Cette activité fait appel à des techniques de recherche pour aborder la problématique de la présence et de l’utilisation de la violence dans les médias numériques.
Complexité : Niveau 1 | Durée : 120 minutes | Taille du groupe : 10 à 30
  • Diminuer la taille du texte
  • Augmenter la taille du texte
  • Imprimer la page
  • Imprimer en PDF

Complexité : Level 1


Duréee : 120 minutes


Taille du groupe : 10 à 30


Télécharger le document à distribuer



Télécharger l'activité

« Vous êtes ce que vous partagez »
Charles Leadbeater

 

Objectifs:

  • Échanger et discuter de l’utilisation de la violence dans les médias numériques
  • Apprendre à reconnaître le discours de haine et à agir à son encontre
  • Sensibiliser les participants aux questions de genre 

Matériels:

  • Ordinateurs, tablettes ou smartphones avec accès à internet (un pour chaque groupe)
  • Tableau à feuilles mobiles
  • Copies du polycopié (une pour chaque groupe)

Préparation:

Préparez une liste de liens vers une série de pages web pour les participants. Celle-ci devrait inclure des liens vers des sites de médias grand public et/ou des médias alternatifs et des médias sociaux. Pour les médias sociaux, vous pouvez demander aux participants d’ouvrir leurs pages de médias sociaux. Recherchez des sites web présentant différentes opinions, sous différents angles politiques, par exemple. Si vous disposez de peu de temps pour l’activité, sélectionnez quelques articles et donnez aux participants les liens vers ceux-ci. Ne fournissez pas de liens vers des sites web extrémistes. 

Instructions

  1. Expliquez aux participants qu’ils vont analyser les médias numériques à l’aide d’une paire de « lunettes sensibles au genre / à la violence ». Vous aurez peut-être besoin d’expliquer le concept de genre et de violence fondée sur le genre. 
  2. Commencez l’activité par un simple remue-méninges, en demandant aux participants des exemples de la façon dont sont présentées, en ligne, la violence et la violence fondée sur le genre. Notez leurs réponses sur le tableau à feuilles mobiles. Vous pourriez aussi leur demander s’ils ont déjà entendu parler de discours de haine. Si tel n’est pas le cas, ou s’ils n’en sont pas certains, donnez-leur la définition figurant dans le glossaire
  3. Répartissez les participants en petits groupes de quatre à cinq personnes et expliquez-leur que chaque groupe aura pour mission d’analyser un site web différent à l’aide de l’outil de recherche et d’analyse (voir « À distribuer »). Les participants devront visualiser les différents contenus sur les sites web qui leur ont été attribués – par exemple, des articles, des images, des photos, des vidéos, des mèmes, des publicités et des commentaires. Cette partie de l’activité peut être assez longue, mais vous pouvez la limiter à 45 minutes. Fournissez aux groupes des liens vers les sites web à analyser. Dites aux participants qu’ils peuvent exploiter leurs propres profils de médias sociaux, par exemple sur Facebook, Twitter et Instagram. 
  4. Demandez à l’ensemble des participants réunis en plénière de comparer leurs résultats et d’en tirer des conclusions sur l’utilisation de la violence et son impact sur les jeunes de genre différent.
  5. Après les présentations, passez au débriefing et à l’évaluation.

Débriefing et évaluation

Commencez par quelques questions générales sur le ressenti des participants concernant l’activité, puis passez à l’exploration de la façon dont la violence fondée sur le genre en ligne peut être combattue et traitée. Utilisez certaines des questions d’orientation suivantes :

  • Avez-vous déjà examiné la question de la violence à travers des « lunettes sensibles au genre » auparavant ? Sinon, qu’avez-vous appris en adoptant cette nouvelle perspective ? Quelque chose en particulier vous a-t-il surpris ? 
  • Le matériel trouvé et exposé est-il représentatif des enjeux de votre communauté ?
  • Avez-vous repéré des stéréotypes liés au genre sur les sites web ? Dans l’affirmative, lesquels ?
  • Y a-t-il d’autres exemples de violences commises par des hommes ? Si oui, pourquoi pensez-vous que c’est le cas ?
  • Y avait-il des groupes « invisibles » (par exemple, les personnes LGBT+) ? Si oui, lesquels ? Pourquoi pensez-vous qu’ils n’étaient pas représentés ?
  • Avez-vous identifié des exemples de discours de haine liée au genre ?
  • Pourquoi les gens profèrent-ils des propos de haine fondée sur le genre ?
  • Quels droits fondamentaux peuvent être violés lorsque des personnes profèrent des discours de haine en ligne ?
  • Le discours de haine devrait-il être interdit sur les médias numériques ? Expliquez votre réponse.
  • Comment peut-on influencer les médias pour qu’ils cessent de présenter la violence au moyen d’images stéréotypées, des auteurs d’actes de violence et des différents genres ?

Conseils pour l'animation

Cette activité peut prendre un certain temps et nécessite un travail de préparation. Il est important de préparer des liens vers les sites web que les participants analyseront, en vous assurant de sélectionner des sites de contenus variés, qui présentent des points de vue divers, y compris politiques.

Encouragez les participants à examiner les commentaires formulés sous les articles, car c’est là que l’on trouve la plupart des exemples de discours de haine.

Suggestions de suivi 

Si les participants souhaitent approfondir le sujet et voir comment les administrateurs de site réagissent aux exemples de violence, essayez l’activité « Des règles à lire ! » dans le manuel Connexions. Dans cette activité, les participants découvrent le règlement d’un site web, ou les « règles pour la communauté », et prennent des mesures pour signaler au site tout contenu inapproprié. Par ailleurs, ils examinent les avantages et les inconvénients du signalement.

Pour une exploration approfondie des préjugés et des stéréotypes dans les médias, vous pouvez organiser l’activité « En première page », en l’adaptant à la question du genre. Vous trouverez cette activité dans Repères

Vous pouvez aussi suggérer que les participants passent en revue les manuels scolaires des élèves et les analysent à l’aide de « lunettes sensibles au genre ».

Idées d'action

Encouragez les participants à contacter des médias locaux et à leur demander quelle est leur politique en matière de signalement de la violence fondée sur le genre. Les participants pourraient les mettre au défi d’utiliser des « lunettes sensibles au genre » dans leur approche du signalement de cette forme de violence. Vous pourriez organiser une discussion au sein de votre groupe avec des professionnels des médias et des étudiants sur la responsabilité des professionnels des médias quant au contenu et à l’approche de leurs reportages.