La violence à l’égard des enfants se produit sous de nombreuses formes, dans des lieux et des contextes différents. Elle peut prendre la forme de violence sexuelle, physique ou psychologique, d'abus ou d'exploitation, et se produit dans ce que l'on appelle le « cercle de confiance » (famille, école, institutions résidentielles) ou dans la sphère publique, où elle est souvent facilitée par les outils numériques.

Quelle que soit sa nature ou son ampleur, la violence à l’égard des enfants reste une violation des droits de l'homme (selon l'article 19 de la Convention des Nations unies relative aux droits de l'enfant). Malgré les efforts entrepris par beaucoup, elle est loin d'être éliminée des sociétés modernes du XXIe siècle - au contraire, elle apparaît régulièrement sous de nouvelles formes et expressions. Cela crée des défis toujours nouveaux pour les législateurs et les décideurs politiques et exige que la législation et les politiques publiques soient régulièrement revues et mises à jour.

La violence à l'égard des enfants, comme tout autre phénomène social, peut être étudiée et quantifiée. Les données et les études nous aident à mieux comprendre les formes et les manifestations de la violence et permettent d'élaborer des réponses ciblées et adéquates. Les experts internationaux qui luttent contre la violence envers les enfants dans divers contextes s'accordent largement à dire qu'il manque des données cohérentes et précises sur les expressions de la violence envers les enfants.

Grâce à ce centre d'échange d'informations, le Conseil de l'Europe - bien qu'il ne soit pas en mesure d'entreprendre une collecte systématique de données en tant que telle ou de constituer une base de données exhaustive - contribue à une meilleure compréhension de la violence à l'égard des enfants et des réponses possibles à celle-ci en facilitant l'accès à certaines des ressources clés et des bonnes pratiques dans ce domaine.

Des informations spécifiques relatives aux différentes formes de violence à l’égard des enfants sont disponibles ci-dessous.

Des informations sur les ressources internationales, européennes et nationales, peuvent être trouvées dans le centre de ressources.


L'exploitation et les abus sexuels des enfants ont pris des proportions inquiétantes dans de nombreux pays et aussi au niveau international, notamment en raison de l'utilisation accrue des technologies de l'information et de la communication (TIC) par les enfants et les auteurs d'infractions. Afin de prévenir et de combattre conjointement les différentes formes d'exploitation et d'abus sexuels des enfants et d'élaborer des réponses efficaces à cet égard, la coopération internationale est essentielle, tant pour échanger des informations sur les bonnes pratiques et les expériences réalisées que pour coordonner les mesures juridiques et politiques.

Au niveau du Conseil de l'Europe, la Convention du Conseil de l'Europe sur la protection des enfants contre l'exploitation et les abus sexuels (« Convention de Lanzarote » ; STCE n° 201) est le principal instrument de lutte contre la violence sexuelle à l'égard des enfants. Sa mise en œuvre est suivie de près par le Comité des parties (« Comité de Lanzarote ») dans le cadre de cycles de suivi thématiques ; le Comité adopte également régulièrement des avis sur des questions d'actualité et fournit le cadre pour l'organisation d'événements de renforcement des capacités, tant au niveau européen qu'au niveau national.


  • Violence intrafamiliale et châtiments corporels

La violence intrafamiliale peut prendre différentes formes et se produire entre les membres de la famille dans diverses constellations (Organisation mondiale de la santé (OMS)). Lorsqu'il s'agit de la violence entre partenaires intimes, les enfants sont avant tout concernés en tant que témoins de la violence, qui est une expérience traumatisante en tant que telle. Cependant, l'impact psychologique que cela peut avoir sur eux n'est pas facile à appréhender comme une violation des droits de l'homme.

La question des châtiments corporels, c'est-à-dire tout châtiment faisant appel à la force physique, a été mieux prise en compte par les mécanismes de protection de l'enfance au cours des dernières années. Une dizaine d'années après la campagne du Conseil de l'Europe « Levez la main contre la fessée », les châtiments corporels restent une forme de violence répandue contre les enfants et sont encore trop souvent acceptés comme une mesure éducative, surtout lorsqu'ils sont appliqués dans la sphère privée de la famille. Cependant, la plupart des défenseurs des droits de l'homme et de nombreuses législations le reconnaissent aujourd'hui comme une violation du droit des enfants à la dignité humaine et à l'intégrité physique qui peut causer de la douleur, de l'inconfort et avoir un impact considérable sur le bien-être et le développement de l'enfant.

En partenariat étroit avec d'autres organisations, telles que l'Initiative mondiale pour mettre fin à tous les châtiments corporels, le Conseil de l'Europe continue de promouvoir à la fois l'interdiction des châtiments corporels des enfants dans la loi et dans la pratique et des pratiques parentales positives. Les États membres qui ont aboli les châtiments corporels sont encouragés à partager avec le Conseil de l'Europe les bonnes pratiques qu'ils ont développées.

Des documents récents provenant d'organisations internationales et d'États membres peuvent être trouvés via le centre de ressources.

De plus amples informations peuvent être trouvées dans le centre de ressources précédemment élaboré.


