formulaires et appelez le nom de la personne qui l’a rempli. Invitez-la à se présenter devant vous. Regardez le formulaire et trouvez quelque chose à redire à propos de la manière dont il a été rempli, par exemple « vous n’avez pas répondu à la question 8 » ou « je vois que vous avez répondu « non » à la question 6 », « demande rejetée ». Dites à la personne de partir. N’entrez pas dans une discussion. Poursuivez directement en appelant la personne suivante à se présenter devant vous.
7. Répétez ce processus plusieurs fois. Il n’est pas nécessaire d’examiner toutes les demandes, continuez uniquement jusqu’à ce que tous les participants aient compris de quoi il retourne.
8. Enfin, abandonnez votre rôle et invitez les participants à examiner ce qui s’est passé.

Compte rendu et évaluationGoto top

Commencez par demander aux participants comment ils se sont sentis au cours de l’activité, puis débattez du déroulement de l’activité, de ce qu’ils ont appris et des liens avec les droits de l’homme.

  • Qu’ont ressenti les participants lorsqu’ils ont dû remplir un formulaire inintelligible ?
  • La simulation de l’expérience d’un demandeur d’asile était-elle réaliste ?
  • Pensez-vous que, dans votre pays, les demandeurs d’asile sont traités équitablement durant la procédure de demande d’asile ? Pourquoi ? Pourquoi pas ?
  • Quelles peuvent être les conséquences d’un rejet d’une demande d’asile pour une personne ?
  • Les participants se sont-ils déjà retrouvés face à un agent, par exemple un policier ou un contrôleur de billets, dont ils ne parlaient pas la langue ? Qu’ont-ils ressenti ?
  • Quels sont les droits de l’homme concernés par cette activité ?
  • Quels sont les moyens dont disposent les demandeurs d’asile pour demander une protection contre toute atteinte à leurs droits ?
  • Combien de demandeurs d’asile y-a-t-il dans votre pays ? Pensez-vous que votre pays accueille sa juste part de réfugiés ?
  • Quels sont les droits dont les demandeurs d’asile sont privés dans votre pays ?

Conseils pour l’animateurGoto top

Cette activité est relativement facile à animer. La seule chose qui vous est demandée est d’être convaincant dans votre rôle : vous devez vous montrer sérieux, inflexible et bureaucratique. Vous ne vous souciez pas des difficultés des demandeurs d’asile ; vous êtes là pour faire votre travail ! Le fait est que beaucoup de gens ne veulent pas de réfugiés dans leur pays. Les officiers des services de l’immigration ont pour ordre d’étudier les dossiers des réfugiés et de n’accepter que ceux qui ont des documents d’identité et qui remplissent correctement les formulaires de demande. Bien souvent, les réfugiés ne maîtrisent pas la langue du pays d’accueil et rencontrent des difficultés pour remplir les formulaires. Ils sont également dans un grand désarroi. Ils ont beaucoup de mal à se rendre compte de ce qui se passe car leurs demandes sont souvent rejetées sans qu’ils en comprennent la raison.

Le formulaire de demande d’asile utilisé dans cette activité est en langue créole. Un créole est une langue qui naît d’une tentative de communication entre deux peuples qui n’ont pas de langue commune. On obtient alors un mélange : par exemple, le créole jamaïcain contient de nombreux mots anglais avec une prononciation dialectale et une structure grammaticale ouest-africaine. Il existe plusieurs langues créoles, par exemple en Haïti et en République dominicaine, ainsi que sur certaines îles de l’Océan pacifique et de l’Océan indien, comme la Papouasie-Nouvelle-Guinée et les Seychelles. Le créole est utilisé dans cet exercice car relativement peu d’Européens le connaissent. S’il s’avère que l’un des membres de votre groupe parle cette langue, demandez-lui de jouer le rôle de l’agent de la police des frontières ou des services de l’immigration.

Suggestions de suiviGoto top

Si vous souhaitez examiner les arguments pour ou contre l’acceptation de réfugiés dans un pays, référez-vous à l’activité « Puis-je entrer ? » .

De nombreux demandeurs d’asile venant en Europe rencontrent des difficultés d’intégration car ils n’ont pas bénéficié d’une éducation suffisante dans leur pays d’origine. Si vous souhaitez étudier les inégalités en matière d’éducation dans le monde, nous vous conseillons l’activité « L’éducation pour tous ? »".

