Retour

Connecter les villes pendant la crise COVID : Défis et opportunités pour les Cités Interculturelles

Connecter les villes pendant la crise COVID : Défis et opportunités pour les Cités Interculturelles

La notion de "connectivité" fait généralement référence aux développements dans les domaines du transport et de la communication. Mais dans le contexte de la crise sanitaire mondiale actuelle, se connecter les un-e-s aux autres au-delà des distances physiques et sociales est devenu une source d'intérêt et de préoccupation croissante, en particulier pour les professionnels et les chercheurs qui sont actifs dans des réseaux internationaux tels que la ICC.[1]

Initiatives au sein du réseau ICC

Lors d'une récente réunion en ligne tenue en avril 2020, les membres du réseau ICC ont attiré l'attention sur un certain nombre de problèmes importants auxquels sont confrontées les villes qui tentent de répondre aux besoins fondamentaux de leurs habitant-e-s tout en planifiant l'avenir.[2] Il a été question des services de base tels que la nourriture, le logement et les écoles. Plusieurs représentant-e-s des villes ont parlé de leurs efforts pour évaluer l'impact du virus et du verrouillage, notamment en ce qui concerne les questions difficiles telles que l'accès aux services publics et le problème récurrent des discours de haine.

Une certaine attention a également été accordée à la question de la langue, plus précisément à la manière dont les villes peuvent garantir que les personnes nouvelles arrivantes et les personnes réfugiées ont accès à des informations précises et actualisées sur la crise, sous une forme compréhensible pour les locuteurs et locutrices non natifs, une question qui a préoccupé ceux qui participent au mouvement "Yasashii Nihongo" ("Japonais simple") au Japon. Les[3] collectivités locales au Japon utilisent depuis longtemps le japonais simple pour communiquer avec les résident-e-s étrangers[4], et le gouvernement japonais prépare actuellement des lignes directrices sur l'utilisation du japonais simple pour les organisations gouvernementales.[5]

Différences dans la mise en réseau en ligne

Lors de discussions informelles sur la manière dont les villes réagissent à la crise, nous avons constaté de grandes variations, non seulement en ce qui concerne la réponse des villes à la pandémie, mais aussi en termes d'activités de mise en réseau en ligne entre les villes. Certaines villes ont intensifié leurs activités de mise en réseau et d'autres se sont davantage isolées. Cela est dû en partie au fait que toutes les villes n'ont pas accès aux outils et aux ressources (humaines, financières, techniques) qui rendent la mise en réseau en ligne possible.

La communauté ICC a joué un rôle clé en termes de consolidation des informations sur le coronavirus, en attirant l'attention de ses membres sur les initiatives des villes. Les réseaux nationaux ICC, comme ceux d'Espagne et d'Ukraine, ont organisé des réunions en ligne pour partager des informations et faciliter la collaboration entre les villes membres. Le réseau REMIRI au Québec (Canada) se réunit chaque semaine depuis la mi-mars et a organisé des activités de co-apprentissage sur une douzaine de sujets d'intérêt pour les membres du réseau.[6]

Connectivité et durabilité

La réunion d'avril s'est terminée par une série de questions sur la manière dont les villes, en particulier celles qui participent à des réseaux nationaux et internationaux, devraient penser à se connecter les unes aux autres dans les mois et les années à venir. Comment le coronavirus modifie-t-il nos relations entre les membres du réseau ICC? Et quel est l'impact des réunions en ligne sur nos activités de réseautage ? Cela nous rapprochera-t-il ou créera-t-il plus de distance ?

Il se peut que la situation actuelle ait le potentiel de nous rapprocher. Le recours aux réunions en ligne pourrait amener un nombre croissant de villes hors d'Europe à vouloir rejoindre le réseau ICC, en particulier dans les pays qui ont déjà manifesté leur intérêt à participer de plus loin, tels que le Japon, la Corée, l'Australie, le Canada et le Mexique.

La question de l'impact environnemental est un sujet qui préoccupe particulièrement les membres ICC qui ont participé à la réunion. Un certain nombre de préoccupations ont été exprimées concernant la pratique des voyages internationaux de longue distance pour assister aux réunions ICC, non seulement en termes de temps et d'argent que cela nécessite, mais aussi en ce qui concerne l'impact de ces réunions internationales sur le réchauffement climatique. Les réunions virtuelles sont faciles à organiser, elles prennent beaucoup moins de temps et sont moins coûteuses, mais nous savons que les rencontres en face à face offrent certains avantages en termes de co-apprentissage et d'interactions plus significatives.[7]

La question de notre empreinte mondiale en tant que réseau doit être explorée par le réseau ICC et ses membres, en particulier compte tenu de notre intérêt commun pour les questions liées à la mobilité et à la durabilité environnementale. Au fur et à mesure qu'ICC étend son réseau, en particulier dans diverses régions du monde hors d'Europe, ces dynamiques de proximité et de distance seront une préoccupation vitale pour les personnes qui organisent et participent au réseau.

Bob W. White (Université de Montréal, Montréal)
Yamawaki Keizo (Université Meiji, Tokyo)


[1] Des recherches récentes ont montré que la notion de "distanciation sociale" a été considérablement modifiée par la pandémie COVID-19 et il y a de bonnes raisons de croire que les gouvernements locaux devraient plutôt utiliser le terme "distanciation physique" afin de lutter contre les diverses formes d'isolement social et culturel (voir Rocher et White sur l'histoire de cette terminologie : http://labrri.net/distanciation-sociale-retour-sur-latelier/). L'Organisation mondiale de la santé a commencé à utiliser le terme "éloignement physique" en mars 2020 (voir Oubliez "éloignement social". L'OMS préfère que nous l'appelions "éloignement physique" car les liens sociaux sont plus importants que jamais).

[2] COVID-19 Défis et opportunités pour les autorités locales interculturelles, publication du rapport de la réunion

[3] En fait, "Yasashii" a deux significations, "facile à comprendre" et "compatissant" ou "attentionné".

[4] Au lendemain du tremblement de terre de Kobe en 1995, les chercheurs ont observé qu'un nombre disproportionné de résidents étrangers ont perdu la vie par rapport à la population générale du Japon. On pense que ces décès auraient pu être beaucoup moins nombreux si les résidents étrangers avaient eu accès aux informations appropriées sur le tremblement de terre.

[5] Pour l'évolution récente du japonais simple, voir Communiquer avec les résidents étrangers en "japonais simple"

[6] Cités interculturelles : Page spéciale COVID-19

[7] Des recherches récentes ont montré comment l'utilisation de Zoom et d'autres plates-formes de vidéoconférence peut conduire à ce que l'on appelle la "fatigue du zoom" (la raison pour laquelle Zoom appelle à drainer votre énergie).


Médias sociaux Médias sociaux