Ce qui nous paraît impossible aujourd’hui ne le sera pas demain.

Constance Baker Motley1

Aperçu

Dans cette activité, les participants examinent comment les croyances se développent, comment elles sont renforcées et comment et pourquoi elles évoluent dans le temps.

Droits corrélés
  • Liberté de pensée, de conscience et de religion
  • Liberté d’opinion et d’expression
  • Droit de participer librement à la vie culturelle de la communauté
Objectifs
  • Comprendre la construction sociale des croyances
  • Développer les compétences de réflexion critique et de discussion
  • Cultiver l’ouverture d’esprit et la curiosité intellectuelle
Matériels
  • Cartes d’affirmation, un jeu par petit groupe
  • Une grande feuille de papier et des stylos pour chaque groupe
Préparation
  • Copiez le document à distribuer et ajoutez ou supprimez des énoncés si nécessaire. Découpez-les et fabriquez un jeu de cartes par petit groupe.
Date clé
  • 5 octobreJournée mondiale des enseignantes et des enseignants

Instructions

1. Expliquez que cette activité porte sur l’évolution des croyances dans le temps. Les participants examinent tout d’abord les croyances des générations précédentes, qui sont maintenant dépassées, puis les leurs, que leurs enfants et petits-enfants jugeront dépassées.
2. A l’aide de la technique du brassage d’idées, demandez aux participants ce que signifie pour eux le mot « croyance ».
3. Demandez-leur ensuite de former des groupes de cinq ou six personnes.
4. Chaque groupe désigne un membre qui sera chargé de prendre des notes et de les présenter aux autres participants en plénière.
5. Demandez aux groupes de choisir parmi les cartes cinq croyances qui ont changé depuis l’époque de leurs grands-parents et sur lesquelles ils souhaiteraient travailler.
6. Invitez-les ensuite à examiner les croyances qu’avaient leurs grands-parents à propos des énoncés choisis. D’où provenaient ces croyances ? Comment étaient-elles renforcées ? Avec le recul, peut-on dire qu’elles étaient justes ? Pourquoi ? Pourquoi pas ? Ils examineront les cinq cartes l’une après l’autre.
7. Ils essaieront ensuite d’imaginer à quoi ressemblera la vie de leurs enfants ou petits-enfants et quelles seront leurs croyances. En quoi et pourquoi seront-elles différentes des leurs ?
8. Pour finir, réunissez l’ensemble des participants et demandez aux différents groupes de revenir brièvement sur leurs conclusions.

Compte rendu et évaluationGoto top

L’interprétation partisane consiste à interpréter des informations ou une situation d’une certaine manière, en particulier dans le but de se présenter, soi-même ou ses idées, sous un jour favorable. (traduction d’une définition tirée du Oxford dictionary)

Commencez par faire une courte synthèse de l’activité, puis examinez les difficultés de vivre dans un monde de plus en plus globalisé où les croyances et les valeurs évoluent.

  • Y-a-t-il eu d’importants désaccords au sein des groupes ?
  • Quelles sont les différences et similarités dans les conclusions des différents groupes ?
  • D’où nous viennent nos croyances ? Peut-on tirer des conclusions générales sur les différences entre les idées du passé et celles du futur ?
  • Pourquoi les croyances évoluent-elles ?
  • Existe-t-il des croyances absolues ? Si oui, lesquelles et pourquoi ? Si non, pourquoi les croyances ne sont-elles pas absolues ?
  • Quels sont les avantages d’avoir des croyances en commun ?
  • En quoi nos croyances nous limitent-elles ?
  • Qu’est-ce qui vous ferait changer de croyances ?
  • Est-il simple de changer de croyances ? Lesquelles sont plus faciles, ou au contraire plus difficiles à modifier ? Pourquoi ?
  • Comment se protéger de la propagande et des tromperies, par exemple l’interprétation partisane d’événements par les hommes politiques, les doutes exprimés par les climato-sceptiques ou les stratagèmes mis en place par des organisations factices pour obtenir notre argent ?
  • Donnez des exemples de restrictions du droit à la liberté d’opinion et d’expression. Qui devrait décider de ces restrictions ?
  • Pouvez-vous citer des exemples de violations de la liberté de pensée, de conscience et de religion dans votre communauté, votre pays, en Europe et dans le reste du monde ?

