La ville interculturelle construit ses politiques et son identité sur la reconnaissance explicite que la diversité peut représenter une ressource pour le développement de la société.

La première étape est donc l’adoption (et mise en œuvre) de stratégies visant à faciliter les rencontres et les échanges interculturels positifs, et promouvoir la participation active des résidents et des communautés dans le développement de la ville, en répondant aux besoins d’une population diverse. Le modèle politique d’ « intégration interculturelle » est étayé par de très nombreuses données issues de la recherche, des instruments juridiques internationaux variés, et de l’ensemble des contributions des villes membres du programme des Cités interculturelles, qui partagent leurs exemples de bonnes pratiques sur la gestion de la diversité, la résolution des conflits éventuels, et les bénéfices de l’avantage de la diversité.

Cette section offre des exemples d'approches interculturelles tendant à faciliter l'élaboration et mise en œuvre de stratégies interculturelles.

Retour

Un « Plan régional intégré »

Le Conseil d’Auckland noue le dialogue avec les communautés du Sud de la ville pour préparer le développement de leur région.
A compter de 2017
  • Diminuer la taille du texte
  • Augmenter la taille du texte
  • Imprimer la page
  • Imprimer en PDF

Lorsqu’il propose un changement, le Conseil d’Auckland se rapproche des associations communautaires situées dans les zones en question pour traiter avec leurs habitants. Ainsi, en 2017, il a associé les communautés de la région Sud d’Auckland à un « plan régional intégré » pour le développement de cette zone. La stratégie de participation prévoyait :

  • la collecte de commentaires lors d’événements organisés au sein de la communauté locale, dans des centres commerciaux, des gares ferroviaires ou d’autres centres d’activités ;
  • l’utilisation de la plate-forme en ligne intitulée « All Our Ideas » (Toutes nos idées) (promue par un conseil local des jeunes) ;
  • l’organisation de séries d’ateliers publics (du type « cafés mondiaux »).

L’un des principaux objectifs de cette stratégie de consultation était de remettre en question la norme dans ce domaine et de créer des moyens efficaces d’établir des liens avec différents groupes ethniques, classes d’âges et communautés de la région qui, généralement, ne s’intéressent ou ne participent pas aux processus de planification menés par le Conseil. Il était important de concevoir le processus de consultation et de participation de sorte à garantir que les points de vue des Maoris, des groupes originaires des autres îles du Pacifique et d’autres groupes ethniques émergents, ainsi que ceux des jeunes, soient pris en compte pour façonner la vision à long terme pour ces régions, et contribuer à leur avenir. Les participants ont été invités à réfléchir au profil démographique de la région. Le Conseil a reçu plus de 5 000 contributions de la communauté, dont plus d’un tiers émanaient de résidents maoris et la moitié, de personnes âgées de moins de 34 ans – ce qui reflétait fidèlement le profil ethnique de la région, ainsi que la pyramide des âges dans cette dernière.


Filtres par Filtres par
Topic
Anti-discrimination et égalité
Anti-rumeur
Entreprises et emploi
Communication et sensibilisation du public
Culture, loisirs et patrimoine
Développer une culture de l’ouverture et de l’interculturel
Education
Égalité des sexes et intersectorialité
Santé, Sécurité sociale et soutien aux familles
Logement et urbanisme
Leadership et engagement politique
Médiation et résolution des conflits
Multilinguisme
Participation politique et publique
Services publics et de proximité
Réfugiés
Religion et dialogue interreligieux
Roms
Sécurité et justice
Accueil et intégration sociale
Pays
Australie
Autriche
Canada
Croatie
Chypre
Danemark
France
Allemagne
Grèce
Islande
Irlande
Israël
Italie
Japon
Pays-Bas
Nouvelle Zélande
Norvège
Portugal
Serbie
Espagne
Suède
Suisse
Ukraine
Royaume-Uni
Année
2015
2016
2017
2018
2019
2020
2021
Reset Filter