Retour

Reykjavik considère des mesures à prendre pour une société plus interculturelle

Reykjavik, Islande
  • Diminuer la taille du texte
  • Augmenter la taille du texte
  • Imprimer la page
  • Imprimer en PDF
Reykjavik considère des mesures à prendre pour une société plus interculturelle

Le Conseil municipal de Reykjavík et le Conseil interculturel de Reykjavík ont tenu une réunion conjointe le 30 avril pour discuter de questions importantes pour les immigrants. En conséquence, cinq propositions ont été présentées concernant les questions d'immigration.

La première proposition a été présentée par Jórunn Pála Jónasdóttir, vice-président du Conseil interculturel et membre adjoint du Conseil municipal du parti de l'indépendance. Il s'agissait de la carte de loisirs de la ville et de la manière de s'assurer que les résidents qui ne maîtrisent pas encore l'islandais soient correctement informés sur la carte et sur les possibilités qu'elle ouvre en termes d'organisation et de financement d'activités de loisirs pour enfants.

A ce sujet, il a été demandé au Conseil municipal d'approuver les mesures suivantes :

  • Toutes les demandes d'affiliation à une carte de loisirs doivent être disponibles en islandais et en anglais.
  • Les règlements pour les affiliés de cartes de loisirs seront disponibles en islandais et en anglais.
  • Une campagne de sensibilisation en plusieurs langues sera lancée afin de présenter l'affiliation à la carte de loisirs aux vendeurs potentiels et aux organisateurs d'activités de loisirs.

La proposition a été transmise au Conseil "Culture, sport et loisirs" pour mise en œuvre.

Une deuxième proposition a été présentée par Sabine Leskopf, présidente du Conseil interculturel et membre du Conseil municipal de l'Alliance sociale-démocrate. Elle a demandé l'ouverture d'un portail d'information électronique où les demandes de renseignements dans d'autres langues que l'islandais peuvent être traitées et traitées dans un délai très court. Cette proposition a été renvoyée au Conseil de la démocratie et des droits de l'homme pour traitement.

Une proposition visant à aider les employés de la ville d'origine étrangère à faire évaluer et reconnaître leurs études a été présentée par Tui Hirv, représentant du syndicat Sameyk pour le Conseil interculturel. La proposition a été renvoyée au Conseil exécutif de la ville.

Une quatrième proposition a été faite pour renforcer et augmenter le nombre de médiateurs culturels dans les écoles de la ville afin de fournir des conseils et une formation aux parents d'origine étrangère. Les médiateurs culturels assurent également une éducation interculturelle, conseillent les enseignants et offrent un soutien général aux enfants et aux étudiants. La proposition a été transmise au ministère de l'Éducation et de la Jeunesse.

Nichole Leigh Mosty, représentante du Conseil interculturel du W.O.M.E.N.N. en Islande, a proposé que la ville de Reykjavik lance une campagne globale contre les préjugés et les discours de haine envers les immigrants dans le but d'assurer que tous les résidents puissent vivre dans la paix et l'harmonie. La campagne devrait cibler d'abord les lieux de travail et les employés, puis s'étendre à l'ensemble de la société dans le but d'accroître la sensibilisation aux avantages de vivre dans une société diversifiée, d'encourager la sensibilité et la compétence culturelles et une interaction plus positive. La proposition a été renvoyée au Conseil de la démocratie et des droits de l'homme pour traitement.

Les membres suivants du conseil et du conseil adjoint étaient présents à la réunion : Dóra Björt Guðjónsdóttir, Líf Magneudóttir, Heiða Björg Hilmisdóttir, Hjálmar Sveinsson, Þórdís Lóa Þórhallsdóttir, Sabine Leskopf, Guðrún Ögmundsdóttir, Hjálmar Sveinsson, Skúli Helgason, Sigurborg Ósk Haraldsdóttir, Sanna Magdalena Mörtudóttir, Kolbrún Baldursdóttir, Vigdís Hauksdóttir, Jórunn Pála Jónasdóttir, Ragnhildur Alda María Vilhjálmsdóttir, Ólafur Kr. Guðmundsson, Örn Þórðarson, Inga María Hlíðar Thorsteinson, Egill Þór Jónsson, ainsi que des membres du Conseil interculturel : Nichole Leigh Mosty, Tui Hirv et Renata Emilsson Pesková.


Médias sociaux Médias sociaux