Conventions du Sport


Strasbourg, 23 septembre 2004 T-RV (2004) 13

Conférence Sur La Contribution Du Sport Au Dialogue Interculturel

Istanbul, Turquie, 9-10 septembre 2004

DECLARATION D’ISTANBUL

Conférence organisée par le
le Service du Sport du Conseil de l'Europe
en coopération avec la Fondation des Recherches Economiques d’Istanbul
et le Ministère de la Jeunesse et des Sports de la Turquie

Lieu de la conférence :
Université de Kadir Has
Istanbul

DECLARATION D’ISTANBUL
La contribution du sport au dialogue interculturel

- Ayant à l’esprit la Recommandation Rec(2001)6 du Conseil de l’Europe sur la prévention du racisme, de la xénophobie et de l’intolérance raciale dans le sport ;

- Rappelant la Recommandation du Conseil de l’Europe sur le Code d’éthique sportive révisé N° R(92)14 rev et les principes du Code d’éthique y annexé;

- Considérant la Déclaration sur le dialogue interculturel et la prévention des conflits adoptée par les ministres de la Culture européens à Opatija, Croatie (2003) ;

- Rappelant la Résolution adoptée par l’Assemblée générale des Nations Unies sur “le sport en tant que moyen de promouvoir l'éducation, la santé, le développement et la paix” ;

- Dans la perspective du Troisième Sommet des Chefs d’Etat du Conseil de l’Europe (mai 2005), de la 10è Conférence des ministres européens responsables du sport (octobre 2004) et du 50è anniversaire de la Convention culturelle européenne (2005) ;

Les participants à la Conférence du Conseil de l’Europe sur la Contribution du sport au dialogue interculturel, qui s’est tenue à Istanbul les 9 et 10 septembre 2004, reconnaissent que :

· La promotion du dialogue interculturel devrait s’adresser à une grande partie de la population dans le contexte actuel de mondialisation ;
· Les valeurs fondamentales du sport, telles que l’esprit sportif, le respect mutuel, la co-existence pacifique, la tolérance et la lutte contre le racisme, la xénophobie et l’anti-sémitisme doivent être défendues et encouragées ;
· Le sport a le pouvoir d’ouvrir les frontières car son langage est universel et ne prête pas à controverse ;
· Le sport peut permettre de développer des compétences essentielles telles que le respect mutuel, l’esprit d’équipe, l’intégration et la cohésion sociale, qui constituent le fondement de notre société ;
· Le sport est un moyen approprié pour toucher une large part de la population, en particulier les jeunes générations ;
· Le sport et l’éducation physique, qui font partie intégrante de la culture, doivent être reconnus en tant que tels et être intégrés aux systèmes éducatifs de tous les pays ;
· Le sport, lorsqu’il est adéquatement encouragé et proposé dans de bonnes conditions, peut être une première étape dans l’instauration du dialogue interculturel, en réunissant des nationalités et des cultures différentes dans le cadre d’une activité commune avec des règles communes ;
· Le sport peut aussi, toutefois, être perverti et devenir le cadre de manifestations d’intolérance, de nationalisme et de violence ;
· Pour permettre un véritable dialogue interculturel, la pratique du sport doit donc s’accompagner de mesures complémentaires.

A cette fin, les participants à la Conférence formulent les recommandations suivantes:

Sport pour tous

    1. Les ONG et les pouvoirs publics devraient encourager, à l’échelle régionale, nationale et internationale, les enfants et les jeunes à pratiquer un sport dans le cadre de leurs loisirs et à participer à des échanges interculturels sportifs ;
    2. Les formateurs et les animateurs responsables de ces échanges devraient avoir toutes les qualifications requises ; il est donc nécessaire de définir une approche globale ;
    3. Ces échanges interculturels sportifs devraient comporter également d’autres activités culturelles et encourager la compréhension et l’ouverture à des cultures différentes, par le biais, par exemple, de la musique, de la danse, des arts graphiques, etc. ;
    4. Les pouvoirs publics, les organisations sportives et les collectivités devraient mettre au point des programmes adaptés aux besoins de la population locale et permettant d’intégrer les immigrés à la vie sportive au niveau national.

Le sport de haut niveau

    5. Les athlètes, les anciens athlètes et les entraîneurs devraient être incités à tirer profit de leur rôle de modèles pour encourager le dialogue interculturel et les mettre en mesure de le faire. A cette fin, ils devraient :
    - s’investir dans des projets interculturels ;
    - être encouragés à se servir de leur position pour faciliter le dialogue entre ces cultures, en particulier dans le cas de ceux qui sont familiers de plusieurs d’entre elles ;
    - partager leurs expériences dans le domaine du sport : rappeler par exemple que la dimension interculturelle est entrée pour une part dans leur formation de sportifs de haut niveau.
    6. Il faudrait sensibiliser la population à la philosophie et à l’histoire des jeux Olympiques, conçus comme un moyen de promouvoir la coexistence pacifique, et soutenir les efforts de ceux qui mettent en pratique les valeurs des jeux Olympiques dans la vie de tous les jours ;
    7. Afin de réaliser les objectifs énoncés ci-dessus, il est absolument essentiel que toutes les organisations concernées recourent à l’expérience des athlètes de haut niveau et mettent en évidence le respect de l’autre que cette expérience leur permet d’acquérir.

Spectateurs et supporters

    8. Les organisateurs de manifestations sportives devraient mettre en place un encadrement des supporters comportant notamment un élément d’éducation interculturelle et soulignant, par exemple, l’importance de la préparation des supporters lors d’événements sportifs importants ou majeurs ;
    9. Lorsque les supporters se rendent dans des régions de culture différente pour y assister à un événement sportif important ou majeur – que ce soit dans leur pays ou à l’étranger – il faudrait faire en sorte que leurs déplacements soient l’occasion d’un échange et d’un dialogue avec leurs homologues et servent ainsi à lutter contre les malentendus d’ordre culturel ;
    10. Les animations et les programmes culturels organisés en marge des événements sportifs importants ou majeurs devraient avoir pour but d’encourager le dialogue interculturel et de mettre en valeur la diversité des participants.