La ville interculturelle construit ses politiques et son identité sur la reconnaissance explicite que la diversité peut représenter une ressource pour le développement de la société.

La première étape est donc l’adoption (et mise en œuvre) de stratégies visant à faciliter les rencontres et les échanges interculturels positifs, et promouvoir la participation active des résidents et des communautés dans le développement de la ville, en répondant aux besoins d’une population diverse. Le modèle politique d’ « intégration interculturelle » est étayé par de très nombreuses données issues de la recherche, des instruments juridiques internationaux variés, et de l’ensemble des contributions des villes membres du programme des Cités interculturelles, qui partagent leurs exemples de bonnes pratiques sur la gestion de la diversité, la résolution des conflits éventuels, et les bénéfices de l’avantage de la diversité.

Cette section offre des exemples d'approches interculturelles tendant à faciliter l'élaboration et mise en œuvre de stratégies interculturelles.

Retour

Des plans d’intégration triennaux

L’approche politique globale de Copenhague

« Impliquez-vous dans la vie de Copenhague » était un programme triennal d’insertion conçu pour servir de catalyseur à la vision et à la politique d’insertion qu’entendait adopter la municipalité de Copenhague pour la période 2011-2014.

Ce programme avait pour but de lancer plusieurs initiatives visant un objectif commun : faire de Copenhague une ville ouverte et accueillante. La maire de Copenhague pour l’emploi et l’intégration, Anna Mee Allerslev, explique : « Tout comme l’évolution du climat, le phénomène de la diversité a une incidence considérable sur notre croissance et notre qualité de vie. De même qu’en matière énergétique, la seule option raisonnable passe par les énergies vertes, en matière de croissance, la seule option raisonnable passe par la diversité ».

Copenhague a pour ambition de devenir « la ville la plus ouverte d’Europe, grâce à la confiance et à la citoyenneté active ». Pour concrétiser cette vision, la municipalité prend actuellement appui sur quatre piliers stratégiques. Elle vise à s’assurer systématiquement le concours de partenaires, notamment des entreprises, des établissements d’enseignement, des médias ainsi que des associations religieuses – celles de groupes minoritaires et celles qui informent le public. Ali Sufi, vice-président du Conseil danois de la jeunesse ethnique, a manifesté son soutien sans réserve au programme, affirmant que son organisation appuyait l’initiative de la municipalité et se réjouissait à la perspective de prendre une part active au programme « Impliquez-vous dans la vie de Copenhague » en faveur d’une ville plus ouverte à la diversité ; ce qui, de fait, est une extension des travaux du nouveau Conseil danois de la jeunesse, qui promeut l’inclusion et la reconnaissance.

Le programme « Impliquez-vous dans la vie de Copenhague » s’efforce aussi de favoriser les relations entre enfants, parents et voisins afin de créer une ville sûre où règnent entente, compréhension et tolérance entre ses habitants. À l’occasion d’un entretien, Anna Mee Allerslev a confirmé l’importance du tissu social : « L’inclusion est un sentiment d’appartenance. Si l’on se sent Copenhagois, on est inclus dans la ville ».

Les deux derniers piliers stratégiques sont, d’une part, la lutte contre la discrimination et l’exclusion et, d’autre part, l’information sur les droits en matière de discrimination et d’égalité de traitement. La municipalité mène des campagnes d’information et de sensibilisation pour mettre fin à la discrimination et, pour soutenir les victimes, elle a ouvert une permanence téléphonique. La Charte pour la diversité et son Conseil de la diversité sont essentiels pour la campagne « Impliquez-vous dans la vie de Copenhague ».

La Charte pour la diversité s’inspire de celle adoptée à Londres. Les signataires confirment les trois principes directeurs qui guident l’approche de Copenhague pour gérer la campagne : la diversité est une force ; chacun doit avoir la possibilité de participer ; être un citoyen actif est l’affaire de tous. À ce jour, 500 entreprises et associations ont signé la charte.

La municipalité de Copenhague s’est indéniablement fixé des objectifs très ambitieux. Nous espérons vivement qu’elle pourra mobiliser de nombreux acteurs issus de divers secteurs ainsi que des citoyens afin de renforcer encore son approche interculturelle. D’autres villes du réseau pourront peut-être s’en inspirer.

Un nouveau plan triennal pour la période 2015-2018 est à présent en place ; il s’intitule « MOBILITÉ ET COHÉSION SOCIALES ».


Filtres par Filtres par
Topic
Anti-discrimination et égalité
Anti-rumeur
Entreprises et emploi
Communication et sensibilisation du public
Culture, loisirs et patrimoine
Développer une culture de l’ouverture et de l’interculturel
Education
Égalité des sexes et intersectorialité
Santé, Sécurité sociale et soutien aux familles
Logement et urbanisme
Leadership et engagement politique
Médiation et résolution des conflits
Multilinguisme
Participation politique et publique
Services publics et de proximité
Réfugiés
Religion et dialogue interreligieux
Roms
Sécurité et justice
Accueil et intégration sociale
Pays
Australie
Autriche
Canada
Croatie
Chypre
Danemark
France
Allemagne
Grèce
Islande
Irlande
Israël
Italie
Japon
Pays-Bas
Nouvelle Zélande
Norvège
Portugal
Serbie
Espagne
Suède
Suisse
Ukraine
Royaume-Uni
Année
2015
2016
2017
2018
2019
2020
2021
Reset Filter