Retour

Violence à l’égard des femmes : la réaction du Conseil de l’Europe à l’évolution de la situation en République slovaque

Strasbourg 28/11/2019
  • Diminuer la taille du texte
  • Augmenter la taille du texte
  • Imprimer la page
  • Imprimer en PDF
Violence à l’égard des femmes : la réaction du Conseil de l’Europe à l’évolution de la situation en République slovaque

Marija Pejčinović Burić, Secrétaire Générale du Conseil de l’Europe – organisation qui compte 47 États membres - a fait ce jour la déclaration suivante :

« La décision prise aujourd’hui par le Parlement slovaque de rejeter la ratification de la Convention d’Istanbul du Conseil de l’Europe et d’appeler le gouvernement à bloquer l’adhésion de l’UE à la Convention est un regrettable retour en arrière.  Les gouvernements européens devraient redoubler d’efforts pour mettre fin aux violences à l’égard des femmes, et non l’inverse.

« Le Conseil de l’Europe et l’Union européenne ont déployé des efforts soutenus pour dissiper les idées fausses et les malentendus à propos de la convention et j’appelle tous les responsables politiques au niveau national à en faire de même.

« Le Conseil de l’Europe est prêt à aider les autorités à expliquer la Convention d’Istanbul, notamment grâce à l’analyse des dispositions de cette dernière par des experts à la lumière du droit national et des engagements internationaux. »

La Convention du Conseil de l'Europe sur la prévention et la lutte contre la violence à l’égard des femmes et la violence domestique, aussi appelée Convention d’Istanbul, est entrée en vigueur le 1er août 2014. À ce jour, 34 États membres du Conseil de l’Europe l’ont ratifiée.