Strasbourg, le 22 septembre 2011

CDMC(2011)005rev

English

PDF

COMITÉ DIRECTEUR SUR LES MÉDIAS ET LES NOUVEAUX SERVICES DE COMMUNICATION

(CDMC)

______

Observations du Comité directeur sur les médias et les nouveaux services de communication (CDMC) sur la recommandation 1963 (2011) de l'Assemblée Parlementaire du Conseil de l'Europe sur combattre la pauvreté

______

 

1. Le CDMC se félicite de la recommandation 1963 (2011) de l'Assemblée Parlementaire du Conseil de l'Europe Combattre la pauvreté et partage l'avis que les Etats membres du Conseil de l'Europe doivent respecter leurs engagements pour assurer à tous la jouissance des droits et libertés fondamentaux. De plus, les gouvernements devraient prendre les mesures nécessaires à la ratification des traités européens pertinents, notamment ceux qui peuvent avoir un impact direct sur la situation des personnes qui souffrent de pauvreté.

2. La recommandation arrive à point nommé dans une situation de crise économique sérieuse et de restrictions financières sévères. Elle présente les positions du Conseil de l'Europe en soulignant l'importance d'une approche des problèmes sociaux basée sur les droits de l'homme. Elle complète la recommandation 1936 (2010) déjà adoptée « Droits de l’homme et entreprises » qui appelle à la protection des individus les plus économiquement désavantagés contre la pauvreté et l'exclusion sociale.

3. La recommandation et la résolution qui s'y rapporte pointent avec justesse qu'il est indispensable dans le monde moderne de s'attaquer à la pauvreté pour permettre la pleine jouissance des droits de l'homme et leur mise en œuvre correcte et universelle. La pauvreté est un danger pour les droits sociaux et culturels et elle a un effet particulièrement négatif sur la liberté d'expression qui est une valeur fondamentale en démocratie. Les personnes pauvres courent le risque d'être non seulement marginalisés économiquement et socialement mais aussi isolés dans les processus de communication et totalement négligés par les médias.

4. Il y a plusieurs dimensions au problème de la pauvreté et de l'exclusion sociale puisqu'il touche au bénéfice d'une série de droits et d'opportunités présents dans une société démocratique. Cela concerne aussi le bien-être et l'intégration de différents groupes sociaux vulnérables - migrants, demandeurs d'asile et personnes handicapées. Il présente aussi une perspective particulière en termes de genre. Dans certains pays, les femmes représentent la part la plus pauvre de la population avec des opportunités limitées dans différents domaines sociaux. Lutter contre les manifestations particulières de la pauvreté chez les femmes est un des éléments significatifs d'une politique générale contre les discriminations dans une démocratie pour atteindre la cohésion sociale.

5. La représentation dans les médias est essentielle en ce qu'elle peut attirer l'attention sur la nécessité d'un dialogue avec les groupes isolés et marginalisés ainsi que pour la reconnaissance de leur contribution à la croissance économique et à la prospérité. C'est à travers les médias, et plus particulièrement les médias de service public et les médias associatifs, que les personnes en situation de pauvreté peuvent faire entendre leur voix, prendre part aux affaires publiques et rendre leurs problèmes visibles.

6. Éradiquer la pauvreté et la souffrance économique est une condition de base pour construire une société juste, inclusive et basée sur la connaissance, où chacun peut librement contribuer à la prospérité. Dans ce contexte, il faut souligner qu'il est impossible de tirer au mieux parti des développements technologiques et mettre en place une « société de l'information pour tous » sans aborder les problèmes clés de société et sans offrir des opportunités égales aux différents groupes et communautés.

7. Le CDMC rappelle la recommandation CM/Rec (2007)16 du Comité des Ministres aux États membres sur des mesures visant à promouvoir la valeur de service public de l’Internet. Il souligne qu’un usage approprié des technologies de l'information et de la communication (TIC) devrait renforcer la jouissance des droits de l'homme ainsi que la participation et l’implication de tous les citoyens à des formes de démocratie plus dynamiques, directes et inclusives. Sous réserve des décisions du Comité des Ministres relatives au mandat du futur comité directeur et à son programme d’activités pour 2012 et au-delà, le CDMC encourage une exploration de l’utilisation positive des TIC, y compris sur des questions soulevées par la recommandation.