La ville interculturelle construit ses politiques et son identité sur la reconnaissance explicite que la diversité peut représenter une ressource pour le développement de la société.

La première étape est donc l’adoption (et mise en œuvre) de stratégies visant à faciliter les rencontres et les échanges interculturels positifs, et promouvoir la participation active des résidents et des communautés dans le développement de la ville, en répondant aux besoins d’une population diverse. Le modèle politique d’ « intégration interculturelle » est étayé par de très nombreuses données issues de la recherche, des instruments juridiques internationaux variés, et de l’ensemble des contributions des villes membres du programme des Cités interculturelles, qui partagent leurs exemples de bonnes pratiques sur la gestion de la diversité, la résolution des conflits éventuels, et les bénéfices de l’avantage de la diversité.

Cette section offre des exemples d'approches interculturelles tendant à faciliter l'élaboration et mise en œuvre de stratégies interculturelles.

Retour

Défenseur du peuple

Défense des droits de l’homme et évaluation critique des politiques publiques

Le Bureau du Défenseur du peuple est une institution importante, active et respectée. Si le rôle s’apparente quelque peu à celui des médiateurs ailleurs dans le monde, le modèle espagnol et, plus précisément celui de San Sebastián, s’en distingue à bien des égards. L’institution, créée en 1989, se compose de 50 employés et d’un responsable élu. Sa fonction : défendre en toute indépendance et impartialité les droits du citoyen ordinaire contre la mauvaise administration ou les abus de pouvoir perpétrés par l’État. Le travail se répartit sur trois axes :

  • Plaintes et réclamations contre l’administration publique (du niveau provincial au niveau européen)
  • Évaluation critique des politiques publiques
  • Promotion des droits de l’homme

Le premier de ces rôles est celui le plus courant dans le reste de l’Europe. En revanche, le deuxième rôle du Défenseur du peuple, bien au-delà d’une simple réponse aux plaintes, se traduit par un véritable engagement politique. Après consultation d’un vaste éventail de groupes d’intérêt et de l’opinion publique, le Défenseur du peuple tente de déterminer si les politiques en place restent en phase avec la réalité quotidienne des citoyens. Ainsi est-il intervenu dans des questions telles que la situation des mineurs étrangers sans papiers, la violence à l’égard des femmes et la toxicomanie des mineurs.

Quant au troisième rôle, il est encore plus original : la promotion active des droits de l’homme. Tout en demeurant rigoureusement impartial, le Défenseur du peuple est chargé d’enquêter sur les violations potentielles des droits de l’homme et de lancer des campagnes de sensibilisation du public. Il s’est préoccupé de l’opinion publique en matière de terrorisme, de comportements à l’égard des Roms, de brimades et de harcèlement, et d’égalité pour les immigrés et les homosexuels.

La loi concernant le Défenseur du peuple laisse une large marge discrétionnaire quant à son interprétation. Ainsi, certains bureaux du Défenseur du peuple jouent un rôle plus juridique et plus passif mais, à San Sebastián, M. Inigo Lamarca se considère comme un militant communautaire. Il a la conviction que la ville de San Sebastián peut accepter et intégrer beaucoup plus de résidents étrangers, notamment du fait de sa longue histoire d’intégration des Basques et des Espagnols, mais aussi parce que les ONG locales bénéficiant d’une réelle expertise sont très nombreuses. Sa seule inquiétude : quel sera l’effet du chômage croissant des Basques sur cet afflux d’étrangers ?

À ce jour, les migrants n’émettent guère de plaintes, mais cela tient peut-être tout simplement à leur manque d’information. Le Défenseur du peuple estime qu’il doit leur faire davantage connaître ses services. En outre, il doit s’assurer que la municipalité enregistre dûment tous les résidents étrangers, reconnaissant cependant que, à cet égard, San Sebastián est plus vigilante que bien d’autres communes basques.

La minorité qui nécessite le plus de protection contre les abus est celle des Roms. Ils font l’objet de discrimination sur le marché du travail et du logement, et sont en butte à de mauvais comportements policiers. Là encore, adoptant une position proactive, le Défenseur du peuple a lancé un protocole conjoint avec la police pour assurer le respect de la diversité, notamment par la formation de ses agents dans ce domaine.

Autre priorité : les mineurs dépourvus de papiers d’identité qui arrivent pour trouver du travail. Depuis la récession, beaucoup sont au chômage et risquent de se voir marginalisés. Aussi le Défenseur du peuple fait-il pression pour que soient appliquées des mesures en matière d’éducation et de conseil afin d’éviter toute exclusion sociale.


Filtres par Filtres par
Topic
Anti-discrimination et égalité
Anti-rumeur
Entreprises et emploi
Communication et sensibilisation du public
Culture, loisirs et patrimoine
Développer une culture de l’ouverture et de l’interculturel
Education
Égalité des sexes et intersectorialité
Santé, Sécurité sociale et soutien aux familles
Logement et urbanisme
Leadership et engagement politique
Médiation et résolution des conflits
Multilinguisme
Participation politique et publique
Services publics et de proximité
Réfugiés
Religion et dialogue interreligieux
Roms
Sécurité et justice
Accueil et intégration sociale
Pays
Australie
Autriche
Canada
Croatie
Chypre
Danemark
France
Allemagne
Grèce
Islande
Irlande
Israël
Italie
Japon
Pays-Bas
Nouvelle Zélande
Norvège
Portugal
Serbie
Espagne
Suède
Suisse
Ukraine
Royaume-Uni
Année
2015
2016
2017
2018
2019
2020
2021
Reset Filter