Culture, patrimoine et diversité

 

Cohen-Emerique M. (2011) - Pour une approche interculturelle en travail social, Théories et pratiques, Rennes, Presses de l’EHESP

 

Dans cet ouvrage, Margalit Cohen-Emerique étudie, au terme d'une longue expérience de recherche et de formation, les importantes difficultés d’origines diverses que rencontrent les travailleurs sociaux dans leurs interventions auprès des migrants et de leurs enfants, en France, dans plusieurs pays européens et au Québec.

 

Pour surmonter ces difficultés, elle a créé la méthode des "chocs culturels", autrement dite des "incidents critiques" à la fois méthode de recherche et outil de formation. Cette méthode, partant d’interactions professionnelles problématiques, a permis, tant par sa rigueur dans le recueil de données que par sa systématisation dans leur analyse, de dévoiler les représentations culturelles, sociales, professionnelles et personnelles impliquées dans le choc, avec les affects, les malentendus et les jugements de valeurs qui en résultent.

 

Ainsi ont pu être cernées des zones sensibles à l’origine, pour le travailleur social, d’actions inadéquates ainsi que de sentiment de menace à son identité personnelle et professionnelle, et pour l’usager, d’atteinte à ses identités à la fois unique et multiple.

 

Par cette mise en lumière des processus en jeu dans la rencontre interculturelle effectuée, non pas a priori (pour ainsi dire idéologiquement), mais à partir de l'analyse des chocs culturels, dont près d'une centaine sont présentés dans son ouvrage, l’auteur a progressivement élaboré une voie pour accéder à des pratiques plus efficientes. Il s’agit de "l’approche interculturelle" qui parcourt trois démarches spécifiques. :

 

La première est la prise de conscience par le professionnel de son propre cadre de références, par un processus de décentration.

 

La deuxième conduit, corrélativement, à découvrir le cadre de références de l’Autre.

 

La troisième démarche implique l’investissement dans un véritable dialogue interculturel, sous forme de négociation-médiation permettant de résoudre autant que possible, les conflits de valeurs inhérents à de nombreuses situations interculturelles, autrement que par l’affrontement ou le rejet.

 

C’est une démarche dynamique, mobilisant de multiples ressources cognitives, affectives et culturelles incluant la prise en compte minutieuse des contextes, ainsi que des identités spécifiques des protagonistes. Elle s'acquiert par une formation tout en posant aussi certaines exigences aux institutions. En ce sens elle se différencie de la notion de "compétences interculturelles", très centrée sur l’intervenant mais déconnectée des contextes, des identités en présence et des objectifs de la rencontre.

 

Dans les débats de société actuels concernant la multiculturalité ou la place et l'accueil des étrangers et des migrants, les pages consacrées par l’auteure à l'analyse de l'ethnocentrisme proposent aux praticiens un outil essentiel. Il permet d’aborder la rencontre avec l’autre, du point de vue de ses enjeux psychologiques et identitaires avec un pragmatisme à l’opposé de celui des affrontements politiques.

 

De même, le chapitre consacré au modèle individualiste du sujet, permet de comprendre que ce modèle n'est qu'un modèle parmi d’autres, celui d’un monde culturel particulier, la modernité occidentale.

 

Au total, cet ouvrage offre de nombreux intérêts tant pour les praticiens qui y trouveront des moyens de compréhension et même des outils d'intervention, que pour les chercheurs qui y découvriront une approche pluridisciplinaire permettant d'éclairer les processus complexes de la relation avec la diversité. Il fait progresser de façon décisive le débat sur le "comment vivre ensemble".

 

Commander la publication