Retour

6 août 1971 : la lettre qui a changé les politiques européennes en matière de drogues

6 août 2021
  • Diminuer la taille du texte
  • Augmenter la taille du texte
  • Imprimer la page
  • Imprimer en PDF
Crédit photo: Élysée

Crédit photo: Élysée

 

Il y a 50 ans, le président français Georges Pompidou a fait œuvre de pionnier dans la coopération européenne en matière de politique de drogues. Dans sa lettre du 6 août 1971, adressée aux Premiers ministres des cinq autres pays de la Communauté économique européenne (Allemagne, Belgique, Italie, Luxembourg, Pays-Bas) et du Royaume-Uni, il a demandé la création de la première plate-forme de coopération dans le domaine de la drogue. Le Groupe Pompidou a été créé à une époque où l'opinion publique européenne n'était pas réellement sensibilisée au problème croissant de l'abus et du trafic illicite des drogues.

Dès le départ, cette initiative a prôné une action pluridisciplinaire pour agir à la fois sur l'offre et la demande, en associant les ministères de l'intérieur et de la justice à ceux de la santé, de l'éducation et de la jeunesse. Cette approche s'est développée tout au long des premières années d'existence du Groupe Pompidou et s'est consolidée et renforcée lors de son adhésion au Conseil de l'Europe en mars 1980.

Un demi-siècle après sa création, le Groupe Pompidou reste fidèle à l'esprit d'innovation de son fondateur, soutenant ses 41 États membres et encourageant les autres à intégrer une approche fondée sur les droits de l'Homme à toutes les étapes du processus de la politique en matière de drogues. À travers un Statut révisé adopté le 16 juin 2021, le Groupe Pompidou a renouvelé ses efforts pour relever l'un des principaux défis de la société moderne : les drogues et les addictions.

Si le 50e anniversaire est une opportunité de préparer le Groupe pour l'avenir, c'est aussi l'occasion de faire le bilan de ses réalisations. A cet effet, un événement officiel aura lieu au Centre Pompidou à Paris, le 28 octobre 2021, avec la participation de représentants de haut niveau des Etats membres, des Correspondants permanents du Groupe Pompidou et de représentants d’Organisations partenaires.