La ville interculturelle construit ses politiques et son identité sur la reconnaissance explicite que la diversité peut représenter une ressource pour le développement de la société.

La première étape est donc l’adoption (et mise en œuvre) de stratégies visant à faciliter les rencontres et les échanges interculturels positifs, et promouvoir la participation active des résidents et des communautés dans le développement de la ville, en répondant aux besoins d’une population diverse. Le modèle politique d’ « intégration interculturelle » est étayé par de très nombreuses données issues de la recherche, des instruments juridiques internationaux variés, et de l’ensemble des contributions des villes membres du programme des Cités interculturelles, qui partagent leurs exemples de bonnes pratiques sur la gestion de la diversité, la résolution des conflits éventuels, et les bénéfices de l’avantage de la diversité.

Cette section offre des exemples d'approches interculturelles tendant à faciliter l'élaboration et mise en œuvre de stratégies interculturelles.

Retour

Femmes, santé et violence

Autonomisation des femmes, prévention de la violence à leur égard et promotion de la santé
2008-2017
  • Diminuer la taille du texte
  • Augmenter la taille du texte
  • Imprimer la page
  • Imprimer en PDF

Ce projet a pour objectif d’autonomiser les femmes migrantes à Bilbao en promouvant la santé et la prévention de la violence fondée sur le genre. Il vise à lutter contre les formes multiples de discrimination dont sont victimes les migrantes à Bilbao.

À cette fin, il s’appuie sur les deux piliers évoqués ci-dessus, qui sont complémentaires :

A. la promotion de la santé des femmes, la santé s’entendant ici au sens holistique (ou global), renvoyant au bien-être à la fois physique et émotionnel, ainsi qu’au besoin fondamental d’amener les femmes à prendre leur santé en main ;

B. la prévention de la violence fondée sur le genre, par le biais de la sensibilisation et du développement de la capacité à identifier ce phénomène, à en reconnaître les processus et à en détecter les signes, selon une approche fondée sur les droits de l’homme universels.

Quatre domaines d’action ont été définis :

A. Formation de femmes migrantes en tant qu’agentes d’autonomisation

1. Cette formation a été dispensée à des femmes membres des communautés cibles, qu’il est difficile d’atteindre par le biais des mécanismes publics, à savoir les communautés maghrébine et sub-saharienne. Des femmes des communautés chinoise, roumaine et rom ont également été concernées lors des éditions précédentes ;

2. La formation s’adressait aussi à des femmes appartenant à des communautés stratégiques, à savoir les communautés latino-américaines, dont sont issues plus de 60% des femmes migrantes à Bilbao.

Les agentes d’autonomisation s’engagent à établir le lien avec leur propre communauté, en s’appuyant sur l’effet multiplicateur pour toucher un grand nombre d’autres femmes migrantes.

Résultats : 216 agentes d’autonomisation formées

1 211 femmes touchées grâce à l’effet multiplicateur

B. Consolidation du réseau des parties prenantes

Dans le cadre de ce projet, une collaboration a été établie avec des ONG qui interviennent auprès des femmes migrantes. Des ateliers d’information et de sensibilisation sont ainsi organisés à leur intention – et à celle de leurs bénéficiaires – par des organisations comme Doctors of the World ou Caritas.

Résultats : 963 personnes informées et sensibilisées (dont 95% de femmes)

C. Stratégie globale pour la prévention des mutilations génitales féminines

Cette initiative vise à prévenir, dans la mesure du possible, la pratique et l’incidence des mutilations sexuelles sur les filles et les femmes originaires des régions concernées, à offrir des espaces de réflexion et de sensibilisation aux modèles et comportements vis-à-vis de ces pratiques sur lesquels reposent l’éducation et la socialisation de ces femmes, et à assurer la coordination d’une équipe institutionnelle interdisciplinaire pour soutenir le protocole interinstitutionnel de prévention adopté.

Résultats : Participation active de 29 représentants d’institutions publiques du Pays basque

D. Publication et diffusion d’un « Guide pour toutes les femmes »

Ce guide a été traduit en huit langues.

Résultats : 4 242 exemplaires du « Guide pour toutes les femmes » distribués

Ce projet est particulièrement novateur et transférable. En effet, :

  • il vise à répondre à des besoins fondamentaux universels par la promotion de la santé mentale, sexuelle et reproductive, ainsi que par la prévention de la violence fondée sur le genre, donnant de très bons résultats ;
  • en mettant l’accent sur l’autonomisation des communautés migrantes, il permet aux femmes migrantes qui vivent à Bilbao non seulement d’être actrices de ce processus, mais d’en prendre les commandes ;
  • le recours à l’effet multiplicateur, selon une approche horizontale impliquant des relations directes, garantit la pérennité du projet étant donné que, de ce fait, ce dernier ne nécessite pas tant de ressources économiques que d’investissement personnel ;
  • l’objectif est de sensibiliser progressivement à l’interculturel dans des espaces de plus en plus formalisés de dialogue et de compréhension ;
  • la perspective de consolider et de maintenir tel projet, qui repose sur des formes d’intervention s’écartant des procédés et stratégies traditionnels, constitue elle aussi un aspect nouveau ;
  • le projet aborde la question des mutilations génitales féminines selon une approche inclusive et interculturelle, travaillant avec des mères excisées dans des communautés où cette pratique a cours, tout en faisant intervenir des représentants d’institutions publiques chargées de la santé, des services sociaux, de l’égalité, de l’enfance, de l’éducation et de la coopération internationale ;
  • l’amélioration et la mise à jour du « Guide pour toutes les femmes », en vue d’y faire figurer une plus grande diversité de facteurs culturels et personnels liés à l’identité, à la fertilité, à la sexualité, au handicap, aux pratiques et manifestations de la violence fondée sur le genre dans d’autres contextes culturels, etc., constituent en elles-mêmes des pratiques novatrices.

L’évaluation de ce projet s’effectue par le biais de questionnaires soumis aux femmes après les séances de formation, qui sont examinés lors de réunions périodiques de coordination et donnent lieu à des rapports d’évaluation complets.

Le projet est mené en partenariat avec une organisation à but non lucratif, Módulo Auzolan. Ce centre de prise en charge médicale, psychologique et sociale a été créé en 1982, dans la période post-dictatoriale, lors de laquelle des associations de quartier et de femmes ont commencé à voir le jour pour pallier les graves insuffisances concernant la santé et les conditions de vie auxquelles étaient confrontées en particulier (mais pas exclusivement) les femmes.

En savoir plus


Filtres par Filtres par
Topic
Anti-discrimination et égalité
Anti-rumeur
Entreprises et emploi
Communication et sensibilisation du public
Culture, loisirs et patrimoine
Développer une culture de l’ouverture et de l’interculturel
Education
Égalité des sexes et intersectorialité
Santé, Sécurité sociale et soutien aux familles
Logement et urbanisme
Leadership et engagement politique
Médiation et résolution des conflits
Multilinguisme
Participation politique et publique
Services publics et de proximité
Réfugiés
Religion et dialogue interreligieux
Roms
Sécurité et justice
Accueil et intégration sociale
Pays
Australie
Autriche
Canada
Croatie
Chypre
Danemark
France
Allemagne
Grèce
Islande
Irlande
Israël
Italie
Japon
Pays-Bas
Nouvelle Zélande
Norvège
Portugal
Serbie
Espagne
Suède
Suisse
Ukraine
Royaume-Uni
Année
2015
2016
2017
2018
2019
2020
2021
Reset Filter