Saut au contenu
Avenue de l'Europe
F-67075 Strasbourg Cedex
Tel. +33 (0)3 88 41 20 00
www.coe.int
menu

Les réponses du travail de jeunesse et des politiques de jeunesse

Le secteur jeunesse du Conseil de l’Europe joue un rôle important dans la définition et la promotion de normes permettant de relever les défis auxquels les jeunes sont confronté.e.s..


Le Service de la Jeunesse accompagne les États membres dans l’élaboration de leurs politiques nationales de jeunesse, en s’appuyant sur les recommandations du Conseil des Ministres, ainsi que d’autres textes. Toutes les lignes directrices sont solidement ancrées dans les valeurs du Conseil de l’Europe et contribuent à garantir des normes minimales en matière de politique de jeunesse dans toute l’Europe.

Les questions liées au genre, à l’égalité entre les femmes et les hommes et à la violence fondée sur le genre ont toujours fait partie de la stratégie et des activités du secteur jeunesse du Conseil de l’Europe. En 2008, lors de la 8e Conférence des ministres responsables de la jeunesse, un document stratégique sur la politique de jeunesse – connu sous le nom d’Agenda 2020 – a été approuvé par les ministres de la Jeunesse. Ce document stratégique fait de la mise en oeuvre de l’égalité entre les femmes et les hommes et de la prévention de toutes les formes de violence fondée sur le genre l’une des priorités du secteur jeunesse.43
 

Lignes directrices sur l’intégration des questions d’égalité entre les femmes et les hommes dans les activités interculturelles

Cette priorité a fait l’objet d’une attention particulière au niveau du Conseil de l’Europe dans son ensemble, ainsi qu’au niveau national, où elle a été adoptée par les États membres lors de l’élaboration et de la mise en oeuvre de leur politique de jeunesse. Le principe de l’égalité de genre est appliqué dans les programmes éducatifs d’activités qui s’efforcent d’inclure des personnes de genres différents et qui abordent les thèmes du genre, de l’égalité entre les femmes et les hommes et de la violence fondée sur le genre. En 2017, le Conseil mixte pour la jeunesse, qui est coresponsable de la prise de décision au sein du Service de la Jeunesse44, a adopté les « Lignes directrices sur l’intégration des questions d’égalité entre les femmes et les hommes dans les activités interculturelles de jeunesse du Conseil de l’Europe et de ses partenaires »45. L’objectif de ces lignes directrices est d’aider les organisateurs et les équipes pédagogiques des activités interculturelles de jeunesse du Conseil de l’Europe et de ses partenaires à assurer l’égalité de genre dans toutes les phases d’une activité ou d’un projet.

Ces lignes directrices couvrent les domaines suivants : une approche fondée sur les droits humains ; une participation équilibrée du point de vue du genre aux activités de jeunesse et des mesures visant à assurer la participation des jeunes parents ; la question de la langue et la représentation dans les matériels relatifs aux activités éducatives ; des approches éducatives sensibles à la dimension de genre ; la création d’environnements sûrs et la gestion d’aspects pratiques comme l’hébergement, les installations de travail, l’accès aux toilettes, etc.

Le travail sur le genre, l’égalité entre les femmes et les hommes et la violence fondée sur le genre a été particulièrement visible dans les programmes d’éducation aux droits humains menés par le secteur jeunesse du Conseil de l’Europe. L’expérience des stages de formation et des sessions d’étude et les ressources pédagogiques
mises au point dans les Centres européens de la Jeunesse, comme le manuel Repères (Compass), ont grandement contribué à l’élaboration de la Charte du Conseil de l’Europe sur l’éducation à la citoyenneté démocratique et l’éducation aux droits de l’homme. Ce document fait de l’égalité de genre l’un des objectifs de l’éducation aux droits humains et de l’éducation à la citoyenneté démocratique.

Le Mouvement contre le discours de haine et le projet Enter !


Le  campagne du Mouvement contre le discours de haine a duré cinq ans et s’est terminée en 2018. Elle a mobilisé des centaines de milliers de jeunes pour lutter contre le discours de haine en ligne, y compris le discours de haine homophobe et fondée sur le genre.

En 2009, le secteur jeunesse du Conseil de l’Europe a lancé le projet Enter ! Dans l’objectif de formuler, dans le cadre du travail et des politiques de jeunesse, des réponses à l’exclusion, à la discrimination et à la violence qui touchent les jeunes, en particulier dans les quartiers défavorisés. Basée sur les activités du projet Enter ! et les propositions des participant.e.s, la Recommandation CM/Rec(2015)3 sur l’accès des jeunes des quartiers défavorisés aux droits sociaux a été adoptée par le Comité des Ministres du Conseil de l’Europe. La Recommandation invite les États membres à élaborer des approches sensibles à la dimension de genre pour les intégrer dans les politiques de jeunesse mises en oeuvre dans les quartiers défavorisés et soutient le renforcement des capacités et la participation égale des jeunes femmes et des jeunes hommes en vue d’améliorer l’égalité de genre parmi les jeunes vivant dans les quartiers défavorisés.
 

Les questions de genre se retrouvent dans tous les domaines d’activité du Service de la Jeunesse, y compris lorsqu’il s’agit de relever les défis auxquels sont confrontés les groupes marginalisés, tels que les réfugié.e.s ou les Roms. Le programme Jeunesse pour la démocratie, dans le cadre duquel ces activités sont mises en oeuvre, a eu pour priorité de lutter contre toutes les formes de discrimination et d’exclusion, y compris la discrimination multiple, et d’aborder l’intersectionnalité (y compris l’égalité de genre, l’orientation sexuelle LGBTQI, l’identité de genre et le handicap).

Recommandation sur le travail de jeunesse

 

En 2018, le Comité des Ministres du Conseil de l’Europe a adopté la Recommandation sur le travail de jeunesse (CM/Rec(2017)4)46. Cette Recommandation encourage les États membres à développer et renforcer les politiques et pratiques en matière de travail de jeunesse. Elle comprend aussi des propositions pour que le secteur jeunesse du Conseil de l’Europe apporte son soutien aux États membres dans cette tâche, de manière à maximiser la contribution du travail de jeunesse à l’avenir de l’Europe par la coopération, l’apprentissage entre pairs et la collaboration. Selon ce document, le concept de travail de jeunesse : 

 ... couvre une vaste gamme d’activités de nature sociale, culturelle, éducative, environnementale et/ou politique, réalisées par, avec et pour les jeunes, en groupes ou à titre individuel. Le travail de jeunesse est assuré par des travailleurs de jeunesse rémunérés ou bénévoles et se base sur des processus d’apprentissage non formels et informels axés sur les jeunes et sur la participation volontaire. Le travail de jeunesse est essentiellement une pratique sociale, un travail mené avec les jeunes et la société dans laquelle ils vivent, dont le but est de faciliter leur inclusion et leur participation active à la vie de la collectivité et à la prise de décisions.  .

La Recommandation souligne que le travail de jeunesse nécessite un soutien juridique et politique, un financement et des structures durables, une meilleure coordination entre les secteurs et entre les niveaux local et national, ainsi qu’un cadre fondé sur des compétences pour l’éducation et la formation des animateur. rice.s. Ces exigences sont particulièrement importantes lorsque l’on travaille sur les questions de genre, d’égalité de genre et de violence fondée sur le genre, car cette tâche peut s’avérer particulièrement difficile dans des environnements hostiles et pollués par de forts stéréotypes de genre.