nouveautés nouveautés

Prochaine 25ème réunion du Comité des Parties : 18 octobre 2019 


Prochaine 36ème réunion plénière du GRETA : 18-22 novembre 2019

3ème cycle d’évaluation

 Questionnaire pour le troisième cycle

 Planning prévisionnel du troisième cycle


Ce que nous faisons Ce que nous faisons

La Convention du Conseil de l'Europe sur la lutte contre la traite des êtres humains est entrée en vigueur le 1er février 2008, à la suite de sa 10e ratification.

Tout en s'appuyant sur les instruments internationaux existants, la Convention va au-delà des normes minimales qu'ils instaurent et renforce la protection des victimes.

La Convention a un vaste champ d’application, qui couvre toutes les formes de traite (nationale ou transnationale, liée ou non à la criminalité organisée) et toutes les personnes victimes de la traite (hommes, femmes et enfants). Les formes d’exploitation couvertes par la Convention sont, au minimum, l’exploitation sexuelle, le travail ou les services forcés, l’esclavage ou les pratiques analogues à l’esclavage, la servitude et le prélèvement d’organes.

La principale valeur ajoutée de la Convention est le fait qu’elle est centrée sur les droits humains et sur la protection des victimes. Son préambule définit la traite comme une violation des droits de la personne humaine et une atteinte à la dignité et à l’intégrité de l’être humain.

 

Lire la suite >>

POINTS FORTS: 8e rapport général du GRETA POINTS FORTS: 8e rapport général du GRETA
Nous avons le devoir moral et juridique d'aider les personnes victimes de la traite

Davor Derenčinović, President du GRETA, pour New Europe
(à l'occasion de la publication du 8e rapport général du GRETA le 31 mai 2019)

La traite des êtres humains - généralement à des fins d’exploitation sexuelle ou par le travail, mais aussi sous d’autres formes d’exploitation telles que le mariage forcé, la mendicité forcée ou le prélèvement d’organes - constitue une forme d’abus épouvantable et un fléau pour la conscience de l’Europe.

Les victimes qui parviennent à se libérer de leurs trafiquants se trouvent généralement dans une situation de grande insécurité et de grande vulnérabilité. Elles ont souvent été maltraitées physiquement, traumatisées mentalement et se retrouvent dans un environnement étrange sans aucun endroit où vivre et peu d'argent ou de biens.

Dans de telles circonstances, il existe un risque élevé d'exploitation, de victimisation et d'abus supplémentaires.

 

Lire la suite >>

Ouvrons les yeux sur la traite des être humains Ouvrons les yeux sur la traite des être humains