Le 1er mars 1998, la Charte européenne des langues régionales ou minoritaires (CELRM) est entrée en vigueur, devenant le seul instrument juridiquement contraignant au monde consacré à la protection et à la promotion de ces langues.

Une convention clé du Conseil de l'Europe, la CELRM était, au moment de sa rédaction, la première convention relative aux minorités et le résultat d'un processus global impliquant le présent Congrès des pouvoirs locaux et régionaux, l'Assemblée parlementaire, le Comité des Ministres, ainsi que des représentants des minorités nationales et des groupes linguistiques.

Depuis 20 ans, la CELRM contribue au développement de la législation, de la politique et de la pratique des langues minoritaires, favorisant et encourageant l'utilisation des langues régionales ou minoritaires dans tous les domaines de la vie publique: éducation, médias et culture, administration publique, justice et activités économiques.

La CELRM est un instrument unique et vivant, avec une application pratique et des résultats concrets, grâce au travail de son organe de suivi, l'indépendant Comité d'experts, et au dialogue continu avec les Etats et les représentants des locuteurs de plus de 70 langues couvertes par la Charte. Tout cela a pu permettre, entre autres, la reconnaissance juridique des langues minoritaires qui n'avaient auparavant aucun statut; de garantir le droit d'utiliser les noms de famille en langues minoritaires; de pouvoir s'adresser aux autorités et aux tribunaux dans ces langues; de créer la possibilité de les utiliser dans les hôpitaux; et d’attribuer des licences pour la diffusion de programmes dans les langues minoritaires.

Les défis politiques et sociaux actuels en Europe sont témoins du fait que la CELRM est d'autant plus pertinente qu'elle contribue, par la protection et la promotion des langues régionales ou minoritaires, à la construction d'une Europe fondée sur la démocratie et la diversité culturelle.

Conférence de haut niveau Conférence de haut niveau

Minorités et Langues Minoritaires dans une Europe en mutation

Les 18 et 19 juin 2018, le Conseil de l’Europe organise une conférence de haut-niveau sous les auspices de la Présidence croate du Comité des Ministres du Conseil de l’Europe. La conférence célèbre le 20ème anniversaire de l’entrée en vigueur de la Convention-cadre pour la protection des minorités nationales et de la Charte européenne des langues régionales ou minoritaires et aura lieu au Conseil de l’Europe, à Strasbourg.

Dossier de Conférence >>

publication publication

Un regard rétrospectif sur l'élaboration de la Charte.
Quand on se penche sur l'élaboration du traité, son impact depuis et les défis à venir, les auteurs initiaux ont souligné que s'il devaient le refaire, ils le feraient à nouveau de la même manière. En effet, les objectifs et les principes de la Charte sont restés aussi actuels, sinon plus, qu'ils l'étaient dans les années 1980.

 

citation citation

  "Père fondateur" Mervyn Phillips, ancien directeur général du Conseil du comté de Clwyd au Pays de Galles et délégué exécutif de la Conférence des régions maritimes périphériques d'Europe pour les affaires culturelles, nous a dit en 2012 que

la reconnaissance du gallois en tant que langue officielle au pays de Galles avait déjà été établie lors du démarrage de la Charte et dans nos discussions en tant que groupe de travail la pratique galloise était alors considérée comme une barre pour mesurer l'importance des langues minoritaires. Depuis [la signature] de la Charte, l'importance accordée à la langue au Pays de Galles n'a cessé d'accroître."  

Secrétariat de la Charte Européenne des Langues Régionales ou Minoritaires

Direction de l'Anti-discrimination
DGII Démocratie
Conseil de l'Europe
Bâtiment Agora, 1 quai Jacoutot
F-67075 Strasbourg Cedex, France
Tél: +33 (0)3 90 21 49 36

 Nous écrire