La ville interculturelle construit ses politiques et son identité sur la reconnaissance explicite que la diversité peut représenter une ressource pour le développement de la société.

La première étape est donc l’adoption (et mise en œuvre) de stratégies visant à faciliter les rencontres et les échanges interculturels positifs, et promouvoir la participation active des résidents et des communautés dans le développement de la ville, en répondant aux besoins d’une population diverse. Le modèle politique d’ « intégration interculturelle » est étayé par de très nombreuses données issues de la recherche, des instruments juridiques internationaux variés, et de l’ensemble des contributions des villes membres du programme des Cités interculturelles, qui partagent leurs exemples de bonnes pratiques sur la gestion de la diversité, la résolution des conflits éventuels, et les bénéfices de l’avantage de la diversité.

Cette section offre des exemples d'approches interculturelles tendant à faciliter l'élaboration et mise en œuvre de stratégies interculturelles.

Retour

Économie ethnique de Lisbonne

Importante étude sur les entreprises des minorités ethnique et mise en œuvre des recommandations

La contribution des immigrés à la dynamique de l’économie de Lisbonne est importante, non seulement dans le cœur urbain mais aussi dans plusieurs zones résidentielles dispersées à travers la ville. La création d'un ensemble divers d'activités a généré de nouveaux emplois, promu l’inter-culturalité et impulsé un élan cosmopolite à Lisbonne. Telles sont les conclusions d’une étude menée par le conseil municipal.

En 2014, la municipalité de Lisbonne a réalisé une étude sur la diversité dans l’économie et l’intégration locale, avec pour but de soutenir le développement de l’entrepreneuriat des immigrés à Lisbonne, ainsi qu’avec ces principaux objectifs :

  • donner quelques informations socioéconomiques élémentaires sur la population étrangère de la ville ;
  • dresser un tableau spécifique des activités entrepreneuriales des immigrés, portant essentiellement sur de petites et moyennes entreprises.

L’étude était basée sur les données recueillies au cours d’une série d'entretiens approfondis avec les acteurs concernés (associations d'immigrés, responsables d’entreprises et dirigeants de secteurs liés aux activités économiques municipales), ainsi que par le biais de 62 questionnaires adressés directement aux entrepreneurs étrangers établis dans la ville de Lisbonne.

Selon le service des étrangers et des frontières (SEF), en 2014, 50 047 citoyens de nationalité étrangère vivaient à Lisbonne – issus principalement de pays non membres de l’Union européenne. Le secteur central de Lisbonne apparaît pour la ville comme une ouverture sociale largement reconnue et valorisée par la diversité ethnique et culturelle.

À Lisbonne, l'entrepreneuriat des migrants est parfaitement implanté et plus fort que dans le reste du pays. Devenir un entrepreneur semble être :

  • une stratégie pour faire face au chômage, ou un choix pour augmenter les revenus ; et…
  • une composante d’une trajectoire planifiée, parfois la raison principale pour laquelle la personne migrante a quitté son pays natal.

Compte tenu des caractéristiques et des facteurs de risque identifiés, la municipalité envisage aujourd’hui ces quelques actions :

  1. La création d'un système pour regrouper et traiter des données relatives aux activités économiques à Lisbonne.
  2. Pour prendre en compte le point de vue des entrepreneurs immigrés, ces données doivent comprendre des informations sur « l'origine géographique des propriétaires ».
  3. La mise en place d’un système de monitoring des activités économiques de Lisbonne qui exploite les bases de données susmentionnées.
  4. Pour surmonter les barrières linguistiques, les documents juridiques concernant la création et la gestion des entreprises doivent être bilingues (portugais et anglais).
  5. Examiner comment intégrer certaines mesures de discrimination positive – en partant du principe que les immigrants constituent un groupe vulnérable – aux processus de passation de marchés publics pour des services spécifiques – par exemple, approvisionnement en nourriture, particulièrement en cas de produits et de plats non portugais –, notamment ceux effectués par le conseil municipal. À noter que ces mesures sont circonstancielles et transitoires, et doivent être supprimées dès que les difficultés spécifiques aux immigrants disparaîtront.
  6. La dimension ethnique devrait plus largement servir à promouvoir la ville, en particulier pour la valorisation économique de la diversité (par exemple, en l’utilisant sur la plateforme consacrée au shopping à Lisbonne ou comme base pour la création de circuits ethniques historiques dans la ville).
  7. Enfin, il serait bon d’actualiser le guide interculturel de Lisbonne et d’envisager de créer un genre de festival de cuisine ethnique à Lisbonne.

Filtres par Filtres par
Topic
Anti-discrimination et égalité
Anti-rumeur
Entreprises et emploi
Communication et sensibilisation du public
Culture, loisirs et patrimoine
Développer une culture de l’ouverture et de l’interculturel
Education
Égalité des sexes et intersectorialité
Santé, Sécurité sociale et soutien aux familles
Logement et urbanisme
Leadership et engagement politique
Médiation et résolution des conflits
Multilinguisme
Participation politique et publique
Services publics et de proximité
Réfugiés
Religion et dialogue interreligieux
Roms
Sécurité et justice
Accueil et intégration sociale
Pays
Australie
Autriche
Canada
Croatie
Chypre
Danemark
France
Allemagne
Grèce
Islande
Irlande
Israël
Italie
Japon
Pays-Bas
Nouvelle Zélande
Norvège
Portugal
Serbie
Espagne
Suède
Suisse
Ukraine
Royaume-Uni
Année
2015
2016
2017
2018
2019
2020
2021
Reset Filter