Retour

Préparer les villes a répondre à la peur et à la haine envers les musulmans

Barcelone, Espagne 5-6 juillet 2018
  • Diminuer la taille du texte
  • Augmenter la taille du texte
  • Imprimer la page
  • Imprimer en PDF
Photo © Ivana d'Alessandro

Photo © Ivana d'Alessandro

La peur à l'égard de personnes de milieux différents, qu'ils soient religieux, culturels ou ethniques, et la haine que suscite cette peur ne sont pas des phénomènes nouveaux, notamment dans les villes aux populations diverses. En réponse à cette discrimination, les politiques interculturelles qui promeuvent la déségrégation, l’interaction et l'inclusion tentent systématiquement de réduire ses causes et ses effets. Bien que partiellement concluantes, la seule utilisation d'approches descendantes pour lutter contre les préjugés a donné lieu à des réactions mitigées, contribuant parfois à leur réduction, d'autres n'obtenant aucun résultat et, dans le pire des cas, étant contre-productives. Par conséquent, la lutte contre la discrimination exige des approches qui agissent directement sur les sentiments et perceptions négatifs qu’ont les gens à l'égard de la diversité.

En réponse à ce besoin, ainsi que dans le contexte politique et historique actuel d'augmentation des migrations en provenance de populations à prédominance musulmane et à la peur du terrorisme djihadiste et de la rhétorique populiste qui l'amplifie, l'islamophobie est considérée comme un problème crucial. C'est pourquoi le Programme des Cités Interculturelles a constitué un groupe de travail interdisciplinaire à Barcelone pour discuter d'initiatives réussies allant de projets individuels au travail des autorités locales. Les forces et les défis de chaque initiative ont été analysés par les participants dans le but de discuter d'un projet global commun.

Le groupe de travail a conclu qu'une telle initiative, pour être efficace, doit inclure la participation du secteur de l'éducation, des médias, de la société civile et des organisations publiques et privées. En outre, elle doit s'attaquer aux causes profondes du problème, telles que les croyances et les craintes sous-jacentes, ainsi qu'à leur persistance en raison de la pensée collective. Enfin, il est important de souligner d'emblée qu'utiliser la catégorisation de "musulman", c'est prendre le risque de s'engager immédiatement dans un stéréotype car cela implique l'homogénéisation d'un groupe social aussi divers que le nombre de ses individus.

Un tel projet sera élaboré dans les mois à venir sur la base de l'approche du programme des cités interculturelles visant à construire des sociétés diversifiées, cohésives et pacifiques, où chacun, indépendamment de sa culture, de son origine, de sa religion et de sa citoyenneté, aura accès aux droits et aura la possibilité de réaliser son potentiel. En favorisant l'inclusion et la confiance, l'approche de l'intégration interculturelle s'attaque au défi de l'isolement social et de la marginalisation qui sont parmi les causes profondes du radicalisme et de la violence sociale.


Médias sociaux Médias sociaux