Les brimades sont des comportements non désirés et agressifs chez les enfants d'âge scolaire qui impliquent un déséquilibre de pouvoir réel ou perçu et qui se répètent souvent dans le temps ; elles peuvent inclure la violence physique, la violence sexuelle, les menaces, les taquineries, l'exclusion sociale ou d'autres violences psychologiques. Les enfants qui sont victimes d'intimidation et ceux qui en intimident d'autres peuvent avoir besoin de soutien, car l'intimidation pendant l'enfance et l'adolescence peut avoir des effets à long terme sur leur santé mentale qui sont comparables aux mauvais traitements subis pendant l'enfance (voir Lereyra et autres dans le Lancet Psychiatry 2015 ; 2 : 524-31). La violence à l'école et les brimades ont été au centre des précédentes stratégies du Conseil de l'Europe en matière de droits de l'enfant. Plus récemment, elles sont visées par le programme de l'organisation sur l'éducation à la citoyenneté démocratique et l'éducation aux droits de l'homme, dans le cadre duquel un large éventail de ressources spécifiques a été élaboré, sur la base de la Charte sur l'éducation à la citoyenneté démocratique et l'éducation aux droits de l'homme, et par le Département de l'éducation du Conseil de l'Europe dans le cadre de sa campagne « S’exprimer en toute liberté – apprendre en toute sécurité » -  Des écoles démocratiques pour tous, lancée en novembre 2018.

Différentes formes de violence entre pairs, y compris la violence sexuelle, continuent d'être abordées dans le cadre du programme « Construire une Europe pour une Europe avec les enfants » et de l'actuelle Stratégie pour les droits de l'enfant (2016-2021), où des activités sont menées sur la violence sexuelle par les enfants, envers leurs pairs ou des enfants plus jeunes, et sur les comportements sexuels préjudiciables des enfants tels que définis par le Comité de Lanzarote en 2019, ainsi que sur des mécanismes efficaces de signalement pour la prévention de la violence. De plus amples informations sur ces questions seront disponibles en 2020, dans le cadre des activités menées par le nouveau Comité directeur pour les droits de l'enfant (CDENF).


La traite des êtres humains affecte la vie et les droits fondamentaux d'innombrables enfants en Europe et ailleurs. La traite prive les enfants du droit de préserver leur identité, au droit à l'éducation, à des soins de santé, au repos et aux loisirs, et les expose au risque de traitements ou de peines dégradants. En Europe, la traite des enfants est très répandue à des fins d'exploitation sexuelle ou de travail forcé. Tous les pays d'Europe sont concernés par le « commerce des personnes », que ce soit en tant que pays d'origine, de transit ou d'accueil, ou une combinaison de ces éléments.

Le Conseil de l'Europe agit pour la prévention de la traite des êtres humains par le biais de sa Convention sur la lutte contre la traite des êtres humains et des mécanismes de suivi pertinents, impliquant notamment le Groupe d'experts sur la lutte contre la traite des êtres humains (GRETA).


Lorsqu'il s'agit de protéger les droits des enfants dans l'environnement numérique, il convient de trouver un équilibre entre, d'une part, le droit des enfants à accéder aux outils numériques et à utiliser pleinement leur potentiel et, d'autre part, leur protection contre les contenus préjudiciables et inappropriés ou l'utilisation abusive de leur vie privée et de leurs données personnelles.

Les enfants ont besoin d'une protection spéciale en ligne et il faut leur apprendre à éviter les dangers et à tirer le meilleur parti de leur utilisation de l'internet. Pour y parvenir, les enfants doivent devenir des citoyens numériques. L'internet expose les enfants à une multitude de possibilités, mais aussi à des risques qui peuvent avoir un impact négatif sur leurs droits humains. Parmi ces risques, on peut citer la cyberintimidation, les problèmes de protection des données, la manipulation psychologique en ligne, la cybercriminalité et les contenus pédopornographiques. Avec une éducation appropriée et des efforts concertés de la part des États membres, des fournisseurs d'accès à Internet et des éducateurs, les enfants peuvent apprendre à éviter ces risques avec succès et à tirer parti des nombreuses possibilités offertes par Internet.

La Stratégie du Conseil de l'Europe pour les droits de l'enfant (2016-2021) met l'accent sur les droits de l'enfant sur Internet, ce qui est maintenant renforcé par la Recommandation CM/Rec(2018)7 du Comité des Ministres aux Etats membres sur les lignes directrices relatives au respect, à la protection et  à la réalisation des droits de l'enfant dans l'environnement numérique, récemment adoptée.

Les libertés fondamentales s'appliquent pleinement en ligne et hors ligne, comme le souligne le Guide des droits de l'homme pour les utilisateurs d'Internet. Le guide informe les internautes sur la manière dont les droits de l'homme s'appliquent en ligne et fait de la protection des enfants l'un de ses sept principaux piliers.

Le Guide de la maîtrise de l'internet, récemment révisé, est un outil qui permet aux enfants, aux parents, aux enseignants et aux décideurs politiques de tirer le meilleur parti de l'internet et de préparer les générations futures à utiliser l'internet en toute sécurité et en toute confiance en étant conscients des possibilités et des risques.

Un outil interactif supplémentaire développé par le Conseil de l'Europe pour aider les enfants à comprendre l'internet et à acquérir les compétences nécessaires pour devenir des citoyens numériques se présente sous la forme d'un jeu éducatif en ligne : A travers la forêt sauvage.


  • Autres formes de violence

Suivez-nous Suivez-nous
Contactez-nous Contactez-nous