Retour

Formation anti-rumeurs à Montréal

Montréal, Canada mars 2018
  • Diminuer la taille du texte
  • Augmenter la taille du texte
  • Imprimer la page
  • Imprimer en PDF
Formation anti-rumeurs à Montréal

Dans le cadre de la préparation du lancement de sa stratégie anti-rumeurs (SAR), la ville de Montréal a organisé une formation anti-rumeurs pour les parties prenantes locales du 12 au 16 mars. Il s’agissait d’une semaine intense de réunions, de séances de formation avec un accent mis :

  1. sur le renforcement des actions et programmes de la ville grâce au renforcement des capacités et à des réunions stratégiques sur la conception et la mise en œuvre de la SAR. Cette progression est passée par des séances de renforcement des capacités sur le diagnostic anti-rumeurs, la conception d’une SAR, l’identification des rumeurs, la mise en œuvre d’un réseau anti-rumeurs, la planification de formation d’agents anti-rumeurs, la réalisation d’une évaluation de l’impact d’une SAR, etc., et par des échanges avec les élus locaux afin de connaître leur ressenti sur le contexte et les défis actuels dans la ville de Montréal.
  2. sur la formation d’agents anti-rumeurs, en ciblant des agents issus de différentes directions (notamment la diversité sociale, les ressources humaines, la communication,…) et d’autres acteurs (associations locales, université de Montréal, etc.). La formation était centrée sur les principaux concepts théoriques décrits dans le Manuel anti-rumeurs du CdE : stéréotypes, préjugés, rumeurs et discriminations ; sur les aptitudes communicatives pour faire face aux rumeurs lors d’interactions en face-à-face ; sur l’approche interculturelle et la SAR ; sur des exemples d’activités anti-rumeurs efficaces et sur une réflexion pour proposer des activités et des outils anti-rumeurs pour la stratégie de Montréal.

Le nouveau Bureau d'intégration des nouveaux arrivants de Montréal (BINAM), sera chargé de la mise en œuvre de la stratégie anti-rumeurs une fois que celle-ci aura été adoptée.

D’après le retour de l'équipe locale, la formation a fourni une base solide pour commencer à travailler sur la mise en œuvre d’une SAR en suivant la méthodologie préconisée par le Conseil de l'Europe. La collaboration avec le Carrefour des ressources en interculturel (CRIC), un organisme communautaire qui offre une expertise interculturelle et un soutien aux organismes locaux du centre-sud de Montréal, s'est également avérée une force car le CRIC est impliqué dans le travail AR depuis 2016 et est l'un des acteurs clés dans la mise en œuvre locale de la méthodologie ARS.

On s'attend à ce que le fort engagement démontré par la ville Montréal, à travers le soutien politique, l'engagement des principales parties prenantes, l'approche participative et la mise en place des ressources nécessaires consacrées aux actions de la SAR inspirent et guident d'autres villes SAR à suivre des voies similaires.


Médias sociaux Médias sociaux