Retour

Anti-dopage : nouveaux rapports de suivi (Italie, Pays-Bas et Russie) et Recommandation sur la protection des lanceurs d’alerte

Strasbourg, France 19 janvier 2022
  • Diminuer la taille du texte
  • Augmenter la taille du texte
  • Imprimer la page
  • Imprimer en PDF
@Shutterstock @Stockbakery

@Shutterstock @Stockbakery

Le Groupe de suivi publie aujourd'hui trois rapports d'évaluation et sa recommandation sur la protection des lanceurs d'alerte dans le cadre de la lutte contre le dopage. Cette dernière vise à réaffirmer les principes du Conseil de l'Europe sur la protection des lanceurs d'alerte et à les adapter à la réalité du sport et de la lutte contre le dopage. Les autorités nationales sont invitées à mettre en place un système global qui trouve le juste équilibre entre encourager les sportifs et les autres personnes à s'exprimer, tout en les protégeant et en veillant à ce que les informations fournies soient diffusées et utilisées de manière appropriée.

Le rapport de la visite d'évaluation en Fédération de Russie (21-23 septembre 2021) analyse les mesures prises par les autorités russes pour renforcer la lutte contre le dopage au niveau national. Il conclut que les autorités russes se conforment aux exigences de la Convention contre le dopage. En même temps, le rapport contient un certain nombre de recommandations visant à améliorer le système actuel, notamment par l'adoption d'une loi spécifique régissant tous les aspects de la lutte contre le dopage. La coordination nationale devrait être renforcé afin de garantir un niveau approprié de coopération entre toutes les parties prenantes. Des mesures devraient également être mises en œuvre pour fournir à l'agence russe antidopage, RUSADA, les ressources et le soutien nécessaires pour mener à bien un travail efficace de lutte contre le dopage sur l'ensemble du territoire de la Fédération de Russie, tout en garantissant l'indépendance de ses activités opérationnelles, telles que la planification des contrôles antidopage et le traitement des informations fournies par les lanceurs d’alerte. Des conséquences plus sévères, notamment de nature administrative, professionnelle ou pénale, devraient être envisagées à l'encontre des personnes chargées de l'encadrement des athlètes qui contreviennent aux règles antidopage. De plus, le rapport analyse la situation du laboratoire national antidopage et recommande de procéder à une analyse approfondie de la nécessité de disposer d'un laboratoire accrédité par l'AMA. Il recommande enfin de renforcer les mesures d'éducation et de sensibilisation afin de diffuser des messages positifs sur le sport propre et la lutte contre le dopage.

Suite à la visite d’évaluation aux Pays-Bas (13-15 septembre 2021), le rapport conclut que les autorités néerlandaises respectent la Convention contre le dopage et fait état de mesures pouvant être prises pour renforcer le système anti-dopage. Des recommandations visent notamment à améliorer le partage d'informations entre toutes les parties prenantes actives dans la lutte contre le dopage dans le sport. Des mesures devraient également être prises afin que la compétence territoriale de l'Autorité néerlandaise de lutte contre le dopage ne puisse pas être remise en cause et que les procédures applicables en matière de violation des règles antidopage soient revues. Le rapport met en évidence un certain nombre d'initiatives, telles que l'aide juridique aux athlètes, les programmes d'éducation pour différents groupes cibles, ainsi que la coopération avec les centres de fitness et les salles de sport, qui peuvent être considérées comme de bonnes pratiques.

Enfin, le rapport de la visite d'évaluation en Italie (19-21 novembre 2019) est également publié. Le rapport présente certaines recommandations, que les autorités italiennes ont déjà mises en œuvre depuis la visite d'évaluation. D'autres mesures devraient être prises afin de mettre en œuvre les recommandations relatives à l'amélioration de la coordination nationale et des programmes d'éducation.