Conseils pour l’animateurGoto top

Bien que les participants travaillent en petits groupes, certains peuvent être réticents à donner leur avis sur telle ou telle question. L’un des moyens de prévenir cela est de former les petits groupes en plaçant ensemble des amis ou des personnes qui se sentent à l’aise les unes avec les autres. Il est aussi possible d’aborder les sujets les moins « dérangeants » en premier, puis les plus controversés, à mesure que la confiance s’installe.

La construction d’un monde où les droits de l’homme sont la norme implique une certaine remise en cause des croyances des individus. Cette activité entend faire  comprendre aux participants que les croyances individuelles sont des constructions sociales et des produits de l’environnement et de l’époque dans lesquels ils vivent. Ils devraient, à l’issue de l’activité, être davantage conscients des raisons pour lesquelles les croyances sont profondément ancrées et difficiles à considérer avec objectivité. Ils comprendront également que l’éducation, la présentation de données factuelles claires et de bonnes compétences de réflexion critique sont trois facteurs essentiels pour tordre le cou à des croyances préjudiciables ou tout simplement dépassées.

Le terme « croyance » est souvent utilisé en rapport avec la religion, par exemple lorsque l’on évoque la « croyance en Dieu », mais c’est un usage du mot parmi d’autres. Par conséquent, il faudra veiller à ce que les participants comprennent bien tout le sens du terme. Une croyance est une vérité assumée. Tout est donc croyance. Les croyances nous servent de point d’ancrage pour comprendre le monde qui nous entoure ; c’est pourquoi, lorsque nous en avons créé une, nous avons tendance à nous y accrocher. Le site http://changingminds.org contient une multitude d’informations sur les croyances, leur formation et leur fonctionnement.

VariantesGoto top

Présentez quelques-unes de ces idées à l’ensemble du groupe en utilisant la technique de « l’exercice des affirmations ». Dans cette variante, les participants n’ont pas besoin de parler ; ils peuvent écouter les points de vue des autres pour mieux comprendre les questions abordées.

Suggestions de suiviGoto top

En fonction des thèmes évoqués lors des discussions, vous pourrez étudier les croyances à propos des relations personnelles dans les activités « Parlons sexe ! » ou « Croyances ».

Pour poursuivre la réflexion sur le droit à la liberté de religion et de conviction, vous pouvez envisager l’activité « Une mosquée à Sommeil-City » qui utilise la simulation d’une réunion du conseil municipal pour examiner un différend au sujet de la construction d’une nouvelle mosquée dans un quartier de tradition chrétienne.

Idées d'actionGoto top

Avec vos amis ou camarades de classe, choisissez une croyance collective qui peut être préjudiciable ou discriminatoire pour certaines personnes dans votre localité, par exemple une croyance à propos de l’homosexualité, de la contraception, de l’avortement, des relations hors mariage ou du rôle des filles et des garçons. Invitez une ONG ou une autre organisation à venir vous parler de ces questions, de manière à ce que vous puissiez approfondir vos connaissances à ce sujet. Décidez ensuite de l’action que vous souhaitez entreprendre.

Vous pouvez également créer et mettre en scène une pièce de théâtre à propos d’un thème choisi, que vous présenterez dans votre localité. N’oubliez pas qu’il est plus facile d’attirer du public si vous planifiez la représentation de votre pièce dans le cadre de journées de commémoration internationales ou européennes.

Si vous vous sentez à l’aise avec cet exercice, adaptez-le de manière à pouvoir le pratiquer avec vos amis, votre famille et vos collègues. Demandez-leur leurs opinions ou croyances à propos de telle ou telle question. Soyez toutefois prudents, car certaines personnes peuvent être embarrassées par l’un ou l’autre thème.

Informations complémentairesGoto top

Une croyance est la conviction qu’une suggestion, une affirmation ou une idée est vraie. On peut tenir quelque chose pour vrai pour différentes raisons : parce qu’on l’a vu ou qu’on en a été témoin, parce qu’on en a fait l’expérience, parce qu’il y a des éléments probants qui nous permettent de le croire ou encore parce que l’on a la foi.

La foi est la croyance confiante dans la véracité ou la fiabilité d’une personne, d’une idée ou d’une chose. C’est la croyance que quelque chose est vrai car une autorité l’affirme. Le terme peut avoir un sens très spécifique dans certains contextes religieux.

