Retour

Visite du Comité anti-torture du Conseil de l’Europe dans les “hotspots” en Grèce

Une délégation du Comité pour la prévention de la torture et des peines ou traitements inhumains ou dégradants (CPT) du Conseil de l’Europe a effectué une visite ad hoc en Grèce du 13 au 18 avril 2016.
20/04/2016
  • Diminuer la taille du texte
  • Augmenter la taille du texte
  • Imprimer la page
  • Imprimer en PDF

La visite avait pour objectif d’examiner la situation des ressortissants étrangers privés de liberté dans les "Centres d'accueil et d'identification" (lesdits “hotspots”) récemment créés. Une attention particulière a été accordée au traitement, aux conditions de détention, au régime, aux services de santé et aux garanties juridiques qui leurs sont offerts. A cette fin, la délégation s’est rendue dans le “hotspot” Moria sur l’île de Lesbos et dans le “hotspot” VIAL sur l’île de Chios et s’est entretenue sans témoin avec les ressortissants étrangers retenus dans les deux centres (y compris avec des familles entières, des enfants non accompagnés et d’autres groupes de personnes vulnérables). Elle a également visité le commissariat de police de Mytilène sur l’île de Lesbos ainsi que le commissariat de police de Chios et le poste de rétention des garde-côtes sur l’île de Chios.

A l’issue de la visite, la délégation a présenté ses observations préliminaires à Ioannis MOUZALAS, ministre délégué chargé des Politiques migratoires, ainsi qu’à Nikolaos TOSKAS, ministre délégué chargé de la Protection du citoyen.

La délégation s’est félicité du fait que les autorités grecques lui aient offert la possibilité de présenter ses observations préliminaires à de hauts fonctionnaires des ministères compétents en présence de représentants du Coordinateur de l’Union européen chargé de la mise en œuvre de l’accord entre l’UE et la Turquie et de l'Agence européenne chargé des frontières extérieures Frontex, ainsi que du Bureau du Médiateur grec et du Bureau du HCR en Grèce.

Au cours de la visite, la délégation a également rencontré Zacharoula TSIRIGOTI, chef d’état-major de la direction générale de la Police hellénique, et d’autres hauts fonctionnaires du ministère des Politiques migratoires, du ministère de la Protection du citoyen, du ministère des Affaires étrangères et du ministère de la Santé ainsi que des représentants des Services chargés du premier accueil des ressortissants étrangers et de la gestion des demandes d’asile.

En outre, des discussions ont eu lieu avec Vassilis KARYDIS, Médiateur grec ad intérim et chef du mécanisme national de prévention, avec des représentants du Bureau du HCR en Grèce et des  représentants d’organisations non gouvernementales actives dans des domaines d’intérêt pour le CPT, notamment Amnesty International, Aitima, le Conseil Grec pour les Réfugiés, Médecins du Monde et Médecins sans Frontières.

La visite a été effectuée par Anton VAN KALMTHOUT et Julia KOZMA, tous deux membres du CPT. Ils étaient secondés par Jeroen SCHOKKENBROEK, Secrétaire exécutif, et Sebastian RIETZ du secrétariat du CPT, et assistés par Alan MITCHELL, médecin généraliste au centre de rétention de Dungavel, Royaume-Uni (expert).

La version écrite des observations préliminaires de la délégation concernant la visite sera transmise aux autorités grecques sous peu.


Combattre la torture en Europe
www.cpt.coe.int

actualités par année actualités par année