Le Conseil de l’Europe a tenu à ce jour trois Sommets des chefs d’Etat et de Gouvernement de ses Etats membres. Le premier a eu lieu à Vienne en octobre 1993, suite à la chute du mur de Berlin et à l’émergence de nouvelles démocraties en Europe centrale et orientale. Il a confirmé la politique d’ouverture et d’élargissement du Conseil de l’Europe et initié le processus de réforme destiné à accroître l’efficacité de la Convention européenne des Droits de l’Homme. Le second Sommet s’est tenu à Strasbourg en octobre 1997, dans le but de donner une impulsion nouvelle à la protection des droits de l’homme. Il a également institué la fonction de Commissaire aux droits de l’homme au sein du Conseil de l’Europe.

Le Troisième Sommet s'est tenu en mai 2005 à Varsovie. Les dirigeants des (à l’époque) 46 pays membres ont redéfini les priorités de l’Organisation en adoptant une déclaration et un plan d'action, visant à renforcer la mission clé du Conseil de l’Europe qui est de sauvegarder et de promouvoir les droits de l'homme, la démocratie et l'Etat de droit.


Troisième Sommet (16-17 mai 2005, Varsovie)

Le Troisième Sommet des Chefs d'Etat et de Gouvernement du Conseil de l'Europe qui s'est tenu à Varsovie les 16 et 17 mai s'est conclu par l'adoption d'une Déclaration politique et d'un Plan d’action fixant les tâches principales de l'Organisation pour les années à venir.

 


Deuxième Sommet (10 - 11 octobre 1997, Strasbourg)

Strasbourg Summit logoLors du Sommet de Strasbourg, en octobre 1997, les Chefs d'Etat et de Gouvernement ont adopté un plan d'action pour renforcer le travail du Conseil de l'Europe dans quatre domaines: démocratie et droits de l'homme, cohésion sociale, sécurité des citoyens, et valeurs démocratiques et diversité culturelle.

 


Premier Sommet (8 - 9 octobre 1993, Vienne)

Vienna Summit logoLe nouveau mandat politique de l'Organisation a été défini lors du Sommet du Conseil de l'Europe à Vienne en octobre 1993. Les Chefs d'Etat et de Gouvernement ont décidé que le Conseil de l'Europe serait le gardien de la sécurité démocratique fondée sur les droits de l'homme, la démocratie et l'Etat de droit. La sécurité démocratique est un complément essentiel de la sécurité militaire, car elle est la condition de la stabilité et de la paix sur le continent.