Malgré les progrès réalisés dans bien des domaines ces dernières décennies, un certain nombre de personnes sont encore montrées du doigt en Europe en raison de leur orientation sexuelle (réelle ou perçue) ou de leur identité de genre. Les personnes lesbiennes, gays, bisexuelles et transgenres (LGBT) sont particulièrement exposées aux traitements discriminatoires et aux attitudes intolérantes ainsi qu’au discours de haine homophobe ou transphobe et à la violence.

L’ECRI a commencé à étudier la discrimination et l’intolérance envers les personnes LGBT à l’occasion de son cinquième cycle de monitoring par pays (2014-2018). Elle recommande à tous les États membres d’élaborer une législation et des politiques de lutte contre la discrimination, le discours de haine et la violence auxquelles font face des personnes en raison de leur orientation sexuelle ou de leur identité de genre et de promouvoir la tolérance.

L’ECRI suit les questions relatives aux personnes LGBT à la lumière de la Convention européenne des droits de l’homme, de la jurisprudence applicable de la Cour européenne des droits de l’homme et de la Recommandation CM/Rec(2010)5 du Comité des Ministres du Conseil de l’Europe sur des mesures visant à combattre la discrimination fondée sur l’orientation sexuelle ou l’identité de genre.

Des exemples de recommandations de l’ECRI relatives aux personnes LGBT figurent dans les rapports de monitoring par pays du cinquième cycle sous la rubrique Monitoring par pays.

Dans le cadre de son sixième cycle de monitoring qui débutera en 2019, l’ECRI se penchera sur l’égalité et l’accès effectifs aux droits des personnes lesbiennes, gays, bisexuelles, transgenres et intersexes (LGBTI).