La ville interculturelle construit ses politiques et son identité sur la reconnaissance explicite que la diversité peut représenter une ressource pour le développement de la société.

La première étape est donc l’adoption (et mise en œuvre) de stratégies visant à faciliter les rencontres et les échanges interculturels positifs, et promouvoir la participation active des résidents et des communautés dans le développement de la ville, en répondant aux besoins d’une population diverse. Le modèle politique d’ « intégration interculturelle » est étayé par de très nombreuses données issues de la recherche, des instruments juridiques internationaux variés, et de l’ensemble des contributions des villes membres du programme des Cités interculturelles, qui partagent leurs exemples de bonnes pratiques sur la gestion de la diversité, la résolution des conflits éventuels, et les bénéfices de l’avantage de la diversité.

Cette section offre des exemples d'approches interculturelles tendant à faciliter l'élaboration et mise en œuvre de stratégies interculturelles.

Retour

Avoir la foi à Lewisham

Placer les groupes confessionnels au cœur de la collectivité

Lewisham se caractérise par un haut niveau de mobilité démographique et d’atomisation sociale. Les liens traditionnels de voisinage ou d’identité ethnique et nationale ne sont pas aussi forts que ceux que l’on a l’habitude de rencontrer ailleurs. Cette situation pourrait bien expliquer pourquoi, pour beaucoup d’habitants de Lewisham, la religion semble être devenue la forme la plus forte de lien social et d’identification. Cela peut expliquer aussi pourquoi les autorités locales ont accordé autant d’importance à la religion, chose pouvant paraître inhabituelle dans beaucoup d’autres régions d’Europe.

 

De fait, il semble qu’il n’y ait jamais eu de laïcité stricte à Lewisham, où les autorités locales ont activement cherché à dialoguer avec des groupes religieux, en particulier par le biais d’une série de conférences sur la foi (Having Faith in Lewisham) et d’un réseau (Faith in Lewisham), au sein duquel le maire joue un rôle éminent. Le conseil municipal emploie un agent chargé des questions religieuses et de l’action sociale (Faith and Social Action Officer), et alloue un budget spécifique pour subventionner (jusqu’à 10 000 livres sterling) des organisations confessionnelles.

Lewisham explique sa démarche en soulignant le grand nombre de résidents qui adhèrent à une religion ainsi que la rapide multiplication des groupes religieux (plus de 200). L’absence de régulation peut poser des problèmes mais, de manière plus positive, ces groupes confessionnels sont considérés comme ayant un rôle social essentiel à jouer. Sans jamais intervenir directement dans la pratique des cultes ni faire de prosélytisme, le conseil estime que l’un des moyens les plus efficaces et les moins onéreux de communiquer avec bon nombre de ses résidents passe par leur adhésion à des groupes confessionnels.

Le rôle du « Faith Officer » consiste à instaurer des relations de confiance entre les différentes confessions elles-mêmes et avec le conseil municipal. À lui aussi d’assurer une médiation en cas de conflits interconfessionnels. En général, l’antagonisme le plus fort se produit entre les confessions chrétiennes. La confiance, une fois établie, permet d’approfondir certaines questions plus délicates qui, autrement, seraient passées sous silence ou poseraient problème, telles la santé sexuelle ou la protection de l’enfance.

À présent que les congrégations s’élargissent et acquièrent un pouvoir économique, il faut s’attendre à ce qu’elles tentent d’accroître leur influence politique. Dans le système électoral britannique actuel, les minorités ont du mal à voir représenter leurs intérêts, si bien que des groupes explorent d’autres moyens de faire entendre leur voix, notamment par un contact direct avec le maire. Lewisham semble partir du principe que les groupes confessionnels continueront de croître en taille et en importance, et qu’ils gagneront en pouvoir et en influence. Aussi, plutôt que d’essayer de nier cette réalité, le district s’efforce de concevoir un système de gouvernance la prenant en compte.


Filtres par Filtres par
Topic
Anti-discrimination et égalité
Anti-rumeur
Entreprises et emploi
Communication et sensibilisation du public
Culture, loisirs et patrimoine
Développer une culture de l’ouverture et de l’interculturel
Education
Égalité des sexes et intersectorialité
Santé, Sécurité sociale et soutien aux familles
Logement et urbanisme
Leadership et engagement politique
Médiation et résolution des conflits
Multilinguisme
Participation politique et publique
Services publics et de proximité
Réfugiés
Religion et dialogue interreligieux
Roms
Sécurité et justice
Accueil et intégration sociale
Pays
Australie
Autriche
Canada
Croatie
Chypre
Danemark
France
Allemagne
Grèce
Islande
Irlande
Israël
Italie
Japon
Pays-Bas
Nouvelle Zélande
Norvège
Portugal
Serbie
Espagne
Suède
Suisse
Ukraine
Royaume-Uni
Année
2015
2016
2017
2018
2019
2020
2021
Reset Filter