Idées d'actionGoto top

Trouvez des informations sur les procédures applicables dans votre pays lorsqu’un demandeur d’asile se présente à la frontière. Où et quand remplit-il les premiers formulaires ? A-t-il tout de suite droit à un interprète ? Faites des recherches sur le site d’information officiel de votre gouvernement, invitez un agent des services de l’immigration à venir parler des difficultés de son métier, et entretenez vous avec des demandeurs d’asile pour recueillir leur point de vue sur la situation, le degré d’équité du système et les difficultés rencontrées, notamment pour remplir les premiers formulaires. Ces informations pourraient être utilisées pour mener une campagne de sensibilisation sur les réfugiés ou être transmises aux services de l’immigration ou à des organisations comme le Haut-Commissariat aux réfugiés et Amnesty International.

Les enfants, en particulier les demandeurs d’asile non accompagnés par un parent ou un adulte proche, ont besoin d’une protection spéciale. Informez-vous sur les procédures mises en place pour les mineurs non accompagnés et voyez s’il existe des moyens concrets d’apporter votre aide, par exemple en traduisant des documents envoyés par les autorités ou en devenant un tuteur (voir informations complémentaires ci-après).

Informations complémentairesGoto top

Réfugiés
Le terme « réfugié » désigne de manière générale toute personne qui fuit son pays à la recherche de la sécurité. Il a aussi une définition juridique précise et se dit d’une personne dont on reconnaît officiellement qu’elle a besoin d’une protection au titre de la Convention de Genève de 1951. Un « demandeur d’asile » est une personne qui cherche à obtenir le statut de réfugié. Les définitions officielles des termes sont données dans le glossaire, et on trouvera d’autres renseignements et précisions dans la partie « informations complémentaires » de l’activité « Puis-je entrer ? ».

Vous trouverez bien d’autres idées d’activités sur les réfugiés dans une « boîte à outils » produite par la Croix Rouge britannique. Allez sur la page www.redcross.org.uk et recherchez
« Positive Images ».

Les informations suivantes sont tirées du site web du Conseil européen pour les réfugiés et les exilés (ECRE), www.ecre.org.

Les chances, pour un réfugié, d’obtenir une protection dépendent en grande partie des procédures de traitement des dossiers de demande d’asile. Même la plus convaincante des demandes de protection internationale peut échouer si elle n’est pas examinée avec équité et dans son intégralité. Les services des frontières et de l’immigration doivent bien comprendre leur obligation de recevoir les demandeurs d’asile et de mettre à leur disposition une aide judiciaire et des services d’interprétation.
La Directive de l’UE sur les procédures d’asile, entrée en vigueur le 1er décembre 2005, définit des normes minimales concernant les procédures d’octroi et de retrait du statut de réfugié dans les Etats membres. Elle porte sur l’accès aux procédures (y compris aux frontières), la rétention, l’examen des demandes, les entretiens personnels et l’assistance judiciaire. De l’avis de l’ECRE, la directive « ne contient pas de normes propices à un examen équitable et complet des demandes d’asile. [...] Certains points restent préoccupants, tels que [...] la sanction des procédures à la frontière qui dérogent aux principes et garanties prévus par la Directive elle-même ». En 2009, la directive a été modifiée pour une plus grande harmonisation du système d’asile en Europe.

Cette activité est une adaptation de Donahue, D. et Flowers, N., The Uprooted, Hunter House Publishers, 1995.

Enfants demandeurs d’asile
Le Commissaire aux droits de l’homme du Conseil de l’Europe a écrit, le 20 avril 2010 : « Nous avons le devoir de protéger ces enfants (mineurs non accompagnés). L’enfant migrant a droit à une protection, c’est là le point essentiel. Au lieu de décider automatiquement de renvoyer un mineur, il faudrait désigner au plus tôt un tuteur chargé de défendre ses intérêts. C’est en effet la meilleure protection contre toute forme d’abus de la part de trafiquants mais aussi d’éventuelles négligences de la part des autorités du pays d’accueil ». http://www.coe.int/en/web/commissioner/home

DocumentsGoto top

PDFPDF à télécharger

Demande d’asile
1. Appellido  
2. Primer nombre  
3. Fecha de nacimiento  
4. Pais, ciudad de residencia  
5. Ou genyen fanmi ne etazini?  
6. Kisa yo ye pou wou  
7. Ki papye imagrasyon fanmi ou yo genyen isit?  
8. Eske ou ansent?  
9. Eske ou gen avoka?  
10. Ou jam al nahoken jyman