Parents, enseignants, toute la société : tous ceux qui participent à l’éducation des enfants doivent unir leurs forces et apprendre à travailler ensemble. Nous
formons un triangle, et nos enfants sont au centre.

Association européenne des parents

Le bien-être est un concept universel, étroitement lié à la citoyenneté, qui dépend de notre capacité à :

  • exploiter tout notre potentiel ;
  • faire face aux contraintes habituelles de notre environnement ;
  • travailler et communiquer de façon productive et fructueuse ;
  • se sentir utile à la communauté.

 


LE MOT DES ENFANTS

Pour moi, les gens devraient être libres de partager leurs connaissances et leurs avis sans craindre pour leur personne. Ils devraient tous pouvoir s’exprimer tel qu’ils sont, ne pas se sentir brimés par une société qui les discrimine

Katie, 15 ans, Angleterre

Afin de pouvoir réfléchir au bien-être dans le contexte de la citoyenneté numérique, enseignants, parents et enfants gagneront à connaître la « pyramide des besoins» de Maslow.1

 

Le cadre de compétences pour la citoyenneté numérique du Conseil de l’Europe fonctionne comme cette pyramide : les enfants ne peuvent passer au niveau supérieur de compétences que si les bases sont assurées. Les aptitudes élémentaires comme l’écoute, l’observation et la coopération, par exemple, servent de socle aux aptitudes cognitives (connaissance et compréhension critique). Des valeurs et attitudes collectives communes, comme la justice, l’équité, l’égalité et l’esprit civique, permettent de satisfaire beaucoup de nos besoins en accomplissement personnel.

Figure 10 – La pyramide des besoins


LE MOT DES ENSEIGNANTS

L’important, c’est d’adapter les compétences et la citoyenneté numériques à chaque tranche d’âge. Quand ils sont petits, les enfants ont besoin d’assimiler des compétences comme l’esprit civique, la contestation du statu quo et la remise en question de ce qu’ils rencontrent, voient ou entendent. 

Un enseignant, Riga


La technologie imprègne aujourd’hui presque tous les aspects de notre vie quotidienne. Pour contrer ce que le monde numérique a de négatif, les citoyens doivent donc absolument connaître les défis qui l’accompagnent et rechercher consciemment un équilibre. Certains gouvernements en tiennent compte, avec des initiatives comme le Programme national pour le bonheur et la positivité, aux Émirats arabes unis, accompagné de la désignation d’une ministre d’État chargée du Bonheur et du Bien-être.
 


LE MOT DES PARENTS

Ce qui m’inquiète, c’est l’impact sur les contacts humains, la sociabilité, la santé physique et affective, et le désintérêt pour les activités hors ligne comme le sport, les sorties en plein air, les clubs, les hobbies, la participation à la vie locale, le travail scolaire ou le travail tout court. Les médias en ligne peuvent être utiles si on s’en sert bien, mais il faut apprendre à les gérer.

Un parent, France


1 A. H. Maslow, Motivation and personality, Harper and Row, New York, 1954 (titre français: Devenir le meilleur de soi-même).