La ville interculturelle construit ses politiques et son identité sur la reconnaissance explicite que la diversité peut représenter une ressource pour le développement de la société.

La première étape est donc l’adoption (et mise en œuvre) de stratégies visant à faciliter les rencontres et les échanges interculturels positifs, et promouvoir la participation active des résidents et des communautés dans le développement de la ville, en répondant aux besoins d’une population diverse. Le modèle politique d’ « intégration interculturelle » est étayé par de très nombreuses données issues de la recherche, des instruments juridiques internationaux variés, et de l’ensemble des contributions des villes membres du programme des Cités interculturelles, qui partagent leurs exemples de bonnes pratiques sur la gestion de la diversité, la résolution des conflits éventuels, et les bénéfices de l’avantage de la diversité.

Cette section offre des exemples d'approches interculturelles tendant à faciliter l'élaboration et mise en œuvre de stratégies interculturelles.

Retour

Boîte à outils anti-rumeurs pour les jeunes

Combattre les préjugés et les stéréotypes dans les écoles et les centres de jeunesse
De 2017 à 2019
  • Diminuer la taille du texte
  • Augmenter la taille du texte
  • Imprimer la page
  • Imprimer en PDF

Dans le cadre de sa Stratégie anti-rumeurs, la ville de Bilbao a conçu un manuel scolaire à l’usage des élèves qui comporte des outils et des exercices de lutte contre ce fléau. Les jeunes représentant un groupe cible prioritaire dans ce projet, il était nécessaire de se doter d’un outil de travail spécifiquement conçu à leur intention car les matériels généraux élaborés aux fins de la Stratégie s’adressent aux adultes (notamment dans la manière dont les arguments permettant de couper court aux rumeurs sont présentés) ; ils sont donc souvent inadaptés.

Ce manuel est le fruit d’une collaboration entre des éducateurs intervenant dans des centres de jeunesse à Bilbao et différents professionnels impliqués dans la Stratégie anti-rumeurs.

Il devait avant tout répondre au cahier des charges suivant :

  • présenter quelques idées sur la manière dont on fait naître et dissipe une rumeur, de façon simple et avec des mots choisis ;
  • à l’issue du travail de réflexion, concevoir un produit qui puisse être partagé avec tous les jeunes de la ville, c’est-à-dire un manuel proposant des activités pouvant être mises en œuvre dans les structures pour jeunes ;
  • proposer des activités s’accompagnant d’instructions claires ;
  • constituer un matériel divertissant et facile à comprendre qui dote le lecteur d’arguments à faire valoir dans les discussions où naissent des rumeurs infondées sur certaines personnes et catégories de personnes, ainsi qu’un matériel pédagogique invitant avant tout le lecteur à faire des jeux de rôle et des expériences d’apprentissage, de façon individuelle ou collective ;
  • proposer des activités et des méthodologies pouvant être mises en œuvre sans l’intervention d’un « facilitateur », comme des exercices auto-gérés, par exemple ;
  • inclure des activités qui favorisent la réflexion chez le lecteur, en prévoyant des espaces pour la gestion des émotions et pour l’action ;
  • proposer un manuel qui puisse être offert à d’autres villes et intégré dans d’autres initiatives anti-rumeurs. L’outil doit être souple, adaptable et évolutif, et pouvoir prendre en compte les nouvelles préoccupations des éducateurs et des jeunes, ainsi que les activités et idées qu’ils proposent.

Le manuel comporte une liste récapitulative des outils et exercices que le personnel enseignant et les éducateurs intervenant dans les centres de jeunesse peuvent gérer de façon autonome. Ils sont classés selon les critères suivants :

1) Profondeur : Critère indiquant le niveau de réflexion impliqué :

  • Introduction
  • Réflexion
  • Approfondissement

2) Axe : Critère renvoyant au type de stratégie à adopter pour une activité donnée ou à la dimension psychologique à laquelle chaque exercice fait appel :

  • Raison
  • Émotion
  • Action

3) Niveau : Critère indiquant la nature de chaque activité :

  • Individuelle
  • Collective
  • Contextuelle

4) Aptitudes : Critère renvoyant aux compétences que l’activité vise à développer :

  • Connaissance de soi et de l’environnement
  • Communication affirmative et stratégies pour la gestion de la pression exercée par le groupe
  • Écoute sincère
  • Réflexion critique
  • Résolution positive des conflits

Le manuel prévoit un système d’évaluation reposant sur un questionnaire général destiné aux jeunes et sur un questionnaire technique s’adressant aux éducateurs et aux enseignants ayant mis en œuvre les activités avec des jeunes.

Cet outil résulte d’une collaboration entre des éducateurs travaillant dans huit centres de jeunesse à Bilbao et d’autres professionnels participant à la Stratégie anti-rumeurs au niveau local.


Filtres par Filtres par
Topic
Anti-discrimination et égalité
Anti-rumeur
Entreprises et emploi
Communication et sensibilisation du public
Culture, loisirs et patrimoine
Développer une culture de l’ouverture et de l’interculturel
Education
Égalité des sexes et intersectorialité
Santé, Sécurité sociale et soutien aux familles
Logement et urbanisme
Leadership et engagement politique
Médiation et résolution des conflits
Multilinguisme
Participation politique et publique
Services publics et de proximité
Réfugiés
Religion et dialogue interreligieux
Roms
Sécurité et justice
Accueil et intégration sociale
Pays
Australie
Autriche
Canada
Croatie
Chypre
Danemark
France
Allemagne
Grèce
Islande
Irlande
Israël
Italie
Japon
Pays-Bas
Nouvelle Zélande
Norvège
Portugal
Serbie
Espagne
Suède
Suisse
Ukraine
Royaume-Uni
Année
2015
2016
2017
2018
2019
2020
2021
Reset Filter