La ville interculturelle construit ses politiques et son identité sur la reconnaissance explicite que la diversité peut représenter une ressource pour le développement de la société.

La première étape est donc l’adoption (et mise en œuvre) de stratégies visant à faciliter les rencontres et les échanges interculturels positifs, et promouvoir la participation active des résidents et des communautés dans le développement de la ville, en répondant aux besoins d’une population diverse. Le modèle politique d’ « intégration interculturelle » est étayé par de très nombreuses données issues de la recherche, des instruments juridiques internationaux variés, et de l’ensemble des contributions des villes membres du programme des Cités interculturelles, qui partagent leurs exemples de bonnes pratiques sur la gestion de la diversité, la résolution des conflits éventuels, et les bénéfices de l’avantage de la diversité.

Cette section offre des exemples d'approches interculturelles tendant à faciliter l'élaboration et mise en œuvre de stratégies interculturelles.

Retour

Le bandy et la Somalie

Une équipe de demandeurs d’asile somaliens représente la Somalie au championnat du monde tout en tissant des relations communautaires en plein centre de la Suède

Le sport peut-il faciliter l’intégration sociale des réfugiés ? Oui. À Borlänge, en Suède, l’équipe somalienne de bandy en est un remarquable exemple. Le bandy est une forme de hockey sur glace à grande échelle très populaire dans les pays nordiques. L’équipe a été mise sur pied par un entrepreneur local de Borlänge, ville de 41 000 habitants, dont 3 000 réfugiés somaliens. Cet entrepreneur voulait faire quelque chose pour favoriser une véritable rencontre entre Somaliens et Suédois. Il a inscrit l’équipe auprès de la Fédération internationale de bandy après approbation du gouvernement et du comité olympique de Somalie. L’équipe somalienne de bandy a participé au championnat du monde 2014 qui s’est déroulé en Russie.

C’était la première fois qu’une équipe de Somalie prenait part à un championnat du monde de sport. Étonnamment, la Somalie était officiellement représentée par de jeunes hommes qui avaient fui leur pays pour demander l’asile à l’étranger. Indifféremment des résultats du championnat du monde, la seule participation d’une équipe de Somaliens a fait l’objet d’une couverture médiatique dans le monde entier et suscité une immense fierté parmi les joueurs de bandy eux-mêmes, mais aussi au sein de la communauté somalienne et de la population de Borlänge en général.

Les rapports et les sentiments entre réfugiés somaliens et population locale se sont considérablement améliorés. Les joueurs de bandy ont appris le suédois en très peu de temps et, de ce fait, obtenu de bien meilleurs résultats scolaires. Certains joueurs ont été recrutés par des sociétés locales. Cette expérience unique montre à quel point des objectifs et des récompenses de haut niveau peuvent motiver des réfugiés, ainsi que les aider à retrouver confiance et à obtenir une reconnaissance sociale. Cela illustre aussi en quoi l’intégration sociale est très souvent un pré-requis à l’entrée sur le marché du travail local.


Filtres par Filtres par
Topic
Anti-discrimination et égalité
Anti-rumeur
Entreprises et emploi
Communication et sensibilisation du public
Culture, loisirs et patrimoine
Développer une culture de l’ouverture et de l’interculturel
Education
Égalité des sexes et intersectorialité
Santé, Sécurité sociale et soutien aux familles
Logement et urbanisme
Leadership et engagement politique
Médiation et résolution des conflits
Multilinguisme
Participation politique et publique
Services publics et de proximité
Réfugiés
Religion et dialogue interreligieux
Roms
Sécurité et justice
Accueil et intégration sociale
Pays
Australie
Autriche
Canada
Croatie
Chypre
Danemark
France
Allemagne
Grèce
Islande
Irlande
Israël
Italie
Japon
Pays-Bas
Nouvelle Zélande
Norvège
Portugal
Serbie
Espagne
Suède
Suisse
Ukraine
Royaume-Uni
Année
2015
2016
2017
2018
2019
2020
2021
Reset Filter