Comprendre la formation des croyances constitue une étape importante dans la promotion d’une culture des droits de l’homme. Les psychologues qui étudient la formation des croyances et la relation entre croyances et actes ont constaté que les croyances se développent de diverses manières. Ainsi :

  • Nous avons tendance à intérioriser les croyances de notre entourage durant l’enfance. Albert Einstein est souvent cité pour avoir affirmé que le bon sens est l’ensemble des préjugés acquis à l’âge de dix-huit ans. Nos croyances politiques dépendent très fortement de celles qui prévalent dans la communauté où nous vivons. De même, la plupart des individus croient en la religion qui leur a été inculquée durant leur enfance.
  • Les individus peuvent adopter les croyances d’un leader charismatique, même si ces dernières sont contraires à toutes leurs croyances antérieures et produisent des actes qui vont clairement à l’encontre de leur intérêt personnel. Dans pareille situation, l’individu rationnel perçoit une contradiction entre sa réalité directe et ses croyances. Il se trouve alors dans un état de « dissonance cognitive », qu’il cherchera à réduire en trouvant des moyens de concilier ses croyances et les faits nouveaux.
  • Les croyances se forment par la répétition et par l’association à des représentations de la sexualité, de l’amour et d’autres émotions positives fortes. C’est d’ailleurs sur ce principe que se base l’industrie publicitaire.
  • Les traumatismes physiques, notamment crâniens, peuvent modifier radicalement les croyances d’une personne.
  • Même une personne bien éduquée et consciente du processus de formation des croyances restera fortement attachée à ses propres croyances et agira en fonction de ces dernières, même si cela va à l’encontre de son intérêt personnel.

Lors de la journée mondiale des enseignants 2010, Prabhakara Shishila du Sullia Nehru Memorial College a dit « les enseignants devraient inculquer une qualité aux apprenants, celle de la réflexion rationnelle ».

DocumentsGoto top

PDFPDF à télécharger

Croyance selon laquelle la Terre est plate Croyance selon laquelle la peine de mort peut se justifier Croyance selon laquelle l’acte sexuel avant le mariage est un péché Croyance selon laquelle il est possible de se débarrasser d’une maladie sexuellement  transmissible en la transmettant
à une personne vierge
lors d’un rapport sexuel
Croyance selon laquelle c’est un honneur de mourir pour son roi, son pays ou sa religion Croyance selon laquelle fumer n’est pas si dangereux que cela pour la santé Croyances à propos de la consommation de drogues et d’alcool Croyance selon laquelle on peut distinguer différentes races par la couleur de la peau, le type facial, la forme du crâne, le profil, la taille, la texture et la couleur des cheveux
Croyances à propos de l’éducation des enfants et de la discipline Croyance selon laquelle il y a des différences de caractère moral et d’intelligence entre les races Croyance selon laquelle la maladie mentale est honteuse Croyances à propos du
rôle des hommes et des femmes au sein de la famille
Croyances à propos du fait de manger de la viande Croyances à propos du respect de la police et  des autres autorités Croyance selon laquelle « l’ouragan Katrina était un châtiment divin pour les péchés de jeu, de folie et de cruauté » Hank Erwin, sénateur de l’Etat d’Alabama Croyances à propos de l’avortement et de la parentalité de substitution
Croyances à propos de la contraception et du recours à la contraception Croyances à propos du
traitement des criminels : détention contre réinsertion
Croyances à propos de la pornographie et de la prostitution Croyances à propos du mariage homosexuel
Croyances à propos de l’aide au suicide de  patients en phase terminale d’une maladie Croyance selon laquelle le rose est pour les petites filles et le bleu pour les petits garçons Croyances à propos de la capacité des hommes et des femmes à exercer les mêmes professions Croyance selon laquelle les garçons et les filles devraient avoir des jeux différents
Croyances à propos des relations hors mariage Croyances à propos des tatouages et piercings Croyances à propos des enfants nés hors mariage Croyances à propos du
blasphème
Croyances à propos du fait de ne pas avoir de religion Croyances à propos du naturisme/du fait d’être seins nus Croyances à propos de la masturbation/de la sexualité Croyances à propos du divorce/des familles monoparentales

 

Afficheur de contenus web

1Constante Baker Motley, à qui l’on attribue ces mots, fut la première femme noire à devenir juge fédéral aux Etats-Unis en 1966.