Culture, patrimoine et diversité

 

À Ténérife (Espagne), des quartiers plus accueillants et plus ouverts

 

En janvier 2012, à Ténérife, les pouvoirs publics ainsi que des leaders de la société civile et des représentants des différentes communautés ont lancé une initiative de participation civique destinée à favoriser la cohésion sociale et les liens entre communautés dans l’agglomération d’El Fraile. Ce quartier, qui dépend de la commune d’Arona, dans le sud de l’île, se caractérise par une importante diversité culturelle. L’idée est née de la coopération entre le projet Juntos en la misma direction (Ensemble dans la même direction) et l’initiative européenne Puzzled by Policy (Déconcertés par les choix politiques) conduite par l’Université La Laguna dans le but d’inciter les citadins à participer à la définition des politiques migratoires. L’agglomération d’El Fraile a été choisie en raison de sa longue et dynamique tradition d’immigration et de la nécessité d’envisager sa diversité humaine et culturelle comme une ressource plutôt que comme une source de problèmes et de conflits. Cette initiative a suscité d’emblée l’intérêt des représentants de l’école du quartier, de l’église et de la mosquée, d’associations de quartier, de maires, de femmes, d’immigrés originaires du Sénégal, du Nigéria, du Ghana, d’Uruguay et de Colombie, ainsi que des pouvoirs publics, en particulier de la mairie d’Arona, du ministre de l’Action extérieure et de l’Observatoire de l’immigration de Ténérife.

 

De janvier à juin 2012, neuf réunions ont été organisées dans différents lieux d’El Fraile, notamment à la mosquée, à la salle paroissiale, à l’école publique, à la maison des jeunes ou encore dans les locaux d’associations. À la toute première réunion, les participants ont dressé une carte de leur quartier afin de situer les différents acteurs sociaux qui s’occupent d’intégration et de mieux comprendre leur rôle. Ils ont également partagé leurs désirs et leurs inquiétudes en ce qui concerne la cohabitation à El Fraile, ses ressources et son développement potentiel. Lors des réunions suivantes, ils ont choisi un nom pour leur initiative – El Fraile para todos (El Fraile pour tous all) – et fixé les buts à atteindre. Il s’agit, par exemple, d’améliorer l’image du quartier et de contribuer à le transformer en pionnier de la gestion de la diversité, de renforcer les partenariats entre voisins et acteurs sociaux, d’encourager les habitants à participer à la propreté du quartier, à renforcer les liens sociaux, à créer un environnement amical et solidaire et à faciliter l’accessibilité en supprimant l’obstacle des langues. Pour y parvenir, cinq groupes de travail ont été créés, chacun portant sur un thème donné, comme l’environnement, la communication et les relations, la traduction et les échanges linguistiques, la médiation et la coopération entre groupes. Chacun de ces groupes a établi un plan d’action avec des buts spécifiques. En juin, les cinq groupes ont présenté leurs plans d’action au Conseil de participation sociale du projet Juntos en la misma direction.

 

Selon Mme Eva Luz Cabrera, du Conseil municipal pour la participation citoyenne, cette initiative a tout le potentiel nécessaire pour être généralisée à tous les quartiers de la commune, car la demande de projets similaires va croissant. Le premier pas dans cette direction consiste à créer des groupes de travail citoyens qui viendraient alimenter de leurs idées les conseils participatifs récemment mis en place. "Il est essentiel de faire passer le message que chacun des habitants du quartier a un rôle crucial à jouer pour imaginer, construire et enrichir un lieu où tous pourront vivre dans l’unité, la considération, la propreté et le respect de valeurs communes. Nous devons nous appuyer sur la participation et l’engagement des citoyens pour créer un environnement urbain plus solidaire et plus durable".

 

Christina Baglai