La ville interculturelle construit ses politiques et son identité sur la reconnaissance explicite que la diversité peut représenter une ressource pour le développement de la société.

La première étape est donc l’adoption (et mise en œuvre) de stratégies visant à faciliter les rencontres et les échanges interculturels positifs, et promouvoir la participation active des résidents et des communautés dans le développement de la ville, en répondant aux besoins d’une population diverse. Le modèle politique d’ « intégration interculturelle » est étayé par de très nombreuses données issues de la recherche, des instruments juridiques internationaux variés, et de l’ensemble des contributions des villes membres du programme des Cités interculturelles, qui partagent leurs exemples de bonnes pratiques sur la gestion de la diversité, la résolution des conflits éventuels, et les bénéfices de l’avantage de la diversité.

Cette section offre des exemples d'approches interculturelles tendant à faciliter l'élaboration et mise en œuvre de stratégies interculturelles.

Retour

Le Cadre inclusif d’Auckland

Un instrument pleinement conforme aux principes promus pas le Réseau des Cités interculturelles.
2019
  • Diminuer la taille du texte
  • Augmenter la taille du texte
  • Imprimer la page
  • Imprimer en PDF

Le Cadre inclusif d'Auckland, établi par le Conseil municipal, définit un programme pour l’introduction d’un changement à tous les niveaux de l’administration. Dirigé par l’équipe chargée de la Diversité et de l’Inclusion, il a pour objectif d’améliorer les résultats dans ces deux domaines, non seulement pour les habitants de la ville, mais aussi pour le Conseil.

Cet instrument est pleinement conforme aux principes et approche des Cités interculturelles. En effet, il conçoit l’inclusion comme « le fait de reconnaître et de valoriser nos différences, les considérant comme une force » et comporte des sections distinctes spécifiquement consacrées à « l’avantage de la diversité », à l’approche interculturelle de l’inclusion et au Réseau des Cités interculturelles.

Il prévoit des actions pour le changement qui sont regroupées autour des quatre grands piliers et objectifs suivants :

  • « Notre peuple et notre culture » : doter la ville d’une main d’œuvre diversifiée et qualifiée, ainsi que d’une forte culture inclusive ;
  • « Nos systèmes et processus » : garantir que tous les processus, politiques, plans et services de la ville répondent aux divers besoins de ses habitants ;
  • « Un leadership stratégique pour faire d’Auckland une ville inclusive » : garantir que le leadership stratégique de la ville favorise l’inclusion sociale à Auckland ;
  • « Une représentation plurielle et inclusive » : s’assurer que les élus et les membres nommés de l’administration reflètent la diversité de la population. .

La promotion des compétences interculturelles, par exemple, est fondamentale pour réaliser les objectifs des premier et quatrième piliers. Elle implique la mise en place d’initiatives telles que des ateliers de lutte contre le racisme et des formations en ligne sur les préjugés inconscients, ainsi que l’adoption d’une nouvelle approche pour recueillir des données démographiques utiles aux agents pour mieux mesurer et étayer les actions destinées à induire un changement interne et pour réviser les processus actuellement mis en œuvre pour attirer, recruter et gérer la main d’œuvre sous l’angle de la diversité et de l’inclusion.

Le Cadre inclusif d’Auckland a été élaboré en réponse aux inégalités dont sont victimes en particulier les Maoris et les communautés de personnes originaires des autres îles du Pacifique ; toutefois, il ne concerne pas que ces groupes minoritaires spécifiques et tient compte de tous les facteurs de la diversité, dont l’âge, le genre, la sexe, le handicap, la nationalité, la religion et la culture. Il doit être considéré comme un complément au Cadre en faveur des Maoris et au programme Te Toa Takitini déjà mis en œuvre pour améliorer le bien-être économique, social et culturel de cette population et renforcer les compétences culturelles des agents du Conseil pour établir le contact et collaborer avec les communautés maories.

Le Cadre prévoit également une évaluation et un plan de suivi.


Filtres par Filtres par
Topic
Anti-discrimination et égalité
Anti-rumeur
Entreprises et emploi
Communication et sensibilisation du public
Culture, loisirs et patrimoine
Développer une culture de l’ouverture et de l’interculturel
Education
Égalité des sexes et intersectorialité
Santé, Sécurité sociale et soutien aux familles
Logement et urbanisme
Leadership et engagement politique
Médiation et résolution des conflits
Multilinguisme
Participation politique et publique
Services publics et de proximité
Réfugiés
Religion et dialogue interreligieux
Roms
Sécurité et justice
Accueil et intégration sociale
Pays
Australie
Autriche
Canada
Croatie
Chypre
Danemark
France
Allemagne
Grèce
Islande
Irlande
Israël
Italie
Japon
Pays-Bas
Nouvelle Zélande
Norvège
Portugal
Serbie
Espagne
Suède
Suisse
Ukraine
Royaume-Uni
Année
2015
2016
2017
2018
2019
2020
2021
Reset Filter