Retour

Nécessité urgente de protéger les enfants ukrainiens en migration contre le risque d'exposition aux abus sexuels

Appel du Comité de Lanzarote
Strasbourg 18 mars 2022
  • Diminuer la taille du texte
  • Augmenter la taille du texte
  • Imprimer la page
  • Imprimer en PDF
Nécessité urgente de protéger les enfants ukrainiens en migration contre le risque d'exposition aux abus sexuels

Lors de sa 36ème réunion plénière, le Comité de Lanzarote a réitéré solennellement, dans une Déclaration sur la protection des enfants contre l'exploitation et les abus sexuels suite à l'agression militaire de la Fédération de Russie contre l'Ukraine, que les 48 Parties à la Convention du Conseil de l'Europe pour la protection des enfants contre l'exploitation et les abus sexuels sont appelées à "veiller aux droits et à l'intérêt supérieur de l'enfant en toutes circonstances" et sont tenues "d'agir contre le risque d'exposition à l'exploitation et aux abus sexuels spécifique aux enfants migrants et réfugiés".

A cette fin, comme le prévoit l'article 38 de la Convention, les Parties sont tenues de coopérer avec les parties prenantes pertinentes en Europe et au-delà afin de :

  • prévenir l'exposition de tous les enfants aux risques d'exploitation et d'abus sexuels ;
  • fournir un soutien et une assistance appropriés aux enfants victimes d’exploitation et d’abus sexuels pour leur rétablissement physique et psychosocial ;
  • lutter contre l'impunité des délinquants sexuels.

Pour plus de détails sur les obligations spécifiques, le Comité de Lanzarote a renvoyé aux recommandations de son rapport spécial "Protéger les enfants touchés par la crise des réfugiés contre l'exploitation et les abus sexuels" ainsi qu'à sa Déclaration sur la protection des enfants migrants et réfugiés contre l'exploitation et les abus sexuels.