Accueil
Violence
Convention européenne sur la violence
Comité permanent
Grands tournois
 
Dopage
Convention contre le dopage
Structures de travail
Actions prioritaires
Rapports sur les politiques nationales et liste des législations nationales
Engagements
Convention contre le dopage
Convention européenne sur la violence des spectateurs
Calendrier
Ressources
Dopage
Violence des spectateurs
Général (voir APES)
Partenaires
FAQ
Accès restreint
T-DO et T-RV
CAHAMA

Recommandation sur la suppression des grillages dans les stades (99/2)

1. Les événements dramatiques des années 1980 dans les stades de football ont poussé les pays européens à mettre en place des mesures concrètes destinées à prévenir et maîtriser la violence et les débordements des spectateurs pendant les matches de football. C’est dans ces années là que les grillages et autres obstacles ont été installés dans les stades de football afin d‘assurer la séparation des spectateurs rivaux dans les tribunes et/ou pour empêcher l’invasion des terrains de jeu par les spectateurs.

2. Ces installations ont dénaturé le paysage des stades et ont transformé en quelque sorte les stades européens en cages grillagées. Elles sont inesthétiques et ont une connotation négative. Par conséquent, elles ne favorisent pas la création d’une atmosphère harmonieuse et festive lors des matches de football. Au contraire, elles renforcent la tension et le sentiment d'aliénation entre les spectateurs. De plus, la présence des grillages pose un problème de sécurité des spectateurs, notamment en cas de panique. Les grillages notamment autour des terrains de jeu empêchent l’évacuation du stade en cas d’urgence.

3. Depuis l’installation des grillages, la conception des stades ainsi que les méthodes de gestion des foules ont évolué. Le réaménagement de nombreux terrains de football a profondément amélioré les équipements mis à la disposition des spectateurs, notamment en matière de restauration, de toilettes pour femmes etc. Les stades sont devenus plus agréables et attractifs pour un public plus familial. L’introduction des places uniquement assises et numérotées a été un autre élément important dans l’amélioration de la sécurité des spectateurs dans les stades. Ces dispositifs sont complétés par la mise en place d’un système de communication et d’information moderne, l’installation d’une vidéo-surveillance performante, l’amélioration du système de la vente des billets, un meilleur système de contrôle d’accès aux stades, l’introduction d’une législation adaptée prévoyant des sanctions appropriées et une meilleure coopération policière au niveau européen. En outre, le dispositif d’assistance stadiaire a sensiblement amélioré la qualité d’accueil des spectateurs et a contribué à la création d’un environnement qui décourage la violence. Enfin, les forces de l’ordre ont acquis une plus grande expérience dans la gestion des foules.

4. Les derniers grands championnats européen (Euro 96) et mondial (France 98), se sont déroulés majoritairement dans des stades sans grillages. La suppression des grillages dans la plupart des enceintes n’a pas entraîné une augmentation de la violence, sauf quelques cas d’incidents mineurs. Cette situation avait encouragé le Comité permanent à réexaminer sa politique dans ce domaine. Ainsi, en tirant les leçons de l’Euro 96, le Comité permanent avait adopté une déclaration sur les palissades et les barrières lors de sa 17e réunion les 5 et 6 juin 1997 (voir Annexe).

5. Quant à l’expérience de la Coupe du Monde France 98, la suppression des barrières de périmètres dans la plupart des stades n’a pas affecté la sécurité, sauf encore une fois quelques cas isolés.

Dans son rapport d’évaluation de la Coupe du Monde 1998, la FIFA concluait que :

« La suppression des grillages de périmètre dans la plupart des enceintes n’a eu aucune conséquence en matière de sécurité, sauf dans quelques très rares cas. Le public s'est montré pleinement respectueux du caractère «sacré» du terrain. Ce constat devrait encourager la FIFA et les fédérations nationales à poursuivre le démantèlement des grillages de périmètre, même pour les matches de championnat. Bien entendu, nous sommes tout à fait conscients que dans la plupart des pays d'Europe, le public des coupes du monde est très différent de celui des rencontres de championnat de première division » (cf. T-RV (98) 16).

