Retour

Séminaire « Femmes et drogues : de la politique aux bonnes pratiques »

Rome 26-27 juin 2017
  • Diminuer la taille du texte
  • Augmenter la taille du texte
  • Imprimer la page
  • Imprimer en PDF
Séminaire « Femmes et drogues : de la politique aux bonnes pratiques »

Cet évènement, organisé conjointement par le Département italien des politiques antidrogues (Dipartimento politiche antidroga) et le Groupe Pompidou du Conseil de l’Europe, a eu lieu le 26 juin à l’occasion de la Journée internationale contre l’abus et le trafic de drogues.

L'importance de tenir intégralement compte de la dimension du genre dans les politiques et les programmes liés à la drogue est reconnue dans le document final de la Session extraordinaire de l’Assemblée générale des Nations Unies de 2016, sur le problème mondial posé par les drogues et dans la résolution CND 59/5 sur l’intégration de la question du genre dans les politiques et les programmes liés aux drogues.

A l’ouverture de ce séminaire par Mme Maria Elena Boschi, Sous-secrétaire d’État, présidence du Conseil des ministres, Mme Gabriella Battaini-Dragoni, Secrétaire Générale adjointe du Conseil de l’Europe, a souligné dans un message vidéo que « les voix des femmes qui consomment des drogues et qui sont en même temps confrontées à violence sont parmi les moins entendues dans nos sociétés » et que leurs intérêts et droits »sont les plus souvent ignorés ».

Sa déclaration est appuyée par les responsables politiques, les chercheurs et les professionnels du terrain de Croatie, Grèce, Israël, Portugal, Norvège, Malte, Suisse qui présentent les bonnes pratiques en matière de recherche, de prévention, de prise en charge et de traitement et de délits liés aux drogues dans le but ultime d’intégrer la dimension de genre dans les politiques drogues. A cette fin; l’Italie, l’Espagne et la Suède, présentent comment la dimension de femmes est introduite dans leurs stratégies nationales drogues.

La question des femmes en prison fait l’objet d’une première discussion dans ce séminaire; en se basant sur l’augmentation de 50 % au cours des 15 dernières années de la population de femmes en prison alors que l’augmentation de la population globale en prison n’a augmenté que de 20 %, cette augmentation étant liée principalement au nombre de délits liés aux drogues.

25 pays de toute l’Europe participent, dont d’anciens membres du groupe Pompidou tels que les Pays-Bas et l’Espagne, les pays MedNET méditerranéens voisins, Israël et des représentants de l’Autorité nationale palestinienne ainsi que Le Mexique, qui ayant rejoint le Groupe Pompidou en 2017, participe pour la première fois à cet événement GP organisé par l'Italie.

Organisations gouvernementales internationales : l’Organisation des Nations Unies contre la drogue et le crime (UNODC), l’OICS (Organe international de contrôle des stupéfiants), l’UNICRI (Institut interrégional de recherche des Nations Unies sur la criminalité et la justice) et l’Observatoire européen des drogues et des toxicomanies (OEDT), agence de l’UE, sont associés à cet événement.