6. Dans les rapports nationaux à présenter au 19e réunion du Comité permanent, l’une des questions portait sur les grillages. Au total 20 délégations ont apporté des précisions sur la situation et les tendances dans leur pays concernant la suppression des grillages. Sur les 20 pays, 5 n’ont aucun grillage dans les stades de football et 2 pays précisent que l’un de leurs stades seulement est équipé de grillages. 9 pays procèdent d’une manière progressive à la suppression des grillages ou parfois à leur remplacement par des barrières moins hautes et plus esthétiques ou encore par des Plexiglas transparents. Seulement 4 pays se prononcent pour le maintien des grillages. Ce qui signifie que la grande majorité des pays européens se sont déjà engagés dans la voie de la suppression des grillages.

7. Il est notamment à observer que les pays qui ont organisé récemment de grandes compétitions internationales, tels que l’Angleterre (Euro 96) et la France (Coupe du Monde 98), sont les pionniers d’une stratégie visant la suppression des grillages dans les stades suite à l’expérience de ces grandes compétitions. L’organisation par ces pays des grands championnats les ont incités à moderniser leur système en matière de sécurité, gestion des foules, conception des stades, emploi des stadiers (voir Recommandation n° 1/99 relative à l'assistance stadiaire), etc. Ceci démontre que la suppression des grillages doit s’inscrire dans une ensemble de mesures visant d’une part l’amélioration des dispositifs de sécurité et d’autre part de la qualité d’accueil des spectateurs dans les stades de football.

8. La création d’une ambiance plus festive et plus familiale et la suppression des grillages dans les stades semblent aller de pair. La suppression des barrières physiques contribue certainement à faire disparaître les barrières mentales : « bon traitement égal bon comportement ».

9. A la lumière de ces considérations, le Comité permanent recommande aux Etats parties à la Convention de procéder à la suppression des grillages dans les enceintes sportives. La suppression des grillages, qui est principalement la responsabilité des propriétaires des stades et/ou des organisateurs de matches, pourrait s’effectuer sur une base volontaire et d’une manière progressive. Bien que le principe devrait être la suppression des grillages, si nécessaire, d’autres mesures ou moyens de remplacement moins gênants pourraient être utilisés pour empêcher les envahissements du terrain de jeu tels que des barrières basses amovibles, l’adaptation de la hauteur des gradins ou de la première rangée des sièges, etc. Enfin, cette nouvelle stratégie doit être menée en concertation avec les organisations nationales et internationales de football, et les Parties pourront offrir des aides d’incitation destinées à l’amélioration de l’aménagement des stades.

 

Annexe à la Recommandation

DECLARATION SUR LES PALISSADES ET LES BARRIERES
adoptée par le Comité permanent lors de sa 17e réunion les 5 et 6 juin 1997 à Strasbourg

"Entre autres conséquences, les violences et les graves débordements de spectateurs qui ont marqué les années 80 ont inévitablement entraîné des mesures restrictives comme la pose de palissades et d'obstacles pour protéger les terrains de jeu. Ces mesures ont eu pour résultat une visibilité restreinte et un environnement moins accueillant.

Un certain nombre de dispositifs permettant l'enlèvement à terme des palissades a pu être identifié.

Le Comité permanent en prend note avec satisfaction et attend impatiemment le jour où les palissades et barrières ne seront plus nécessaires.

Le Comité permanent estime que les mesures de base préalables à prendre, développées à un niveau suffisant, comprennent :

- l'introduction uniquement de places assises et numérotées dans des stades équipés de circuits fermés de télévision et de postes de contrôle et de commande ;

- l'amélioration de la gestion de la vente des billets ;

- l'amélioration des techniques de gestion des foules (tant par les forces de police que par les responsables du football) et l'attribution d'un rôle croissant aux agents d'accompagnement démontrant la volonté de tendre vers une plus grande autodiscipline et responsabilisation ;

- une meilleure coopération policière, aux niveaux national et européen, permettant de mieux repérer les fauteurs de troubles éventuels et d'améliorer la sécurité ;

- l'introduction d'une législation adaptée, comprenant des sanctions efficaces appliquées à l'encontre de délinquants reconnus coupables.

Toutes les parties à la Convention s'accordent pour travailler dans le même sens afin que les grandes rencontres sportives soient des divertissements pacifiques.

L'exemple de l'Euro '96 nous montre que, si toutes les autres mesures sont en place, on peut supprimer les barrières de périmètre, et réduire la présence de la police dans les stades.

Le Comité permanent espère pouvoir adopter à sa prochaine réunion une stratégie dans ce sens."